*Appel d'endossement* Dénonçons l'intimidation et la brutalité policière

Récemment, une membre du collectif opposé à la brutalité policière a été victime de nombreuses attaques provenant du SPVM. Suivant une agression physique brutale le 1er mai dernier (1), elle a été suivi, harcelée, humiliée et intimidée. Voyant que la casser physiquement n’avait pas fonctionné, le SPVM a opté pour la guerre psychologique en portant contre elle des accusations criminelles d'intimidation à l'encontre d'une personne associée au système judiciaire (un policier) alors qu’elle était à la cour municipale pour une affaire de contravention P6, le 17 juin dernier (2).

Notons ici que ce chef d’accusation (Art. 423.1 C.cr.) a été introduit pour contrer les groupes de motards criminalisés et qu’il peut entrainer une peine maximale de 14 ans de prison (!). Notons également que l’arrestation a eu lieu alors que les syndiqués de la ville de Montréal, dont les policiers du SPVM, manifestaient bruyamment et allumaient un feu devant l’hôtel de ville le tout sans aucunes conséquences judiciaires.

Le policier en question (3) est un de ceux qui a agressé sauvagement notre camarade le 1er mai et est celui qui l’a personnellement suivi et harcelé dans les semaines suivant cette attaque. Il est également un de ceux qui sont visés par sa poursuite civile pour les évènements du 1er mai. Coïncidence?

Il est dans les habitudes du SPVM et des services policiers en général de tenter de renverser les faits en transformant la victime en agresseur. Nous le constatons par exemple lorsque des accusations de voies de faits et/ou d’entraves sont amenées contre les victimes de brutalité policière alors que c’est clairement eux qui ont été battu-e-s et agressé-e-s. Nous ne doutons aucunement que c’est exactement ce qui se passe ici.

Des dires mêmes des policiers impliqués dans ces évènements, notre camarade étaient dans leur mire depuis longtemps et ils étaient vraiment heureux de finalement la «pogner» le 1er mai. Ils sont allés jusqu’à la parader devant leurs collègues après son arrestation du 17 juin : «R’garde qui j’ai pogné!».

Ce n’est pas la première fois que des membres du collectif opposé à la brutalité policière sont ainsi ciblé-e-s personnellement. Depuis la création du COBP, nous ne comptons plus les arrestations «préventives», les contraventions pour un tout et un rien, les accusations montées de toute pièces et les incidents d’harcèlement et d’intimidation.

Tout ça parce que nous dérangeons. Parce que nous attaquons l’image du policer comme héros protecteur de la veuve et l’orphelin (sic). Parce que nous osons dénoncer les nombreux abus du SPVM. Parce que nous osons aider les victimes des brutes en uniforme. Parce que malgré tout, nous sommes toujours là. Parce que nous continuons le combat.

Bobette n’est pas brisée. Le collectif opposé à la brutalité policière n’est pas brisé. La résistance n’est pas brisée. Que les flics se le tiennent pour dit. Au contraire, leurs tentatives d’intimidation ne font que renforcer notre conviction que notre combat est nécessaire et doit être mené jusqu’au bout, envers et contre tout.

Nous savons qu’à travers notre camarade, c’est tout le mouvement contre la brutalité policière et contre les injustices du système capitaliste dans lequel nous vivons qui est la cible de cette répression. Ce n’est qu’un exemple type des innombrables personnes qui ont été blessées, arrêtées, intimidées par la police parce qu’elle manifestaient pour que les choses changent. C’est pourquoi nous appelons à tous les groupes, collectifs, organismes, avocats, médias indépendants et personnes concernées à signer cette déclaration contre le profilage politique et l’intimidation des personnes qui militent pour la justice sociale. Non à la criminalisation de la dissidence!

Pour endosser, veuillez écrire au cobp@riseup.net avec en-tête ''endossement pour Bobette''

(1) http://www.clac-montreal.net/solidarite_bobette
(2)http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/faitsdivers/archives/2014/06/20140618-1...
(3)Mathieu Brassard, matricule #6070

***********************************************************

ENDOSSEMENT:

Anarchopanda
G.A.P.P.A.
Le Collectif Opposé à la brutalité policière (COBP)
La Convergence des Luttes Anticapitalistes (CLAC)
Le Montreal Sisterhood
Maxence Valade
Benoit Valiquette
Guelph Anarchist Black Cross
Steve Chapados
ACAB média
Francois Thiffault
The Love Police
CUTV News
Le Café Aquin
Marcos Ancelovici
Association pour la Liberté d'Expression
99%media
Simon Lussier
Les Alter Citoyens
Martin Godon
Julie Delisle
Martin Fontaine
Étienne Quintal
Olivier Roy
Annie Jubinville
Giaps Pairs Aidants
Les Hyenes en Jupons
Coalition Contre la répression et les abus policiers
Anne-Marie Gallant
Alexis Lafleur-Paiement
Amira Bensahli
Myriam Faraj
Karine Chagnon
Stéphane Géhami
Samer Beyhum
Etienne Lavigne
Nick Paré
Nathalie Montero Zubieta
Mary Ellen Davis
Syndicat Industriel des Travailleuses et Travailleurs (SITT)
Industrial Workers of the World (IWW)
Sophie Beaudoin-Dion
Mathieu Lavallée
David Widgington
Artéfacts d'un Printemps québécois Archives
Geneviève Guernier
Marie-Danielle Larocque
Pascal Bergeron
Multifemmes
Liette Vidal
Bruno Dubuc
Solidarité Sans Frontières
Librairie anarchiste l'Insoumise
Le Frigo Vert
Abby Lipman
Patrice Martel
Marie-Christine Gagnon
Mouvement Action Justice

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: