La police est là pour ton bien

Un policier lui a offert un pansement

Date de l'événement: 

12 May 2012

Un jeune se fait arrêter lors d'une manifestation, il est légèrement blessé à une main, il a un peu de sang sur la main, lorsqu'il entre en cellule, un policier lui offre un pansement pour nettoyer sa plaie. Le jeune nettoie sa plaie et jette le pansement à la poubelle. Aussitôt un policier entre et saisi le pansement dans la poubelle. L'ADN du jeune sera comparé avec le sang trouvé sur un véhicule de police qui a été endommagé par des manifestants...

Pour avoir traversé à pied sur un feu rouge

(Témoignage pris de l'article suivant : http://tvanouvelles.ca/lcn/montopo/photo/archives/2011/08/20110801-18404...)

Marie Brais, une Longueuilloise de 57 ans qui habite tout près de l'entrée du pont Jacques-Cartier, se dirigeait peu avant 22h vers l'infrastructure afin de profiter de la dernière fin de semaine de l'événement.

«J'étais bien habillée pour l'occasion, j'écoutais la musique des Beatles, et je me dirigeais d'un bon pas vers le pont. C'est alors que j'ai remarqué qu'un policier me faisait signe.», a raconté Mme Brais, qui a affirmé croire, à cet instant, que l'agent lui demandait de porter une attention particulière à la signalisation, car elle avait traversé la rue Saint-Laurent au feu rouge, à l'intersection de la rue Sainte-Hélène.

Elle marchait un peu trop vite

(témoignage provenant de cet article de presse : http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/2011/02/20110202-110607.html)

Je suis étudiante à l’UQAM, je sortais d’un cours et je marchais sur la rue Saint-Denis, a-t-elle expliqué. J’ai voulu traverser la rue Laurier. J’étais pressée. La lumière était verte, alors j’y suis allée, mais j’ai marché vite afin de ne pas arriver de l’autre côté au moment où la lumière serait rouge.»

C’est alors qu’une policière l’a interpellée. «Elle m’a dit: "avez-vous vu à quelle vitesse vous avez traversé?" Je ne comprenais pas de quoi elle m’accusait. Elle m’a demandé de lui donner une carte d’identité, ce que j’ai refusé de faire parce que je n’avais pas enfreint la loi. C’est là qu’elle m’a attrapé les mains.»

Pages

Subscribe to RSS - La police est là pour ton bien