Commission Viens : l'association des policiers estime que les mécanismes de surveillance sont suffisants

L'Association des policières et policiers du Québec (APPQ) invite la Commission Viens à ne pas recommander un resserrement des mécanismes de surveillance des activités policières. C'est l'une des recommandations contenues dans leur mémoire déposé à la commission d'enquête et qui a été rendu public récemment. L'APPQ se positionne également sur une série d'enjeux concernant les Autochtones.

L'Association des policières et policiers du Québec, le syndicat d'environ 5400 agents de la Sûreté du Québec, estime que le fonctionnement des mécanismes de surveillance de la police, comme la déontologie policière, n'a pas à être revu. Il faudrait plutôt mieux informer les citoyens sur leur fonctionnement et les organismes autochtones "ont également leur part de responsabilités", précise-t-on dans le document.

Categories

Dossiers: 

Type de document: