COMMUNIQUÉ DE PRESSE DÉPOT D'UN NOUVEAU RECOURS COLLECTIF POUR LA MANIFESTATION DU 15 MARS 2014 APPELÉE PAR LE COLLECTIF OPPOSÉ À LA BRUTALITÉ POLICIÈRE - PREMIER RECOURS ALLÉGUANT UN PROFILAGE POLITIQUE

(Montréal, le 14 Mai 2014) Un nouveau recours collectif contre la Ville de Montréal a été déposé en date du 5 Mai 2014 relativement à l'arrestation de masse qui s'est déroulée au tout début de la manifestation annuelle du Collectif opposé à la Brutalité Policière (COBP). Le requérant, M. Perry Bisson, faisait partie d'un groupe de médi-militants attaché à cette manifestation tuée dans l'oeuf par le Service de Police de la Ville de Montréal.Le recours conteste la légalité de l'arrestation elle-même, diverses violations des droits fondamentaux des arrêté-es ainsi que leurs conditions de détention. Il compte démontrer, de plus, que les personnes arrêté-es durant cette manifestion ont été victimes de discrimination basée sur leurs convictions politiques. Ce recours est le dixième recours collectif déposé contre la Ville de Montréal dans le cadre des manifestations découlant de la grève de 2012, s'ajoutant à ceux du 4 Avril 2012 (76 arrestations), du 23 mai 2012 (518 arrestations - la plus grosse arrestation de masse de la grève), du 7 Juin 2012 (souricière à caractère "préventif" dans le cadre du Grand Prix qui fut éventuellement dispersée après des arrestations ciblées en son sein), du 15 mars 201 (deux recours pour deux souricières lors de la précédente manifestation du COBP - environ 250 arrestations), du 22 mars 2013 (deux recours pour deux souricières lors d'une manifestation contre l'austérité - plus de 200 arrestations), du 5 avril 2013 (manifesation contre P-6 durant laquelle la tête d'Anarchopanda fut fameusement dérobée - 279 arrestations) et du 1er mai 2013 (447 arrestations pour la journée internationale des travailleurs et travailleuses). Notons aussi l'existence de deux recours déposés contre la ville de Gatineau pour les arrestations de masse du 18 et 19 avril 2012 (manifestations sur le campus de l'Université du Québéc en Outaouais). Nous invitons par ailleurs les citoyens et les citoyennes de Montréal à exercer toutes les pressions possibles sur la ville afin qu'elle 1) informe la population des sommes engagées dans ces déploiements excessifs et couteux du SPVM, 2) abroge le règlement P-6 qui permet au SPVM cette judiciarisation de la dissidence, 3) somme le SPVM de mettre fin aux arrestations de masse et de cesser d'intimider et de brutaliser les citoyens et citoyennes qui expriment leurs opinions en manifestant. Pour plus d'informations: Le Collectif opposé à la brutalité polcière (COBP) - cobp@riseup.net Anarchopanda pour la gratuité scolaire - anarchopanda@riseup.net