Testimonies of Police Abuse

You have been victim of police abuse ?

Denounce it ! Publish your testimony

Agression physique

26 October 2019

La Prairie environ 19:30 - 8:00 pm Soirée Halloween

J'étais en attente pour visiter une maison, j'étais en compagnie de mes petits enfants, mon fils, ami de mon fils.

J'ai reçu 4 coups dans le dos dont un dans le bas du dos, les 3 autres entre les omoplates. L'ami de mon fils est intervenu.J'ai été étourdies, vision troubles.

Le 27 oct. le lendemain, j'étais somnolente, maux de cœurs, maux de tête et aussi le lundi et mardi: j'ai mal à la tête, maux de cœurs.
Le lundi, je prenais ma pause devant la bâtisse où je travaille et les policiers (qui te parlent de loin, jamais devant toi, porte des perruques), ne te plains pas, ça pas fait si mal que ça, tu nous prend pour des champignons. Ton gigolo était là pour t'aider.

Ils continuent de me harceler, je dois sortit de chez moi, du travail, je dois les rencontrer, les suivre etc...

J'en ai assez, je suis déjà allée les rencontrer mais ils ne parlent pas.

Merci et bonne journée.

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Profilage

12 October 2018

J’ai porté plainte sur un ex-conjoint violent et en plus je me suis fait agressee par 2 policiers, un de St-Jean-sur-Richelieu et j’ai porté plainte, je suis fait agressee sexuellement par les 2 policiers.

Depuis 1 2 mois, je me fais harceler, intimider par le poste 21, je travaille dans le même immeuble où je travaille . Ils me disent que je dois me rendre,m’avan Vers eux, faire un parcours, me passer le doigt, me dire toucher le petit piton etc...ils sont aussi su la 17 émet avé et jean talon est où ils font la loi.

J’ai peur, je suis allée les affronter mais rien n’y fait .

Je voudrais rester confidentiel . Même à l’isLet d’ou Je viens.

Ceux qui m’on Agressee sexuellement sont Luc Tougas et François Lachance sq

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Fausse arrestation illégale

05 August 2019

Le 5 août 2019 , au 2025 rue de champlain appartement 102 , a 10hr14 pm jai contacter le 911 des personnes était entrain de défoncer ma porte d'entrée, jetais coucher, je dormais mai fait le 911 pour demander de l'aide tout en essayant de retenir ma porte jai crier j'appel la police le 911 ma demander qui dénonçait la porte et de regarder jai dit non y en mai pa question je c pa c qui et que si cetait les proprietaires personne etait en loi le 911 ma dit essai de voir jai dit je voi pa c qui . Le 911 ma dit la police est la tu peux aller les voir jai dit non je veux pa sortir d'ici y ont quelqu'un viendrait me voir . Jai fini par aller voir qui avait defoncer jai vu david lessard roberta severe et deborah gedeon avec policier et jonathan mailhot syndicat des co-proprietaire je suis retourner vite faite dans le loyer et Jai contacter Jane Ross pour quil mappel urgent ce qu'il a fait sur le champs mai rester durant 44minute25 seconde j'avais demander à Janel quil reste en ligne avec moi ce qu'il a fait les 3 policières et le policier ont rentrer sont descendu dans le salon jetais en ligne avec Janel 1 policières ma dit sest exclamer ont te demande de sortir immédiatement d'ici sur le champs mai dit NON je suis chez moi et bien en loi elle a dit refus d'obtempérer tu es mise en état d'arrestation jetais toujours au cellulaire avec Janel jai dit Janel il me mette en état d'arrestation appel le 911 une policière ma arracher mon cellulaire et raccrocher la ligne Janel a immédiatement appeler le 911 la policière a dit tu es mise en état d'arrestation pour refus d'obtempérer tourne toi met les 2mains dans le dos mai dit pour quelle motif c'est moi qui a appeler le 911 parce qu'ont était entrain de défoncer ma porte mai demander le motif de l'arrestation a ma dit j'va ten donner un motif *refus d'obtempérer squatteuse de 9 mois ,9 passer ta de foncer la porte d'entrée pendant que le locataire n'était pa la ta changé la poignée de porte d'entrée et tu t installer ta empêcher le locataire durant 9 mois dentree jai dit non fait 16 mois suis ici mon courrier arrive ici elle ma dit ta pu le faire venir en douce et le loyer na jamais été payer depuis 9 mois on na demander à David Lessard et il dit il te connais pa jai dit je suis en règle mai tout en règle aucun papier de huissier ni même un huissier a ma porte la policière ma dit vous avez tous passer en cour le 26 juillet et le juge ta dit de sortir immédiatement mai dit non ce n'est pa vrai a toute les fois que je disais quelques chose 2 policières et le policier minsultait t une squatteuse on connais sa du monde une squatteuse une menteuse jai dit non Janel était à la régie du logement le jour de la comparution on na reçu le jugement le 4 août jai reçu aucun huissier la policière a lever le ton en disant tu te la ferme tout est retenu contre toi On temmene et c sa qu'ils ont fait jai dit je veux mes médicaments jetais menotte lui a mon emmener dans la chambre car mes boîtes était Pacter et bien taper bien ranger mai dit c une de ses boîtes la la policière a fouiller mais le policier a dit a niaise c'est assez on lamene il ont pri un sac fourre toit mes 2 cellulaire et mon rentre dans l'auto de patrouille de mes cellulaire sonnait dans la valise du char et la police a fouiller mon sac et long mi dans le coffre après un bout de temps là policière est venu dans l'auto m'insulter que sa fait 10 ans je suis squatteuse dans Montréal a connaît sa du monde comme moi jai dit ta aucun droit de faite sa et surtout de dire sa a la fin elle ma dit roberta severe ne porte pa plainte donc on va te lever les menottes pi tu tappeleras un taxi ta assez d'argent 9 mois de loyer qui na pa ete payer . A fini par dire regarde on va faire les fines on va aller te reconduire ou tu veux et a midi le 6 roberta severe met toute tes biens a la poubelle . Durant ce temps David Lessard a pri possession de tout mes biens le 6 août me suis rendu à la régie du loyer effectivement jetais en loi il mon donner papier et suis aller au poste de police cetait le delire des policier et durant ce temps là au 2025 dechamplain ils David Lessard roberta severe avec 2 hommes sortait toutes les boîtes déjà ouverte et déchirer et ils ont gardée tout papier il ne reste même pa un petit cube de papier pu de dossier Ivac rapport médical manque des meuble botte la liste est longue et ce devant témoin mai contacter le 911 car il manquait beaucoup et il y avait un témoin qui empêchait et moi aussi que les passant touche à quoi que ce soi donc le 911 pour ma tv 40pc le 911 ma dit as des papier pour ta tv mai dit oui et ça la jai fouiller dans chaque boite et sac quil avait sorti et plus aucun papier nexistait meme pa mon sac a main avec mon identite et surtout ils ont pri les cendres de SERGE CLERMONT mon père jai téléphoné à une personne pour qu'il menvoi des papier de 2017 pour ma tv . Une avocate a bien voulu accepter de ce charger de recuperer tout et un huissier est apres David Lessard. Personne netais en loi encore moins les policiers c'était un cas de civile . Ma soeur Line Clermont a téléphoner au poste de police pour dire que je n'étais pa une squatteuse et que David était mon petit copain était. Le 15 mai 2019 les proprietaires avait fait éruption dans le logement et avait commencer à sortir des meubles la police est arriver elles ont fait fausse déclarations et les dernier policier leurs ont formellement stipuler de recentrer les meubles quelles était pa en loi . Je demande une justice pour tout ce que les policier nont fait subir humiliation menotte et la police dit je suis mélanger que je dis pa tout . A 50 ans avec le MPOC une colonne vertébrale totalement fini je suis la loi a la lettre jai jamais eu de dossier criminel je boi pa et pa de drogue . Je veux une justice pour tout et pour les cendres et j'assume a 100% tout ce que jai ecris cest la Veriter

Nom du policiers (séparer par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Matricule du policier (séparer les numéros par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Mlle CB

31 May 2019

Cet après-midi, vers 15h10, en face du Canadian Tire sur le boul. Le Corbusier, je conduisais ma voiture en direction sud quand j'ai entendu des sirènes donc j'ai ralenti, j'ai vu un homme habillé d'un manteau blanc avec des pantalons coton ouaté gris, il courait en traversant le boulevard pour se rendre du côté est et s'est rendu dans le gazon entre 2 immeubles à condos, j'ai vu un policier courrir arprès lui , j'ai carrément arrêté ma voiture et en me tournant la tête vers la scêne, j'ai vu le type allongé au sol â plat ventre comme s'il se rendait ou bien serait tombé et quand le policier l'a rejoint, il lui a donné 3 grands coup de bâtons, sur les jambes, j'étais sidérée. Le type essayait de se défendre avec son bras devant lui mais le policier insistait. J'ai ensuite fait demi-tour pour me garer dans le parking du Canadian Tire, de là je voyais tout puis il y avait une policière qui vidait un sac pendant que le policier lui menotait les mains. Je ne sais pas si le type avait une arme mais chose certaine il semblait ne rien faire de mal il ne résistait pas non plus, aucune violence de sa part envers le policier.

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Brutalité policière lors d'une arrestation

21 February 2019

JE n'ai pas la date exacte de l'événement. Mais il s'agit bien de 2014. Mon conjoint revenait du travail.... il avait fait 70 hrs cette semaine-là. Il s'est endormis au volant. Il a percuté 2 voitures et un motocycliste. Un policier en civil du nom de iad hanna bien connu du milieu l'a fait sortir du véhicule. Mon conjoint titubait, c'était cogné la tête. Il a reçu un coup au dos par le même enquêteur en civil et a été maitrisé avec une botte dans le visage sous prétexte qu'il tentait de s'enfuir. Ils lui ont fait passer un ivressomètre. il cotait 0.05%. Ils ont alors prétendu qu'il était stone alors qu'il ne consomme pas. MOn conjoint après avoir heurté un terre plein ce qui a arrêté le véhicule alors qu'il avait la pied sur la pédale a plein gas puisque endormi s'est fait battre par le policier hanna. Dans deux semaine il sera reconnu coupable de conduite dangereuse avec lésions. ON lui a suggéré de ne pas s'attaquer au témoignage de hanna sous prétexte de passer pour quelqu'un qui déteste les polices. merci de m'avoir entendu je souffre énormément de ce passage obligé de la vie. véro

Nom du policiers (séparer par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Monsieur

20 December 2018

Lanaudiere. Interpeller pour un passage sur la lumière jaune, En attente de la contravention, le policier de gauche arrive a ma portière, j'ouvre la portière pour y prendre la contravention 162$ mais le policier de droite frappe a ma fenêtre pour me donner celle-ci,.Le policier de gauche me dit en criant reste assis et ferme ta porte, avant de pouvoir m’exécuter celui-ci pousse avec force la portière pendant que j'essaie de débarrer la portière droite, résultant un mal terrible a mon bras déjà convalescent d'une opération pour un remplacement de coude en fin novembre. Je lui ai crié Criss de trou de cul mais en prenant la contravention de l'autre agent il m'a dit d'attendre pour une contravention de plus pour impolitesse. J'ai refusé de prendre cette contravention des mains du policier de gauche puisqu'il était menaçant verbalement, arrogant et très courageux du haut de ses 5pi7po. Il a mis la contravention sur le toit de mon auto, j'ai du sortir pour la récupérer et les 2 policiers me narguait en disant que c'etait cette fois un avertissement mais la contravention est, elle 72$. Je n'ai que rarement eu des contraventions et compte tenu de mon age avancé je ne mérite pas ce traitement.

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Main dans la main contre la brutalité policiere

05 December 2018

Bonjour , il faut que nous réunions nos forces car l union fait la force.
La brutalité policière est grave au Canada spécialement au Québec.
La déontologie policière est toujours pour refendre le ou les policiers impliqués dans des crimes graves .
Nous devrions lutter pour avoir un organisme qui est police des police pour faire des enquêtes transparentes et justes pour avoir la justice qui donnera aux coupables leurs jugements et aux victimes leur justice.

Il faut dénoncer c est la dénonciation qui fait toute la différence .
COBP merci et nous souhaitons êtres recrutés pour faire le travail dans nos régions, L UNION FAIT LA FORCE
La brutalité policière fait ravage dans nos régions du Québec, il faut agir et ne pas lâcher.
Je suis une maman qui a juste dit non à la Brutalité policière contre son enfant et je suis harcelée par le même policier depuis plus de 10ans ,, pas de justice au Québec pas de droits ni la vrai loi ,,,c est la loi du plus fort et le pays payera
à l avenir de ces corruptions ,, agissant pour le bien être de notre société et l avenir de nos enfants .
Gacem Fadhila

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Nom du policiers (séparer par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Matricule du policier (séparer les numéros par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Yoneide Rodriguez de La Cruz,pauvre gros malade,a besoin de psychanalyste.

29 May 2017

Yoneide Rodriguez de La Cruz a mis des menottes à une jeune femme pour son insistance de demander une facture correcte.C'est-à-dire, une facture sur laquelle le montant soit l'argent réellement payé puisque l'auberge en a sorti une où le montant était moindre que la jeune femme a payé réellement. Mais si malade psychiquement, en mettant les menottes,Yoneide Rodriguez de La Cruz a reserré les menottes pour causer à la jeune femme des ecchymoses à la main droite qu'il lui coûtait plus d'un mois pour voir disparaître les ecchymoses.

Après avoir emmené la jeune femme dans la voiture de police, Yoneide Rodriguez de La Cruz a pris soin et son temps pour fouiller le sac à dos de celle-ci.Quand la jeune femme faisait remarque qu'il se permettait de l'abus en fouillant ainsi, Yoneide Rodriguez de La Cruz jouait le clown d'être pris sur place comme un voleur.

Entrés dans le poste (21),il faisait la jeune femme signer la promesse de comparaître et de prise des données digitales en menaçant. Tout au long de son intervention, Yoneide Rodriguez de La Cruz n'a jamais demandé à la jeune femme si elle voulait parler à un avocat, alors qu'il fabriquait dans son rapport d'incident que la jeune femme a refusé de parler à un avocat !

Il a fabriqué dans son rapport d'incident de même que la jeune femme lui a donné des coups de poing et d'autres mensonges que seuls les diables croient peut-être.

Nom du policiers (séparer par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Matricule du policier (séparer les numéros par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Agression sur un homme de 65 ans et intimidation dune femme de 86 ans,

