Cégep du Vieux Montréal: un premier accusé plaide coupable

Félix Medawar Bouchard n'était pas certain d'avoir bien compris en sortant de la salle d'audience, hier matin. Mais il pouvait se réjouir. Il venait de bénéficier d'une absolution inconditionnelle, après avoir admis son implication dans l'occupation illégale du cégep du Vieux Montréal.

Les incidents se sont produits dans la nuit du 16 au 17 février 2012, aux balbutiements de la crise étudiante. Des élèves avaient refusé d'évacuer le cégep, et des dommages de 24 000 $ avaient été causés à l'établissement.

L'élève Félix Medawar Bouchard est le premier accusé majeur à régler son dossier dans la foulée de l'événement . Il a plaidé coupable à des accusations d'attroupement illégal, de méfait et d'entrave. Vingt-huit autres accusés majeurs attendent d'être jugés.

Il y avait aussi huit accusés mineurs, qui ont été jugés au tribunal de la jeunesse. Ils n'ont pas présenté de défense et ont tous été reconnus coupables, il y a deux semaines. Une culpabilité par association, dans certains cas.

Ce jugement a donné à réfléchir aux autres. « Ça nous a rassis. La décision a été claire, comme un couperet », a admis hier Charles Benmouyal.

Me Benmouyal représentait le jeune Medawar Bouchard à la Cour du Québec. Lettres de recommandation Félix Medawar Bouchard n'avait pas de dossier criminel, et son rôle dans cette affaire n'en était pas un de premier plan.

Élève en techniques d'architecture, il a été réadmis au cégep du Vieux Montréal en août 2012, en signant un contrat de bon comportement.

Il parle trois langues, travaille, est engagé socialement, a de l'ambition tout en étant réaliste, aime voyager et est capable de se remettre en question, a fait valoir Me Benmouyal, qui a déposé des lettres de recommandation.

« Une somme substantielle »

De plus, le jeune homme a rembou rsé 653 $ pou r les dommages. « C'est une somme substantielle pour un étudia nt », a noté le juge Pierre Labelle, avant de dire qu'il n'était pas là pour qualifier le mouvement étudiant. Son rôle, a-t-il fait valoir, était de décider du cas de Félix Medawar Bouchard relativement aux gestes que celui-ci a faits.

Chaque cas sera décidé à la pièce, a laissé entendre le juge.

La procureure de la Couronne Audrey Simard ne s'est pas opposée à l'idée d'une absolution. Et c'est la solution que le juge a retenue.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: