«Si tu ne veux pas donner de tickets, va faire autre chose!»


Enregistré à son insu par des cadres, le chef de police de Montréal a récemment martelé que les quotas de constats d'infraction sont une priorité. Il dit même que les agents à moto doivent s'attendre à donner des contraventions «chaque minute». C’est la deuxième fois qu’une rencontre entre les hauts gradés du SPVM fait l’objet de fuite dans les médias.

L’existence de ce que la Fraternité des policiers de Montréal avait baptisé ironiquement «Denis Bonis» crée des malaises au sein même de la haute direction selon un l’enregistrement obtenu par notre Bureau d’enquête.

La réunion enregistrée par un haut gradé s’est tenue en février au Buffet Riviera sur le boulevard Henri-Bourassa.

La haute direction de la police de Montréal a commencé dès février à tourner le dos à son chef Philippe Pichet. La remise en question de ses décisions a commencé lorsqu’il a instauré une prime au rendement pour les cadres qui atteignaient les quotas de contraventions.
«Éthique»

Au début de la réunion, Philippe Pichet se plaint d’une fuite dans les médias. «Il y a quelqu'un qui a donné le fameux formulaire à monsieur (Paul) Arcand et dans les médias ce qui est pas mal plate honnêtement. C'est un document interne. Si vous avez des préoccupations, il y a deux places où on peut aller. Premièrement, il y a nous autres à l'interne, tout le monde a un boss, ça ne fait pas mal et ça ne mord pas. C'est sûr que quand on essaie d'utiliser les médias pour faire valoir nos choses, ça touche l'organisation, ça touche les cadres et ça touche les polices», annonce-t-il.

Il rappelle ensuite avec fermeté que «les bonis sont là pour rester». Rappelons que la direction Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a fixé à 717 000 le nombre de constats à émettre pour 2016.

Lors de la rencontre, des cadres expriment des préoccupations «éthiques» quant à cette méthode de rémunération.

«Concernant les fameux bonis, moi j'ai un petit malaise», affirme l’un d’eux.
Encore les médias

Dans ses réponses, Philippe Pichet ramène souvent la dimension médiatique à l’avant-plan de toute l’affaire. «Quand tu entends les médias dire, on va bâcler les enquêtes pour avoir plus d'argent, c'est un non-sens.»

«Quand les médias parlent que les cadres vont marcher en fonction du temps supplémentaire, du nombre de billets et des dossiers traités, je pense que c'est vraiment de nous prendre pour des gens non professionnels... je pense que c'est très simpliste comme explication et je pense qu'il faut s'élever en haut de ça.»
«Va faire autre chose»

Dans cette rencontre qui dure plus d’une heure, le directeur tente d’inculquer à ses troupes l’importance de «bien communiquer» afin de faire passer l’idée des bonis aux policiers sur le terrain.

Mais à mi-chemin dans cette rencontre, il parle lui-même des policiers de manière peu élogieuse en affirmant être allé diner avec les policiers motards de son service. Il a «pogné le groupe le plus revendicateur», affirme-t-il.

«Quand tu entends (les motards) dire, ils nous voient comme si, comme ça, puis gna gna gna! Moi je dis écoute, t'es au motard, tu n’es peut-être pas à la bonne place. Si tu ne veux pas donner des billets chaque jour puis chaque minute, va faire d'autre chose!»