01 October 2017

Dimanche le 1er octobre 2017, à mon levé à 8 heures ma mère me signale que des objets sont laissés sans surveillance dans le débarcadère d’autobus de quatre (4) écoles localisées près de la rue Saint-Pierre Sud à Joliette.
À 13 heures, ces objets sont toujours dans le débarcadère d’autobus qui dessert les quatre (4) écoles primaires et maternelle qui accueille plus de 400 étudiants. Attendu que dans les semaines passées deux (2) enquêteurs afin de s’informer si nous avions vu des rôdeurs allumer un feu entre deux (2) maisons du voisinage, je décide de signaler aux policiers, au téléphone 450-759-5222, les colis suspects laissés sans surveillance pour plus de cinq (5) heures. Lorsque la personne répond au téléphone je me m’identifie et lui donne mon adresse et lui fait mention de la présence de colis suspects dans le stationnement des autobus d’écolier près de la rue Saint-Pierre (Sud) et je pars prendre ma marche avec mon chien.
Au retour de ma marche à 14 heures 15, je constate que rien n’est déplacé. Je vais un second appel de nouveau je me m’identifie et lui donne mon adresse et lui fait mention de la présence de colis suspects dans le stationnement des autobus d’écolier près de la rue Saint-Pierre (Sud). Je dis à la personne au téléphone que les policiers ne font pas leur «job» et insiste à plusieurs sur le fait qu’une intervention faite ce dimanche que d’attendre le lundi pour intervenir car il aura plus de 400 étudiants (enfants de 3 à 13 ans) et travailleurs. Finalement, je lui dis que si dans 20 minutes aucun policier se présentait sur les lieux pour procéder à la vérification des colis et à l’enlèvement de ce lieu public que je contactais les médias. La personne finit par me raccrocher la ligne au nez.
Avions-nous raison de craindre pour la sécurité du public et principalement la sécurité des enfants et du personnel fréquentant ces écoles?
Je vous mentionne 2 articles en date du 2 et 4 octobre 2017. Le premier traite du confinement des élèves de l’école secondaire Saint-Rémi où les élèves ont été confinés dans leur classe et où on voit sur la photo des parents inquiets.
Le second parle de deux (2) colis suspects au centre-ville de Trois-Rivières où les policiers de Trois-Rivières ont fermé le centre-ville et les artificiers de la SQ ont été dépêchés sur les lieux. Le porte-parole de la police de Trois-Rivières mentionne qui n’avaient pas à prendre cette menace à la légère. Ça a peut-être perturbé le centre-ville mais il faut sécuriser la population.
Un des sacs contenaient des outils et de la robinetterie appartenant à un honnête travailleur qui a dû s’absenter et dans l’autre une imprimante et un câble que les policiers ont enlevé du Centre d’achat et non laissé sur place en se disant que le propriétaire va venir le récupérer. Dans les commentaires une citoyenne dit qu’il y a cinq (5) ans qu’elle n’aurait pas prise la menace au sérieux.
À 14 heures 45, ma mère me dit qu’un policier est dans la cours d’école et met le sac dans son véhicule. Le matricule 13265 de l’unité 157 se présente à ma demeure.
En me levant de ma chaise je dis à ma mère qu’il vient nous aviser qu’il a vérifié les colis et ce qui reste sur les lieux ne présente pas de danger pour les enfants.
J’ouvre la porte sans qu’il se présente et me dise l’objet de sa présence. Il me dit en mettant son index sous le nez « tu dis que je ne fais pas ma job, tu viens voir avec moi ce qu’il a dans le sac l’autre côté de la rue», je refuse et lui dit que comme citoyen je n’ai rien à voir avec la vérification du contenu du sac, c’est sa job de nous protéger. Il me le demande à 2 reprises et à 2 reprises je refuse. Mais ce sac n’est plus de l’autre côté de la rue, ma mère l’a vu mettre le sac dans son véhicule qui est stationné dans l’entrée de notre maison.
Lorsque j’ouvre la porte je suis à une distance de 33 pouces de lui, la distance la plus près que je me suis trouvé de lui par la suite je me suis jamais retrouvé à moins de 5 pieds de ce dernier. Alors, ses prochains mots sont de m’ordonner d’aller à l’hôpital avec lui pour vérifier ma médication les mots utilisés sont «Tu viens avec moi à l’hôpital faire vérifier ta médication». Je refuse. Il continue d’insister plusieurs reprises. Je me dis il veut savoir si je suis drogué. Je vais dans le portique entre mon bureau et le salon. Je dis à ma mère de prendre note que j’allais à l’hôpital avec le policier afin de vérifier ma médication. Ma mère me dit «Quoi» je lui répète une seconde fois et me confirme qu’elle a bien compris. (Donc, j’accepte de suivre le policier de mon plein gré). À ce moment Le matricule 13265 de l’unité 157 prend connaissance que nous n’étions pas seuls et tout ce qui a été dit depuis son arrivée a été entendu et vu par une troisième personne.
Alors que j’étais dos à lui et que j’allais prendre ma chemise sur le dossier de la chaise pour la mettre et serrer ma ceinture de pantalon. Il pénètre dans la maison sur une distance de 10 pieds me saisit par le bras et m’entraîne hors de la maison sur le balcon,
Sur le balcon, il tient le bras par lequel il m’a saisi derrière le dos et tente de ramener mon autre bras derrière le dos afin de me mettre les menottes. Durant une période de 15 minutes il m’a tordu le bras, m’a étouffé jusqu’au bord que je perdre connaissance. Je me sentais faiblir. Oui, à partir de ce moment j’ai crié en disant que je n’étais pas un criminel et qu’il ne mettrait les menottes. Durant tout ce temps je n’ai jamais agressé le policier mais résisté en refusant de joindre 2 mains ensemble pour me mettre les menottes.
Ma mère est intervenue verbalement lui expliquant que nous étions nerveux suite à la tentative de feu dont la SQ a enquêté et que n’avions signalé la présence de colis suspects. Mais ce dernier l’a menacé, une dame de 85 ans. Le tout se déroule sans que le policier se soit présenté, mais dit la raison de sa présence, que je suis en état d’arrestation, etc.
Finalement, il a relâché un peu son emprise et a demandé de l’aide à ses confrères. 4 auto-patrouilles avec sirène avec 8 policiers supplémentaires ont fermé la rue Saint-Pierre Sud non pas à cause des colis suspects mais pour arrêter celui qui a signalé la présence des colis suspect en faisant son devoir de bon citoyen et en conformité avec son Code de déontologie des ingénieurs qui l’oblige à signaler tout danger pour le public.
Un autre policier s’est présenté pour me mettre les menottes. Ils m’ont embarqué dans une auto-patrouille les culottes aux chevilles et m’ont amené au poste de police de la rue Richard à Joliette. Dans l’auto, ils m’ont dit de me calmer et menacé de me donner des tickets. Je leur ai dit qu’ils pouvaient me donner des tickets que j’avais de l’argent pour les payer.
Rendu au poste de police, j’ai été mis dans une salle et m’ont enlevé les menottes.

En revenant dans la salle matricule 13265 de l’unité 157 en la présence de son confrère m’a remis 2 constats d’infraction pour un montant total de 542$ et m’ont libéré.
Avant de partir, je lui ai demandé de s’identifier, son confrère m’a répondu que le nom apparaissait sur les constats et que si je ne partais pas il me mettrait en prison. Je partais et je me suis retourné et je lui ai dit : « Nous n’allons pas à l’hôpital faire vérifier ma médication? ». Encore un fois, son confrère m’a fourni la même réponse. Attendu que je n’avais pas de chemise j’ai demandé aux policiers de me reconduire à la maison mais son confrère m’a répondu tu prends un taxi ou tu retournes à pied. Vu que mon portefeuille était dans ma chemise j’ai dû retourner à pied à 15 degré Celsius sur une distance de 1 kilomètre.
Finalement, le policier c’est présenté à la maison dans le but de me faire sortir de la maison et de m’agresser physiquement.
Retour à la maison, Jacques Tessier prend des photos des blessures qui m’ont été occasionnées.
Je constate que le sac n’est plus là.
Le 5 gallon a été enlevé vers 13 heures le lundi possiblement par le concierge.
La bicyclette vers 16 heures le lundi et pas nécessairement par son propriétaire.
Le soir même je porte plainte en déontologie policière.
Le 5 octobre 2017 je plaide non coupable aux 2 constats d’infraction et tel que conseiller par votre regroupement je demande le dépôt de la preuve.
Le 17 octobre demande d’informations additionnel du bureau du Commissaire en déontologie.
Le 27 novembre 2017, je reçois ma date de comparution en cours municipale avec le dépôt de la preuve qui consiste au rapport du policier sur les évènements.
Ce rapport est faux à 98% seules les heures de mes 2 appels sont véridiques tout le reste des faits mentionnés c’est le policier qui l’a fait.
Voici la liste des méfaits que j’aurais réalisés :
• Dans son rapport, il dit qu’avant même qui puisse prendre la parole, qu’il se fait ouvrir la porte que je suis très agressif et volubile et que je hurle «Vous venez m’écœurer jusqu’ici gang de chien!» C’EST FAUX. Jamais en 64 ans presque 65 ans je n’ai utilisé un tel propos insultant envers une personne et surtout contre un policier j’ai trop de respect pour ce qui représente dans notre société du moins jusqu’à présent car ce respect pourrait bien diminuer.
• Il dit qu’il constate que l’homme est fortement intoxiqué par l’alcool. C’EST FAUX. Oui, j’ai pris de l’alcool et cette consommation à un verre de vin débuté à 12 heures au dîner que je terminais à son arrivé après avoir fait une marche avec mon chien entre 13 heures et 14 heures 15. Je crois que mon taux d’intoxication par l’alcool à 220 livres et 5’-9’’ n’était pas très haut.
• Tout au long de la discussion, l’homme demeure agressif et mentionne que je ne fais pas mon travail, que ça n’a aucun bon sens qu’on ne fasse rien, que tout ça allait se retrouver aux nouvelles. C’EST FAUX, en aucun temps je n’ai prononcé ces paroles au policier. Toutefois, celles-ci ont été dites lors de mon second appel à la personne qui a pris l’appel.
• Je demande à plusieurs reprises qu’il se calme. L’homme continue d’être agressif et de crier. Il me pointe du doigt sans cesse et s’approche de plus en plus. J’ai de plus en plus de signes précurseurs d’assauts. C’EST FAUX, depuis l’arrivée du policier je n’ai jamais été agressif depuis son arrivée et contrairement à ses dires je me suis éloigné de lui ton au long de son intervention, je n’ai jamais été à moins de 33 pouces ½ qui est la largeur de la porte lorsque je l’ai ouverte et par la suite entre 5 et 10 pieds la distance qu’il a parcouru pour le saisir e bras et me sortir du domicile. Et, ce contrairement au policier qui m’a pointé du doigt tout au long de son intervention si je l’ai pointé c’est de façon non intentionnelle.
