Il demande au policier pourquoi il recevait ce coup, la réponse fut deux autres coups.

25 April 2012

25 avril 2012, manifestation de soir.
La manifestation était pacifique, les gens marchaient dans le calme. Il y a eu des feux d’artifices de lancés. La marche, maintenant sur Ste-Catherine direction est, s’arrête à une intersection, puis j’entends des bruits de bombes et je vois des nuages de fumée plus loin. Personne n’a entendu la police déclarer la manifestation illégale, mais la plupart des gens autour de moi décident de partir quelques secondes après avoir entendu les détonations. Le bruit de bombes et les cris provenant le l’avant de la marche provoque la panique. Nous rebroussons chemin vers l’ouest (quelques pas). Certains veulent prendre la rue transversale en direction sud mais c’est impossible car nous découvrons qu’une rangée de l’anti-émeute est en train de charger la foule dans cette rue, pour les contraindre à retourner sur la rue Ste-Catherine. Plusieurs personnes s’enfuient en courant. Nous nous dirigeons alors vers le nord sur cette même rue transversale, et quelques autres policiers de l’escouade anti-émeute se trouvent sur le trottoir côté est de la rue et poussent les gens pour les faire bouger plus vite. Nous nous dirigeons toujours vers le nord afin de quitter la manifestation mais des bombes de gaz irritants sont lancés de derrière nous et atterrissent devant, nous bloquant partiellement le chemin. Nous parvenons tout de même à fuir vers le nord. Sur le chemin du retour, nous suivons un groupe de manifestants assez nombreux et quelques vitrines de banques sont brisées à ce moment. De retour à la maison, mon copain me raconte qu’il s’est retrouvé à l’avant de la marche lorsque des policiers ont donné l’ordre à la foule de se disperser. Il dit avoir reçu un coup de matraque avant d’avoir eu le temps de partir et demandé au policier pourquoi il recevait ce coup. La réponse fut deux autres coups. Des ecchymoses sur la cuisse, l’avant bras et l’articulation du pouce gauche en témoignent.

Dossiers: 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: