Militarisation des corps policiers

  • warning: Creating default object from empty value in /var/www/drupal-6.28/sites/all/modules/i18n/i18ntaxonomy/i18ntaxonomy.pages.inc on line 34.
  • warning: Creating default object from empty value in /var/www/drupal-6.28/sites/all/modules/views/includes/handlers.inc on line 652.

Flashball : 10 ans de blessures, 10 ans de lutte

03 Mai 2016

Jeudi 28 avril 2016 à Rennes, un manifestant de 20 ans s’écroule le visage en sang. Il vient de perdre un œil. L’étudiant qui lui a apporté les premiers soins témoigne : « Les gens ont commencé à s’échapper par le pont. Les CRS les ont tirés comme des lapins au flash-ball, c’est là qu’il a été touché. […] Il y a eu des flots et des flots de sang et c’est là que nous nous sommes rendu compte qu’il était en train de perdre son œil. Le tir de flash-ball directement dans l’œil ça ne pardonne pas. Un jeune mec de 20 piges qui est en licence de géographie qui vient faire valoir ses droits et qui se retrouve à l’hôpital. On espérait que le drame n’arrive pas, mais il a fini par arriver aujourd’hui. »

Obama va limiter l'usage d'équipement militaire par la police

21 Mai 2015

Soucieux d'apaiser les tensions après une série d'incidents violents, de Ferguson à Baltimore, le président américain Barack Obama a annoncé lundi une limitation et un encadrement plus strict de l'utilisation d'équipements militaires par les forces de police.

Première condamnation aux assises d'un gendarme pour usage du flashball

23 Mars 2015

Pour la première fois, un membre des forces de l’ordre est condamné par une cour d’assises pour l’usage d’un flashball. L’adjudant Roumiansteff, 38 ans est reconnu coupable de violences volontaires ayant entraîné une mutilation et une infirmité permanente par la cour d’assise de Mamoudzou, à Mayotte. Il est condamné à deux ans de prison avec sursis.

Un guide des armes anti-émeutes de la Police française

04 Octobre 2014

Les armes « non-létales » utilisées par la police et la gendarmerie pour le maintien de l’ordre défraient fréquemment la chronique lors des manifestations où elles sont employées. Par exemple, le flashball a déjà fait de nombreux borgnes et autres blessés – et l’État a même été condamné par la justice pour son utilisation. En réponse à la multiplication et l'intensité de ces armes, des militants ont développé tout un système de défensé basé sur l'information et le droit : des manuels diffusent notamment les méthodes pour se prémunir des poursuites judiciaires et des techniques pour se protéger des armes de la police.

Lien:
http://www.vice.com/fr/read/un-guide-des-armes-anti-emeutes-de-la-police...

LDI : une arme laser anti-émeute pour en mettre plein les yeux à Calais

24 Octobre 2016

Alors que les états-majors policiers préparent l’évacuation de la « jungle » de Calais, un nouveau fusil aveuglant, le LDI (« Laser de dissuasion et d’interception »), a fait discrètement son apparition dans l’arsenal des CRS qui seront à la manœuvre à Calais. C’est le Canard enchaîné, le 28 septembre, qui annonce ce renfort éblouissant :

Neutraliser les loups – entretien

09 Octobre 2015

Des gens de Littor.al ont profité de la sortie de « Mater la meute », par Lesley J. Wood, pour interroger le militant antisécuritaire et chercheur indépendant en sciences sociales Mathieu Rigouste, qui signe à la suite « Le marché global de la violence ».

Lors de ton séjour à Montréal l’an dernier, as-tu pu faire des observations concernant certaines techniques et pratiques policières spécifiques? Pourrais-tu rendre compte de certaines différences ou similarités avec la France?

Militarisation de la police - Neutraliser la contestation

03 Octobre 2015

Afin de jeter un nouvel éclairage sur la « guerre » que la police livrerait aux manifestants en Amérique du Nord, la professeure de sociologie à l’Université York de Toronto Lesley J. Wood vient présenter son nouvel ouvrage Mater la meute. La militarisation de la gestion policière des manifestations ce jeudi à Montréal.

Des drones policiers équipés de gaz lacrymogène légalisés

03 Septembre 2015

Des drones équipés de gaz lacrymogène, tasers ou balles en caoutchouc pour disperser des manifestations ou des émeutes? Ce n'est plus forcément de la science-fiction dans le Dakota du nord.

Cet État frontalier du Canada a adopté une loi qui vient d'entrer en vigueur et qui légalise de facto l'utilisation par la police de drones équipés d'armes non mortelles.

«J'ai proposé une loi pour exiger un mandat judiciaire afin que la police ait le droit d'utiliser des drones à des fins de surveillance des citoyens», a expliqué à l'AFP le parlementaire républicain Rick Becker du Dakota du nord.

L'élu voulait aussi initialement que sa proposition de loi 1328 interdise toutes sortes d'armes sur les drones. Jusqu'à ce que le lobby policier s'en mêle.

Mulcair promet 2500 policiers supplémentaires

21 Août 2015

Thomas Mulcair a attaqué Stephen Harper sur l'un de ses terrains de prédilection mercredi, celui de la sécurité.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) a soutenu que le plan du premier ministre sortant pour «serrer la vis aux criminels» était un échec, comme en témoigne selon lui la baisse du nombre de policiers dans les rues canadiennes.

De passage à Surrey, en Colombie-Britannique, une ville aux prises avec d'importants problèmes de violence et de sécurité, Thomas Mulcair a reproché au chef conservateur de ne pas avoir livré les 100 agents de la GRC supplémentaires qu'il avait promis pour aider la communauté à lutter contre la circulation des armes à feu et la violence des gangs de rue.

Peut-on se permettre la police? Essai de statistique.

20 Mai 2015

Qui s’est permis de prendre part aux manifestations des derniers mois n’aura pas manqué d'étonnement devant l’ampleur des moyens policiers mis en place pour imposer le silence. Depuis la grève de 2012, il semble bien que la police soit déterminée à ne plus jamais se faire prendre par surprise, quitte à perdre toute mesure dans son évaluation des effectifs nécessaires pour « maintenir l’ordre ». La Broken Window Theory, sur laquelle se fonde la doctrine de la tolérance zéro – avec l’exemple de la vitrine brisée qui incite à en briser d’autres – se voit appliquée à la moindre contestation. L’incident le plus banal, le rassemblement le plus infime ne peut être admis sans que la police lui signifie, en lui imposant un dispositif nettement supérieur, qu’elle reste en contrôle.

Syndiquer le contenu