18e MANIFESTATION ANNUELLE CONTRE LA BRUTALITÉ POLICIÈRE / 18th ANNUAL DEMONSTRATION AGAINST POLICE BRUTALITY

18e Journée Internationale Contre la Brutalité Policière: Réagissons à la militarisation!

Cette année marque la 18e édition de la Journée Internationale Contre la Brutalité Policière (JICBP). Mais ça ne signifie pas que la brutalité n’existe que depuis 18 ans. Depuis que le premier corps policier a vu le jour, la brutalité, les abus, les injustices, le profilage (tout ce qui nous enrage) a vu le jour avec lui. Comme l’a si bien dit Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers de Montréal: « Notre boulot, à la police, c’est la répression. Nous n’avons pas besoin d’un agent socio-communautaire comme directeur, mais d’un général. La police est un organisme paramilitaire ne l’oublions pas. »

Ces dernières années auront d’ailleurs été un excellent exemple de cette répression sur la population alors que des milliers de personnes ont été arrêtées sous le motif de règlements discutables et dont la constitutionnalité est présentement contestée en cour. On pourrait aussi pointer l’ironie que Ian Lafrénière, porte parole du SPVM célèbre entre autres pour son portrait graffiti, est aussi un ancien militaire des forces canadiennes. Il a d’ailleurs récemment été agent de liaison en Tunisie pour venir en aide à la police pour contrôler les mouvements de révolte qui y avaient cours. (Parenthèse intéressante : le SPVM a, au moins une fois sinon plusieurs, refusé la candidature d’une personne sous prétexte qu’elle n’était pas suffisamment aggressive! Dans un contexte international, à New York on ne peut faire partie de la police dépassé un certain niveau de QI!)

Sinon on peut aussi compter Jean-Loup Lapointe, assassin de Fredy Villanueva promu au SWAT team pour ses prouesses meurtrières, parmi les anciens militaires du SPVM. Mais on ne peut trop s’étonner que l’armée soit autant privilégiée chez la police québécoise quand on sait que tous les flics sont formés à Nicolet, une école-caserne où on rééduque ces individus en robots brainwashés qui répondent sans chigner aux ordres. D’ailleurs, après l'émeute de Montréal-Nord en 2008 la police a demandé conseil à l’armée pour mieux faire face aux soulèvements populaires, histoire de bien prouver l’alliance évidente entre la police et l’armée et contourner la loi qui empêche l’armée d’agir contre « son propre peuple ».

Alors que l’indignation populaire augmente face aux mensonges et aux atrocités des policiers et policières, leur arsenal de guerre augmente lui aussi. Et on ne peut que la remarquer cette militarisation. Pensons simplement à la scène surréaliste de Victoriaville au printemps 2012 et aux nombreuses victimes de cette même brutalité (étudiants et étudiantes, personnes racisées, itinérants et itinérantes, marginaux et marginales, and so on!), grenades assourdissantes, chars blindés, hélicoptères, fusils à balles de plastiques, masques à gaz, poivre de Cayenne, pistolets, taser en plus de leur traditionnelles matraques et boucliers. C’est là l’image de leur "justice".

Devant tous les bleus que ces barbares nous ont donnés, nous donnent et continueront de nous donner, il faut montrer une colère noire, rouge, jaune, multicolore! Ne nous perdons plus en querelles inutiles entre nous, l’ennemi c’est la police, mais surtout les gouvernements qui l’engagent et les compagnies (multinationales et monopoles capitalistes de toutes sortes) qu’elle protège au détriment du peuple. N’oublions pas David Lacour, Donald Ménard, Alain Magloire, qui ne sont que 3 victimes parmi une liste beaucoup trop longue de personnes innocentes tuées par le SPVM.

Ami-E-s, camarades, humains et humaines quoi! Ce 15 mars, prenons la rue ensemble! Parce que c’est notre silence qui laisse cette violence se perpétrer. Parce que nous subissons tous et toutes des oppressions systémiques. Parce que la rue nous appartient! Parce que nous sommes la seule révolution possible!

Le Collectif Opposé à la Brutalité Policière

******************

18th International Day Against Police Brutality: Let's react to the militarization!

Although this is the 18th year of the International Day Against Police Brutality, the cops have been abusing their power long before the inauguration of this tradition. Since the creation of the first police force, brutality, abuses, injustices, profiling - everything that enrages us - were institutionalized and normalized. Yves Francoeur, the president of the Montreal police Brotherhood, said it best: “Our job at the police is repression. We don’t need no community agent as a director, but a general. The police is a paramilitary organization, let’s not forget it.”

The past few years exemplify political repression. Thousands of people were arrested using sketchy pretenses, despite the very consitutionality of these bylaws currently being debated in court. The para-militarism of the police is clear. Ian Lafreniere, spokesperson of the SPVM whose graffiti portrait was popularized by the media, has a history in the Canadian Military. Recently, he was a liaison with the cops in Tunisia to help them control the revolt. At least once, the SPVM has refused a potential new cop because they were not violent enough. Internationally, the New York cops refuse anyone above a certain IQ!

Jean-Loup Lapointe, Fredy Villanueva’s murderer, was promoted to the SWAT team for his killing prowesses, demonstrating how the SPVM prefers lethal militaristic force. We should not be surprised that army backgrounds are privileged in Quebec’s police forces as its constituents are all trained at Nicolet, a school-barracks where these individuals are brainwashed into robots that do not question orders. After the riot in Montreal North, the SPVM consulted the army about how to control social uprisings, proving the already evident police-army alliance and breaking the law that states that the army cannot act against “their own people.”

As popular indignation increases toward all the lies and atrocities of cops, their arsenal also increases. We can only remark the increasing militarization. Let’s remember the surreal events of Victoriaville during spring 2012 and the numerous victims of police brutality -students, marginalized and racialized people, homeless folks and so on! The police brutalize us using flash bombs, armoured trucks, helicopters, rubber bullets, gas masks, pepper spray, guns, and tasers, on top of their traditional truncheons and shields. This is the image of their “justice”.

In response to all the bruises and wounds that these barbarians have inflicted upon us, inflict on us and will continue to inflict to us, we have to show a black, red, yellow, multicoloured anger! Let’s not lose ourselves in some useless arguments between us. The enemy is the police, but mainly the governments that hire them and especially the companies (the multi-nationals and capitalist monopolies of all kinds) that they protect against the legitimate raging population. Let’s not forget David Lacour, Donald Ménard, and Alain Magloire whom are only 3 victims from a way too long list of innocent individuals killed by the SPVM.

Friends, comrades, human folks! This March 15th, let’s take the streets together! Because it’s our silence that allows all this violence to happen. Because we’re all victims of systemic oppressions. Because the streets are ours! Because we are the only possible revolution!

The Collective opposed to police brutality

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: