March 15th, International Day Against Police Brutality

Since March 15th 1997, COBP has organized an annual demonstration in the streets of Montreal to highlight the International Day Against Police Brutality, which has already spread from Canada and Switzerland to Germany, England, France, Belgium, Spain, Portugal through Nigeria, the U.S and Mexico. Join us in this struggle that has no borders and that will continue on, for dignity, true justice and freedom! Together let’s put an end to the police state and its brutality!!

15 mars 2014 : Le COBP dénonce l’État policier paramilitaire et la répression politique / March 15 2014: The COBP denounces the paramilitary police state and its political repression

15 March 2014

C’est sans grande surprise mais avec énormément de rage et d’indignation que le COBP dénonce l’arrestation de masse qui a mis fin à la 18e manifestation contre la brutalité policière quelques minutes à peine après son départ. Le SPVM, aidé de la SQ, a en fait encerclé la manifestation avant même qu’elle ne se mette en branle. D’après nos informations préliminaires, ce sont environ 250 personnes qui ont été encerclées en vertu de l’article 2.1 du règlement municipal P-6 qui interdit toute manifestation dont l’itinéraire n’a pas été remis à la police avant son départ. (Faut-il rappeler que la constitutionnalité du règlement municipal P-6 est présentement contestée en cour?) Plusieurs arrestations ciblées ont aussi eu lieu, dont plusieurs ont été effectuées très brutalement.

TÉMOINS RECHERCHÉS! (15 mars 2013)

À PARTAGER C'EST IMPORTANT !!! Vous rappelez-vous de cette jeune fille habillée en noir et tabassée par le SPVM au tout début de la manif contre la brutalité policière du 15 mars 2013 ? Elle est présentement à la cherche de témoins de cet ''incident'' . Si vous avez quelconques informations merci de les partager en écrivant au COBP! (cobp@riseup.net)

Richard Bergeron et la Manifestation du 15 mars

02 October 2013

Richard Bergeron, chef du parti Projet Montréal et candidat à la mairie de Montréal, change sa position du tout au tout lorsqu’il aborde la question de la manif du 15 mars.

Durant une entrevue avec Stéphane Gendron sur Radio-X, Richard Bergeron a déclaré ceci :

Moi, à toutes les fois qu’on m’a invité à dénoncer le travail des policiers durant les événements de l’année passée, j’ai dit : ne comptez pas sur moi, c’est ma police.

Richard Bergeron a ensuite reconnu qu’il y avait eu « des ratés », en mentionnant le matricule 728 (dont il avait oublié le numéro de matricule).

Richard Bergeron a aussi indiqué qu’il avait organisé plusieurs manifs dans sa vie et que le fait de donner le trajet à la police « ç’a toujours allé de soi ».

Teaser du documentaire de MADOC ''L"étau''

06 April 2014
See video

Un petit avant-goût de L'étau, documentaire d'une vingtaine de minutes, que j'aurai l'immense plaisir de vous présenter vendredi prochain, lors de la 2e édition de Courts Critiques.

2e édition de courts critiques!!

lieu: centre Phi (407 rue saint-pierre montréal)

De plus en plus de vidéastes, de documentaristes et d’artistes produisent en marge des structures régulières de l’industrie.

Entrave au droit de manifester ?

22 March 2014

(Après 120 profs et 50 organisations, c'est un ancien flic qui vient à la défense des personnes arrêtées le 15 mars 2014 en remettant en cause la théorie non-fondée du SPVM selon laquelle "95%" des manifs donnent leur itinéraire à la police et l'application sélective du règlement municipal P-6...)

Stéphane Berthomet - 21 mars 2014

Après un groupe composé de 120 professeurs qui a réclamé la semaine passée la démission du directeur du SPVM, Marc Parent, c’est au tour d’une cinquantaine d’associations de demander l’intervention des élus afin de veiller au respect du droit de manifestation.

Arrestations du 15 mars : plus de 50 organisations interpellent les élu-e-s municipaux

21 March 2014

Montréal, le 21 mars 2014 – Après la publication de la lettre signée par 120 intellectuel-le-s, c’est au tour des organisations syndicales, étudiantes, communautaires, féministes et de défense des droits de dénoncer la dérive policière du 15 mars dernier. La Ligue des droits et libertés (LDL), appuyée par 55 autres organisations, demande aux élu-e-s municipaux d’intervenir pour que de telles atteintes à la liberté d’expression ne se reproduisent plus.

L’arrestation massive survenue en fin de semaine dernière confirme une fois de plus ce que les organisations dénoncent depuis plus d’un an : le règlement P6 brime le droit de manifester et ouvre la porte à l’arbitraire policier et au profilage politique.

Syndicate content