Intervention abusive de la police de Montréal?

TVA Nouvelles a obtenu une vidéo d'une récente intervention du SPVM à Montréal où l'on voit une policière se servir de son bâton télescopique pour maîtriser un homme qui se dit victime d'une intervention abusive. D'ailleurs, le citoyen, à qui nous avons parlé et qui préfère pour l'instant ne pas dévoiler son nom, n'entend pas en rester là.

L'affaire est survenue mercredi dernier, vers 8h00, à la hauteur du 3177, rue Masson, dans l'arrondissement Rosemont-La Petite Patrie. Les policiers sont d'abord intervenus parce que le citoyen avait garé sa voiture dans un espace réservé aux autobus de la STM.

L'homme a reçu ce ticket de 63 $ parce qu'il a immobilisé son véhicule routier dans une zone réservée exclusivement aux véhicules affectés au transport public.

Le citoyen de 45 ans, propriétaire d'un garage mécanique qui dit mener une vie paisible, sans antécédents judiciaires, nous a dit au téléphone s'être arrêté sur la rue Masson pour récupérer son journal au dépanneur.

En sortant, il constate la présence d'une autopatrouille, il ne comprend pas pourquoi les agents lui demandent de s'identifier pour une simple contravention de stationnement, ensuite il dit être maîtrisé et frappé par la policière qui se sert du bâton réglementaire fourni par le SPVM, nettement exagéré comme intervention aux yeux du citoyen.

Sur la vidéo, on l'entend déclarer:

-Je ne peux pas m'identifier, j'ai les mains derrière mon dos. Je vais m'identifier.

-Vous avez le droit de garder le silence. Vous avez le droit à un avocat. (voix de la policière)

-Mother fucker, have got to go to work.

Blessures diverses, ecchymoses, difficulté à marcher, il nous a fait parvenir quelques photos qu'il conserve au cas où il décide d'amener cette affaire en déontologie. Entre temps, il fait face à une accusation d'entrave au travail des policiers.

Or, des sources policières ont indiqué à TVA Nouvelles que l'homme avait un comportement agressif et qu'il a refusé de s'identifier. Nos sources disent que les agents ont dû intervenir physiquement parce qu'il résistait lors de l'intervention.

La vidéo est entre les mains du service des relations publiques du SPVM qui l'examinera.