Grève des étudiant-e-s du Québec de 2012

  • warning: Creating default object from empty value in /var/www/drupal-6.28/sites/all/modules/i18n/i18ntaxonomy/i18ntaxonomy.pages.inc on line 34.
  • warning: Creating default object from empty value in /var/www/drupal-6.28/sites/all/modules/views/includes/handlers.inc on line 652.

Printemps érable : Léo Bureau-Blouin témoigne aux petites créances

23 Avril 2014

Un manifestant arrêté lors du printemps érable réclame 7000 $ à la Ville de Québec et a fait appel à l'ex-leader étudiant Léo Bureau-Blouin pour l'aider dans sa cause devant la Cour des petites créances.

André Bérubé avait été arrêté avec 83 autres personnes le 28 mai 2012 devant l'édifice où les associations étudiantes négociaient avec le gouvernement, sur le boulevard René-Lévesque, à Québec. Il soutient avoir été détenu illégalement.

Léo Bureau-Blouin, qui était alors président de la Fédération étudiante collégiale du Québec, avait tenté de convaincre les policiers de laisser partir le groupe de manifestants qu'ils venaient d'encercler.
André Bérubé André Bérubé réclame 7000 $ à la Ville de Québec.

Un policier blanchi en déontologie

17 Avril 2014

Le Comité de déontologie policière a blanchi hier l'agent du Service de police de Montréal (SPVM) Rolando Iacovone, cité pour avoir aspergé d'irritants chimiques un manifestant des émeutes du Salon Plan Nord, le 20 avril 2012.

L'incident s'est produit au plus fort de la crise étudiante. Le premier ministre de l'époque, Jean Charest, donnait une allocution pour le Salon Plan Nord, dans le Palais des congrès de Montréal.

À l'extérieur, une manifestation tournait à l'émeute. Des protestataires cherchaient à entrer dans le Palais des congrès, sous haute surveillance cette journée-là. À la télévision, on diffusait en boucle des images où l'on voyait l'agent au matricule 1417 du SPVM asperger un manifestant de gaz irritant près du visage.

Rapport sur la criminalisation de la dissidence au Canada et dans le monde

03 Avril 2014

Rapport du International Network of Civil Liberties Organizations (INCLO). (2013, October 10). “Take back the streets”: Repression and criminalization of protest around the world. Report authored and published by the American Civil Liberties Union, the Association for Civil Rights in Israel, the Canadian Civil Liberties Association, Centro de Estudios Legales y Sociales (Argentina), the Egyptian Initiative for Personal Rights, the Hungarian Civil Liberties Union, the Kenyan Human Rights Commission, the Legal Resources Centre (South Africa), Liberty (United Kingdom) & the Irish Council for Civil Liberties.

Film sur la criminalisation de la dissidence et l'article 500.1 du CSR à Sherbrooke

03 Avril 2014
See video

Voici une vidéo intitulée "Judiciarisation de la dissidence, le cas de Nicolas Barbeau, du comité des arrêtés de Sherbroke", réalisée par les Alter Citoyens et publiée le 8 mars 2014. Un court documentaire intéressant sur un cas très important (la seule personne ayant été accusée et condamnée pour avoir soi-disant organisé une manifestation au Québec en 2012). Il faut par contre mentionner une erreur importante: la compilation des arrestations pour l'article 500.1 du Code de la Sécurité Routière qui est citée date d'avril 2012 et a été mise à jour depuis. Il y a aussi eu plusieurs arrestations, individuelles et de masse, à Montréal pour 500.1 en 2012. Voici la dernière mise à jour des arrestations pour 500.1 au Québec:

La commission Ménard sur le conflit étudiant rend son rapport

31 Mars 2014

Le rapport de la commission spéciale d'examen instaurée par le gouvernement Marois pour faire la lumière sur les événements du printemps érable sera remis à 17 h.

Le gouvernement a 45 jours pour le rendre public.

