Cycliste tué: une manif perturbe la basse-ville de Québec, 9 arrestations

(Québec) Quelques dizaines de manifestants ont marché jusqu'au poste de police de Québec, dans la nuit de vendredi à samedi, pour dénoncer la mort de Guy Blouin, cet homme de 48 ans happé par une autopatrouille le 3 septembre. Neuf personnes ont été arrêtées.

La manifestation prévue pour 23h30 semblait compromise par un orage intense, mais quelques dizaines de manifestants, assez pour bloquer entièrement une rue, se sont petit à petit rassemblés devant le parvis de l'Église Saint-Roch.

Le groupe, majoritairement composé de jeunes, a pris la rue d'assaut pour se diriger vers le poste de police situé près du parc Victoria, en basse-ville de Québec. «Flics, porcs, assassins!», criaient les sympathisants de Guy Blouin à travers les rues du quartier Saint-Roch.

Les policiers du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) étaient pratiquement invisibles en début de manifestation. Même à l'arrivée des manifestants au poste de police, aucune autopatrouille ne s'est approchée et aucun agent n'est intervenu.

La marche a donc rebroussé chemin pour retourner au centre-ville, bloquant le boulevard Charest à la hauteur de la rue du Parvis. Les manifestants ont alors amorcé un «sit-in», s'assoyant au beau milieu de la chaussée.

De nombreuses autopatrouilles ont aussitôt bloqué les issues, mais sans intervenir auprès des manifestants, souvent hostiles aux policiers. «Envoye, roule-nous dessus!», a lancé un manifestant installé sur le sol, à quelques pouces d'une voiture du SPVQ. Rappelons que Guy Blouin, un homme de 48 ans fréquentant à l'occasion le parvis de l'Église Saint-Roch, est mort happé par une autopatrouille, le 3 septembre, d'où le clin d'oeil des manifestants.

Ce décès a soulevé l'ire des habitués de la place du Parvis, qui accusent les policiers d'avoir commis des irrégularités dans le cas de Guy Blouin. Certains d'entre eux disent avoir été témoins de la scène.

Des manifestants ont frappé sur des autopatrouilles à quelques reprises, sans causer de dégâts importants. Des membres de la marche ont tenté de calmer le jeu et ont demandé à leurs congénères plus turbulents de s'abstenir.

La présence policière s'est accrue au fur et à mesure que la nuit avancait, toujours sans intervention. Des renforts étaient postés un peu partout dans le secteur des jardins Saint-Roch.

Les policiers ont passé les menottes à neuf personnes pour désordre cette nuit. Elles ont toutes été libérées avec un constat d'infraction au règlement municipal, a déclaré Catherine Viel, agente aux communications au SPVQ.

L'impact de la manifestation a été modéré sur la circulation. «Ce n'était pas une manifestation problématique. Nous les avons escortés et les agents en place ont fait preuve de patience envers le groupe. Une fois rendues sur le boulevard Charest, par contre, certaines personnes se sont assises par terre, c'est là que nous avons dû intervenir», relate Catherine Viel.

À 2h00, la situation était de retour à la normale.

Categories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: