15 mars 2010 : Le COBP dénonce le sabotage du SPVM

warning: Creating default object from empty value in /var/www/drupal-6.28/sites/all/modules/views/includes/handlers.inc on line 652.
19 Mars 2010

15 mars 2010 : Le COBP dénonce le sabotage du SPVM Le Collectif Opposé à la brutalité policière dénonce le sabotage effectué par la police. Le collectif organisateur de la manifestation a fait ce qui était en leur possible pour éviter les débordements. Un appel au calme a été lancé avant et pendant la manifestation, le sens de la circulation a été respecté tout au long de la manifestation. Selon Sophie Sénécal, porte parole du collectif, « les policiers ont tout fait pour empêcher que la manifestation se déroule pacifiquement tel que souhaité pas les organisateurs-trices, en enlevant les moyens aux organisateurs-trices et en posant des gestes provocateurs » Les organisateurs avaient annoncé aux manifestants, à la population et à la police qu’elle envoyait un appel au calme. Avant même que la manifestation ne commence, les policiers se sont livrés à de l’intimidation en procédant à des fouilles abusives, en déployant plusieurs policiers en tenue de combat, en proférant des insultes et en commettant des arrestations illégales. Ils se sont attaqués directement à l’organisation en perpétrant une arrestation illégale envers la personne responsable du système de son dans le but évident de priver les organisateurs du principal moyen de communication avec les manifestants. Malgré tout, le cortège démarré en direction de la rue Ontario et dans l’ensemble la manifestation était pacifique. Les organisateurs ont annoncé la fin de la manifestation à proximité du métro Préfontaine et invité les gens à rentrer chez eux. Malheureusement, les policiers ont délibérément bloqué tout accès au métro en formant un cordon devant les portes. Les manifestant-e-s qui tentaient d’accéder au métro se sont fait violemment charger par l’anti-émeute. La présence de plusieurs agents infiltrateurs cagoulés a été portée à l’attention du Collectif. Nous enquêtons présentement pour savoir si des actes de violences auraient pu être perpétrés par certains d’entre eux. Les nombreux abus de pouvoir policier qui ont été constatés donneront lieu à au moins une plainte en déontologie policière visant le commandant des opérations et des agents.