Présidée par l'ex-ministre péquiste Serge Ménard, cette commission, qui a été créée le 8 mai 2013, a tenu des audiences l'automne dernier.

Son mandat était d'analyser les circonstances des manifestations et des actions de perturbation tenues au Québec au printemps 2012, et d'identifier les causes de la détérioration du climat social lors de ces événements. La commission devait aussi formuler des recommandations au ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron.

Entrave au droit de manifester ?

22 Mars 2014

(Après 120 profs et 50 organisations, c'est un ancien flic qui vient à la défense des personnes arrêtées le 15 mars 2014 en remettant en cause la théorie non-fondée du SPVM selon laquelle "95%" des manifs donnent leur itinéraire à la police et l'application sélective du règlement municipal P-6...)

Stéphane Berthomet - 21 mars 2014

Après un groupe composé de 120 professeurs qui a réclamé la semaine passée la démission du directeur du SPVM, Marc Parent, c’est au tour d’une cinquantaine d’associations de demander l’intervention des élus afin de veiller au respect du droit de manifestation.

Manifestation pour une université autogérée

lieu: émilie-gamelin

Considérant que l'administration de l'UQAM impose un plan de réforme de la finalité des cycles supérieurs avec une fausse consultation visant à légitimer des mesures de marchandisation des cycles supérieurs.

Considérant le début des négociations du Syndicat des Travailleur-se-s Étudiant-e-s (SÉTUE) et l'importance d'appuyer les membres du SÉTUE dans ces négociations.

Considérant le Plan Directeur Immobilier imposé par l'UQAM unilatéralement et en fournissant des informations contradictoires aux partis intéressés (départements, profs, étudiant-e-s...)

Considérant que l'administration de l'UQAM est en pleine dérive sécuritaire et installe des caméras partout.

À NOUS L’UQAM – MANIF INTERNE

lieu: l'agora de l'uqam

L’UQAM est notre milieu d’étude, de travail et de vie. Et on l’aime parce qu’elle nous offre une vie universitaire, sociale et militante très riche.

Pourtant, ceux qui dirigent notre université tentent de l’arrimer au marché capitaliste tant au niveau de l’éducation que de l’emploi. Le rectorat a bien intégré le modèle de gestion, où le triptyque marchandisation-coupure-sécurité est érigé en seul modèle viable. Ce faisant, l’université, qui était un lieu d’éducation critique et libre, se transforme lentement en un lieu de formation de main-d’œuvre, où la précarité augmente sans cesse tant pour les étudiant-e-s que pour les travailleur-se-s.

Pourquoi nous manifesterons :

15 mars 2014 : Le COBP dénonce l’État policier paramilitaire et la répression politique / March 15 2014: The COBP denounces the paramilitary police state and its political repression

15 Mars 2014

C’est sans grande surprise mais avec énormément de rage et d’indignation que le COBP dénonce l’arrestation de masse qui a mis fin à la 18e manifestation contre la brutalité policière quelques minutes à peine après son départ. Le SPVM, aidé de la SQ, a en fait encerclé la manifestation avant même qu’elle ne se mette en branle. D’après nos informations préliminaires, ce sont environ 250 personnes qui ont été encerclées en vertu de l’article 2.1 du règlement municipal P-6 qui interdit toute manifestation dont l’itinéraire n’a pas été remis à la police avant son départ. (Faut-il rappeler que la constitutionnalité du règlement municipal P-6 est présentement contestée en cour?) Plusieurs arrestations ciblées ont aussi eu lieu, dont plusieurs ont été effectuées très brutalement.

L'ASSÉ participera une fois de plus à la manifestation du 15 mars organisée par le Collectif opposé à la brutalité policière

14 Mars 2014

MONTRÉAL, le 14 mars 2014 /CNW Telbec/ - Dans le cadre de la journée internationale contre la brutalité policière du 15 mars, l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) tient à rappeler sa solidarité aux militants et militantes persécuté-e-s par les forces policières pour des motifs politiques et sociaux.

Syndiquer le contenu