Grève des étudiant-e-s du Québec de 2012

  • warning: Creating default object from empty value in /var/www/drupal-6.28/sites/all/modules/i18n/i18ntaxonomy/i18ntaxonomy.pages.inc on line 34.
  • warning: Creating default object from empty value in /var/www/drupal-6.28/sites/all/modules/views/includes/handlers.inc on line 652.

Jacques Nadeau dénonce un manque total de respect

19 Novembre 2013

Photographe depuis 20 ans pour «Le Devoir», Jacques Nadeau, a témoigné lundi devant la commission spéciale d'examen du printemps 2012 (CSEEP), décrivant comment les policiers avaient entravé à maintes reprises son travail de journaliste durant les manifestations étudiantes.

Jacques Nadeau a raconté comment le 16 mai 2012 il a été volontairement renversé par une cavalière du service de police de la ville de Montréal (SPVM) qu'il a décrit comme ayant une «très grande expérience.»

Alors qu'il courrait sur un large trottoir pour s'avancer vers son sujet près de la rue Saint-Antoine à Montréal lors d'une manifestation, le photographe a «senti une poussée dans le dos», comme il n'en avait jamais senti.

6 à 9 sur le projet de Commission Populaire sur la Répression Politique

lieu 2075 rue plessie

5 décembre 2013 6 À 9 de mobilisation au 2075 Plessis
Le comité organisateur de la Commission Populaire sur la Répression Politique (CPRP) invite les groupes et les individu(e)s à prendre part à son projet qui prendra son envol au printemps 2014. Cette rencontre a comme objectif de renseigner les groupes et les individuEs qui souhaitent participer à la CPRP.
Lors de cette rencontre, nous dévoilerons le document de présentation de la Commission Populaire. Cet outil d’information qui explique la démarche et la structure organisationnelle du projet permettra aux groupes et aux personnes qui souhaitent prendre part à la CPRP de bien saisir les enjeux sur lesquels nous souhaitons travailler au cours de la prochaine année.

Réunion du Comité Uqamien de soutien aux arrêté-es

au café aquin

Formé au printemps dernier, le comité s'est réuni à quelques reprises et avait formé deux comités: politique ainsi que soutien psycho-social. Plusieurs vigiles ont aussi été organisées.
Le début de plusieurs comparutions cet automne et l'atelier du 11 novembre dernier sur l'activisme juridique et l'auto-représentation ont fait resurgir le besoin d'un comité de soutien aux arrêté-es.
Cette réunion se veut un espace pour identifier les besoins les plus pressants, relancer les anciens comités ou en créer de nouveaux, etc.

Grève étudiante: huit mineurs jugés coupables

14 Novembre 2013

Les huit mineurs qui avaient participé à l'occupation du Cégep du Vieux-Montréal dans la nuit du 17 février 2012, au cours de la grève étudiante, ont été reconnus coupables jeudi, devant la Chambre de la jeunesse.

Ces jeunes ont été accusés d'attroupement illégal, méfait pour avoir fait perdre la jouissance des lieux et avoir détérioré ou briser un bien de plus de 5000$ ainsi qu'entrave. Ils connaîtront leur sentence le 11 décembre prochain.

L'avocat de la défense Me Étienne Poitras n'a pas souhaité commenter ce soir.

Par ailleurs, 29 étudiants majeurs avaient également été arrêtés pour avoir occupé le cégep et doivent revenir en cour dans les prochaines semaines.

Répression, discrimination et grève étudiante

06 Novembre 2013

Voici un rapport réalisé l'ASSÉ et la ligue des droits et libertés offrant une analyse et des témoignages sur la répression policière durant la grève étudiante de 2012.

Judiciarisation de la grève étudiante: un cas d’école

31 Octobre 2013

La deuxième semaine des travaux de la Commission Ménard vient de s’achever. Alors que le gouvernement poursuit un exercice qui se situe à 1000 lieues de la véritable enquête publique demandée par plusieurs organismes, de nombreuses personnes doivent vivre avec les séquelles physiques et psychologiques engendrées par la brutalité policière omniprésente durant le printemps 2012. Nombre d’entre elles demeurent, de plus, judiciarisées. C’est le cas de Hadi Qaderi, professeur en sciences politiques au Collège de Maisonneuve.

Pirate informatique à 12 ans - Le garçon a piraté des sites gouvernementaux québécois lors du printemps étudiant

25 Octobre 2013

Un garçon de 12 ans était derrière le piratage de plusieurs sites internet gouvernementaux et de la police pendant la crise étudiante. Certains sites avaient été mis hors-service jusqu’à deux jours au nom d’Anonymous.

L’enfant en cinquième année d’école primaire avait causé des dommages évalués à 60 000 $ lors du printemps étudiant de 2012, mais il n’avait pas agi par conviction politique. Car en échange des informations piratées, il demandait à Anonymous des jeux vidéo.

Accompagné de son père au Tribunal de la jeunesse hier, le petit garçon habillé en uniforme d’école semblait gêné devant la juge Michèle Lefebvre. C’est d’ailleurs d’une petite voix fluette qu’il a plaidé coupable de trois accusations en lien avec des crimes informatiques.

Commission Ménard: la loi spéciale a amplifié la violence, selon le SPVM

24 Octobre 2013

(Montréal) La loi spéciale qui encadrait le mouvement de grève étudiant et les manifestations à Montréal, adoptée le 18 mai 2012 par l'ancien gouvernement libéral du premier ministre Jean Charest, a fait gonfler le nombre de citoyens qui participaient aux marches nocturnes, où les scènes de violence se sont multiplées.

C'est ce qu'a expliqué le commandant du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Alain Simoneau, devant la Commission d'examen sur le printemps étudiant. C'est lui qui a été la voix des policiers dans plus de la moitié des manifestations, alors qu'il parlait à la foule à l'aide du camion muni de haut-parleurs.

COMMISSION SPÉCIALE SUR LE PRINTEMPS 2012 - Des reporters dénoncent la brutalité policière

24 Octobre 2013

Le caméraman William Ray et la journaliste Michelle Moore de la Concordia University Television (CUTV) ont raconté mardi les agressions commises par les forces de l'ordre envers les manifestants et les journalistes, dans le cadre de la commission spéciale d'examen des événements du printemps 2012.

William Ray est revenu sur la manifestation de Victoriaville, début mai 2012, avec l'une de ses vidéos à l'appui, estimant que l'agressivité des agents de la Sûreté du Québec (SQ) avait contribué aux échauffourées entre les deux camps.

«Il a fallu 20 minutes avant que l'ambulance arrive», a déploré le caméraman, en racontant qu'un manifestant saignait par terre, inconscient après qu'il eut reçu un objet contondant en plastique dur dans le visage.

Syndiquer le contenu