Groupe de Soutien: Mon ami est en prison

Mon ami est en prison

Mercredi dernier, le 15 avril, mon ami s’est fait arrêter à l’UQAM en soirée. Ce sont des gardas qui l’ont suivi dans les couloirs. Illes ont contacté les flics qui sont venus l’arrêter. Il a passé la soirée au Centre opérationnel. Il devait être mis en liberté à la cour municipale, mais la procureure était intraitable, son enquête sur remise a été remise au lendemain. On l’a envoyé passer la nuit à Rivière-des-prairies (RDP), une prison pour hommes au nord de Montréal. Le lendemain, vendredi, nous avons organisé une vigile de soutien devant la cour municipale et avons passé la journée à attendre que vienne son tour. Nous étions une trentaine. Au terme de son enquête sur remise en liberté, le juge s’est opposé à le libérer avant son procès. D’ici là, il devra purger une peine sans procès à RDP. Le juge a invoqué comme argument principal que s'il libérait notre camarade, cela nuirait à l'opinion publique et que la population n'aurait plus foi en notre magnifique système judiciaire. Il a également parlé que la confiance du public en la gestion de la justice qu’il importait de préserver, concernait la "population bien informée". En cela, il faisait référence à ceux et celles qui lisent les journaux et écoutent la télévision tous les soirs, bref un hymne aux médias de masse. Au contraire de ce que le juge a affirmé, il paie le prix individuellement d’un mouvement collectif déjà fortement réprimé, donc l'emprisonnement de notre camarade n'est rien d'autre que politique.

Avec la violence juridique et politique en cours à l’UQAM dans le contexte de l’injonction, avec le profilage incessant auquel font face les étudiant-e-s et leurs allié-e-s, avec l’état policier touchant tous les aspects de nos vies, nous ne pouvons que nous révolter de cette situation. Il est clair que notre camarade sert présentement de cas exemplaire pour faire régner la peur et taire les voix dissidentes. Nous ne croyons pas au système de justice comme il est, mais il est facile de se sentir seul-e ou impuissant-e face à sa toute puissance hégémonique. Nous reconnaissons que nous sommes dans une guerre où deux gangs aux intérêts divergents et irréconciliables s’affrontent, et donc, nous devons nous organiser et nous protéger davantage afin de réclamer notre dangerosité face à l’État et ses corollaires. C’est pourquoi le fait de se masquer est approprié. Même si vos camarades ou les gardas vous reconnaissent quand même, vous allez être beaucoup plus difficilement identifiable sur les vidéos de surveillance qui seront utilisés pour vous incriminer.

Sa remise en liberté a été refusée pour cause du maintien de la confiance du public dans l’administration de la justice. C’est un non sens absolu quand on pense qu'à ce moment, aucun média de masse ne parlait de son arrestation. Dans le contexte actuel, garder cette histoire le plus loin possible des médias et préserver son anonymat augmente les possibilités qu’il puisse être remis en liberté et que soit invalidée la cause fallacieuse qui le maintient présentement derrière les barreaux: une frayeur présumée de l’opinion publique. C’est pourquoi nous pensons qu’il est important de ne pas personnaliser le débat, afin de le protéger face au cirque médiatique et possiblement avoir une chance de le faire sortir plus rapidement de prison.

Ce n'est pas un martyr, ce n'est pas un héro, ce n'est pas un leader, ce qui lui arrive aurait pu arriver à n'importe qui d'entre nous.

C'est pourquoi nous appelons à la solidarité active sans dissociation ni condamnation avec toutes les personnes criminalisées par l'État, en tout temps et dans le cadre du mouvement de grève actuel, que ce soit en raison d'actions de perturbation, de manifestations ou dans les situations d'injonction. Cette solidarité s’exprime par une responsabilité collective vis-à-vis du sort de chacune et chacun. Dénoncer la criminalisation par des manifestations ou des vigiles, s’opposer aux arrestations ciblées et à la délation, apporter un soutien légal, financier et moral aux arrêté-es (envoi de lettres, levée de fonds) et exiger l’abolition de leurs chefs d’accusation, surveiller les pratiques de la police, soigner les blessé-es, se serrer les coudes. Tout ceci constitue les bases d’une culture de lutte qu’il faut entretenir et développer. On tente de présenter comme plus légitimes les tendances qui exigent le moins possible, qui sont les moins dangereuses pour le maintien d'un semblant de statu quo afin de diviser le mouvement et d’isoler les tendances plus radicales de celles plus réformistes. Nous croyons qu’au contraire c'est seulement par la continuité du mouvement, l’expansion et l'intensification de celui-ci que nous pourrons aspirer à une société plus juste. La répression policière et ses conséquences à court, moyen et long terme est une attaque sans commune mesure avec les actions qui ont ponctué le mouvement en cours. Ne cédons rien.

Vous pouvez aussi écrire une lettre de soutien à notre ami que vous pouvez déposer soit à l'Insoumise (coin Ontario/St-Laurent), au café Aquin de l'UQAM, au local de l'AFESH ou poster à la Déferle qui le transfèrera à notre ami. Toutes les formes de lettres sont les bienvenues (dessins, poèmes, lettres), mais elles doivent être manuscrites (à la main). Le groupe de soutien peut se charger de mettre un timbre et des enveloppes vides seront à côté des boîtes si vous n'en avez pas.

Vous pouvez aussi contribuer à la levée de fonds, écrivez-nous pour plus d'infos.

Une vigile aura lieu à la cour municipale le 29 avril à 9h30.

Tous les prisonniers et toutes les prisonnières sont des prisonnièr.es politiques!

À bas toutes les prisons!

des ami.e.s

Comment puis-je aider?

Si vous voulez offrir du support, vous pouvez contribuer à la levée de fonds (écrivez nous pour plus de détails), écrire des lettres de support. Un midi écriture de lettres sera bientôt organisé et une boîte pour les recueillir est installée à l’AFESH (J-M770) et au café aquin (A-2030) à l'UQAM, à l'Insoumise (2033 Boul St-Laurent, Montréal, QC H2X 2T3) ou poster à la Déferle (1407 AV VALOIS MONTRÉAL QC H1W 3L8) qui le transférera à notre ami. Les messages ne peuvent être qu'en écriture manuscrite, pas de texte imprimé. Toutes formes est la bienvenue: mot court, poème, chanson, dessins, lettres, etc. Le comité de soutien se charge d'inscrire sur l'enveloppe sa date de naissance et l'adresse, de poser un timbre et d'acheminer la lettre et qu'il y aura quelques enveloppes vides près des boîtes aux lettres de l'UQAM, au cas où vous n'en avez pas.

Vous pouvez aussi participer aux vigiles, la prochaine aura lieu à la cour municipale, 775 RUE GOSFORD MONTRÉAL QC H2Y 3B9, le 29 avril à 9h30.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: