Grenade assourdissante

  • warning: Creating default object from empty value in /var/www/drupal-6.28/sites/all/modules/i18n/i18ntaxonomy/i18ntaxonomy.pages.inc on line 34.
  • warning: Creating default object from empty value in /var/www/drupal-6.28/sites/all/modules/views/includes/handlers.inc on line 652.

Le Défenseur des droits demande un moratoire sur l'utilisation du flash-ball

22 Juillet 2015

Jacques Toubon s'était saisi à la suite de la blessure d'un adolescent d'Argenteuil par le tir d'un policier.

Le Défenseur des droits recommande l’interdiction du flash-ball lors des manifestations et demande un moratoire général sur son usage, quel qu’en soit le contexte, au vu de la «gravité des lésions» qu’il peut causer.

Le Défenseur recommandait jusqu’à présent de ne pas utiliser le flash-ball lors de manifestations publiques «hors cas très exceptionnels», définis «strictement». Constatant que ses réserves n’ont pas été prises en compte dans le nouveau cadre d’emploi de cette arme, le Défenseur demande désormais qu’elle ne soit plus utilisée «dans un contexte de manifestation publique».

La Ville de Québec mise en demeure dans le dossier de la manifestante blessée

08 Avril 2015

La Ville de Québec et le policier qui a tiré la grenade de poudre irritante au visage de Naomie Tremblay-Trudeau ont reçu une mise en demeure. L’avocat de la jeune manifestante réclame la réparation pour les blessures et des excuses.

C’est la première étape avant une poursuite civile. «Normalement, le service de police ou la ville va réagir. Et, s’ils ne réagissent pas, je vais engager des procédures judiciaires pour réclamer les sommes dues», a expliqué l’avocat Marc Lemaire, qui demande réparation pour sa cliente.

La cartouche qui a atteint une manifestante au visage «peut causer de sérieuses blessures ou la mort»

31 Mars 2015

La Muzzle Blast Powder Dispersion 37 mm, cette cartouche projetée par une arme nommée Arwen 37 qui a blessé une étudiante au visage la semaine dernière à Québec, «peut causer de sérieuses blessures ou la mort», peut-on lire dans les spécifications du produit vendu sur le web.

La fiche de spécifications de cette cartouche est disponible sur le site TheSafariLand.com, une compagnie qui fabrique et vend des produits destinés aux forces de l’ordre. On peut également y lire un avertissement à l’effet que ce produit «doit être utilisé uniquement par les membres des forces de l’ordre autorisés et formés» pour le faire, et qu’il doit être manipulé, entreposé et utilisé avec la plus grande prudence.

15 mars 2012 : La déonto enquêtera sur les grenades assourdissantes du SPVM!

04 Octobre 2013

15 mars 2012 : La déonto enquêtera sur les grenades assourdissantes du SPVM!

Le COBP a appris récemment que le Commissaire à la déontologie policière avait décidé d'enquêter sur « l'utilisation de bombes ou grenades assourdissantes », dans le cadre d'une plainte déposée suite à la manif contre la brutalité policière du 15 mars 2012. Pour justifier sa décision, le Commissaire Claude Simard affirme que « ce volet de la plainte (les bombes ou grenades assourdissantes) soulève des questions d'intérêt public ».

GAPPA - Grenades assourdissantes: Que cache le SPVM?

12 Mars 2013
See video

Suite à la manifestation nocturne du 5 mars 2013, GAPPA s'inquiète de la #DÉRIVE du SPVM. Ouvrez l'oeil!

Lors de cette manifestation, le SPVM a abusé des «flash-bangs» (grenades assourdissantes) pour disperser les manifestantEs. GAPPA est alarmé non seulement de par le nombre de grenades utilisées mais aussi de par la proximité des manifestantEs viséEs par ces explosions. Francis Grenier, cet étudiant qui a perdu l'usage d'un oeil en raison d'une telle grenade au printemps dernier, soit-disant tirée par un expert (sic) en arme de dispersion de foule, s'en rappellera toujours.

The Québec Strike Continues and Defense Technology’s Repression

15 Août 2012

The War Resisters League, un mouvement anti-guerre étasunien, en campagne contre la compagnie d'armement exportant les gaz lacrymogène utilisés au Québec

Syndiquer le contenu