• Il dit qu’il me demande si je prends de la médication. C’EST FAUX. Dans un premier temps il m’ordonne d’aller avec lui à l’hôpital faire vérifier ma médication ce que j’ai refusé à plusieurs reprises. Suite aux ordres qu’il me donnait, entre celles-ci, il m’a demandé si je prenais des médicaments contrairement à ce qu’il mentionne j’ai dit oui des médicaments contre le diabète.
• Il dit que je hurle que je n’irai pas à l’hôpital. C’EST FAUX. J’avise ma mère de prendre note que je fais à l’hôpital avec le policier faire vérifier ma médication. Surprise elle me dit «Quoi?» je lui réponds «Je vais à l’hôpital avec le policier à l’hôpital faire vérifier ma médication». Prenez en note que ceci est une acceptation pour suivre le policier pour quel raison vouloir me mettre les menottes plus tard et encore là je n’ai eu un comportement agressif envers le policier depuis son arrivée.
• Il dit que je le charge en me pointant du doigt et me donne deux (2) coups sur la poitrine avec son doigt. C’EST FAUX. Après avoir avisé ma mère que j’acceptais de le suivre à l’hôpital, je me suis rendu à ma chaise d’ordinateur pour mettre ma chemise et serré ma ceinture. Alors que je suis dos au policier, celui-ci pénètre dans la maison sur une distance d’au moins 10 pieds pour me saisir par le bras et me sortir hors du domicile où par la suite il en a profité pour m’agresser durant 15 minutes en me tordant un bras et en m’étouffant. Jamais comme il indique que je l’ai chargé, lui saute dessus pour lui faire perdre son équilibre. C’EST FAUX. Il dit qu’il a du faire une frappe puissante de la main, c’est sûrement pour ça que j’ai ne dent qui branle présentement et que je devrais faire arracher dans un avenir proche.
• Dans vos conclusion du rejet de ma plainte vous indiquer que j’ai résisté au policier, je tiens bien à spécifier que cette résistance est une résistance dans le sens à ne pas céder à la force utilisée pour le policier afin de me mettre les menottes et jamais au grand jamais je n’ai eu l’intention et posé des gestes laissant croire au policier que j’allais porter un assaut contre lui. Et, que jamais je n’ai utilisé la résistance dans le sens d’opposer la force contre la force comme vous sembler le supposer dans le raisons du refus de ma plainte. Que les blessures que j’ai subi et les inconvénients que j’ai subis n’auraient jamais dus survenir si les policiers auraient fait leur travail initialement et ce même avant mon premier appel selon les dires du policier en enlevant le sac lors de sa première intervention comme il l’a fait à 15 heures le 1er octobre 2017. De plus, nous ne voyons pas la raison de sa présence à la maison à moins de nous aviser qu’il avait vérifié les colis, nous n’avons pas demandé à savoir ce que le sac contenait.

Le 13 décembre 2017 acquitté à la cours municipale des 2 constats d’infraction émis par le policier.
Le 31 janvier 2018, rejet de ma plainte en déontologie sur la base du rapport opérationnel du policier avec possibilité d’aller en appel. Ce rapport est bourré de fausseté comme le fait j’ai appelé le 911 que je n’ai jamais appelé.
Ajout au dossier les 2 acquittements en cours municipale, d’une déclaration de témoin lequel n’a jamais été contacté pour donner sa version des faits et une lettre réfutant tous les dires du policier dans son rapport opérationnel.
Le 6 février 2018, la plainte est acceptée. Et, m’oblige à une séance de conciliation que j’avais refusée lors de la demande d’informations supplémentaires.

Le 16 avril 2018, rencontre de conciliation au poste de police de Joliette, en plus des mensonges déjà écrits d’autres mensonges ont été ajoutés par le policier. Le Conciliateur insiste pour me faire signer un papier sans aucune accusation contre le policier. Je refuse,

Le 16 mai 2018, le Commissaire clos le dossier sans sanction contre le policier. Une farce la conciliation. La version de 2 honnêtes citoyens ne vaut pas celle d’un policier menteur.

Matricule du policier (séparer les numéros par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Pages