Colère aux USA suite à l'acquittement du meurtrier de Trayvon Martin / La "chasse aux noirs" est ouverte?!

Par Le Nouvel Observateur avec AFP
Le procès de ce garde bénévole qui a tué un adolescent noir a été marqué par une polémique sur le racisme. Les leaders communautaires appellent au calme.

L'acquittement de George Zimmerman, un garde bénévole qui a tué un adolescent noir en 2012 en Floride, a déclenché une vague de protestations parfois violentes, malgré les appels au calme de la famille et de leaders communautaires. Des marches spontanées plus au moins importantes se sont déroulées dimanche 14 juillet au matin dans des villes comme San Francisco, Chicago, Washington, Atlanta et Philadelphie, ont rapporté les médias.
 
Le président américain Barack Obama a affirmé dimanche, après l'acquittement, que les Etats-Unis étaient "un Etat de droit" et qu'"un jury avait parlé". "Je sais que cette affaire a suscité des passions intenses. Au lendemain du verdict, je sais que ces passions pourraient s'intensifier. Mais nous sommes un Etat de droit, et un jury a parlé", a déclaré Barack Obama dans un communiqué. "Je demande maintenant à tous les Américains de respecter les appels à la réflexion dans le calme lancés par deux parents qui ont perdu leur jeune fils".
Le procès Zimmerman a été marqué par une polémique sur le racisme qui a enflammé les Etats-Unis. Le débat passionné opposait ceux qui croient que Zimmerman - dont le père est blanc et la mère Péruvienne, avait tué le jeune Trayvon Martin par racisme et ceux qui sont convaincus qu'il avait agi en légitime défense. 
Les leaders communautaires ont appelé au calme après le verdict prononcé dans la nuit de samedi à dimanche par un jury populaire. Le leader des droits civiques Jesse Jackson a appelé à "éviter la violence". "Cela conduirait à d'autres tragédies [...] en ce temps de désespoir", a-t-il écrit sur Twitter.
"Alerte tactique" à New York
Les parents de Trayvon Martin, qui étaient absents lors du verdict, ont depuis toujours appelé à des manifestations non-violentes, en se référant à Martin Luther King et à la Bible. Peu après l'annonce de l'acquittement, plusieurs centaines de personnes ont manifesté pacifiquement dans le centre de San Francisco, encadré par une forte présence policière. Quelques heures plus tard, des manifestants en colère ont défilé à Oakland - juste de l'autre côté de la baie de San Francisco, couvrant des voitures de peinture et brisant des vitres, selon des images vidéo prises d'hélicoptère et mises en ligne par le "Oakland Tribune". Une voiture de police a été vandalisée.
À Chicago, une foule de militants s'est rassemblé au centre-ville, scandant "Pas de justice, pas de paix! Aucun policier raciste!", tandis qu'à New York, des manifestants se sont regroupés à Times Square pour exprimer leur colère. La police de Los Angeles a déclaré "par précaution" une "alerte tactique dans toute la ville" où quelque 200 manifestants se sont rassemblés dans un des quartiers noirs historiques de la ville. Mais aucun acte de violence n'a été enregistré, a déclaré la police plus tard aux médias locaux.
A Washington, des dizaines de personnes, principalement des jeunes afro-américains, ont défilé, suivis de près par des véhicules de police. Une foule de plusieurs centaines de personnes, qui s'était rassemblée toute la journée de samedi à l'extérieur du palais de justice de Sanford, a accueilli le verdict avec colère et indignation. "C'est la fin de notre système de justice", a déclaré Ashton Summer, une jeune Portoricaine de 20 ans. "La justice n'est pas égale pour tout le monde". La coalition ANSWER, qui a aidé à organiser de grands rassemblements de protestation contre la guerre en Irak, a annoncé qu'elle organisera dimanche des marches de protestation dans sept villes américaines, ainsi que trois manifestations séparées à New York.
Une "gifle"
"Nous sommes très attristés par le verdict du jury", a déclaré l'avocat de la famille Martin, Benjamin Crump, après la lecture du verdict.  L'activiste Al Sharpton a qualifié l'acquittement de Zimmerman de "gifle pour le peuple américain", dans un message sur Twitter. "Nous avons l'intention de demander au ministère de la Justice la même procédure que dans le cas de Rodney King et nous allons suivre de près l'affaire au civil contre M. Zimmerman", a déclaré Sharpton. L'Afro-américain Rodney King avait été battu par la police de Los Angeles après une poursuite en voiture en avril 1991. Le passage à tabac avait été filmé et diffusé à la télévision, suscitant une vague d'indignation.
L'acquittement en avril 1992 des policiers impliqués dans ces violences avait déclenché de violentes émeutes et pillages à Los Angeles. Benjamin Todd Jealous, dirigeant de la NAACPla plus grande organisation américaine des droits civiques, a déclaré que son organisation était "indignée et avait le coeur brisé". "Nous sommes avec la famille de Trayvon et nous devons agir". Il a également exhorté ses partisans à signer une lettre demandant au procureur général Eric Holder de déposer des plaintes pour violation des droits de l'homme contre Zimmerman
Robert Zimmerman, le frère de George, a pour sa part rappelé que selon le jury son frère "avait agi correctement dans la défense de sa vie en conformité avec la loi".

____________________________

http://www.courrierinternational.com/article/2013/07/15/trayvon-martin-l...

ÉTATS-UNIS Trayvon Martin, le verdict qui ouvre “la chasse aux jeunes Noirs ?”

L'acquittement du meurtrier du jeune Trayvon Martin est une honte, estime le chroniqueur noir Gary Younge*. Ce verdict sera contesté pendant de nombreuses années.

The Guardian
| Gary Younge

Des manifestants défilent dans les rues de Los Angeles pour protester contre l'acquittement de George Zimmerman pour le meurtre de Trayvon Martin. 14 juillet 2013 - AFP/Robyn Beck
Qu’on se le dise, aux Etats-Unis, en juillet 2013, il est toujours légal de pourchasser et d’abattre un jeune homme noir désarmé qui rentre chez lui, simplement parce que son air ne vous plaît pas.

La mort, l’année dernière, de Trayvon Martin, 17 ans, a été un événement tragique. Et l’acquittement de George Zimmerman, sous la présidence d’Obama, a au moins le mérite d’être clair. Car les faits n’ont pas été contestés : le 26 février 2012, Trayvon Martin rentrait chez lui tranquillement, simplement “armé” d’une cannette de thé glacé et d’un paquet de Skittles. Le prenant pour un criminel, George Zimmerman, armé de son pistolet 9 millimètres, l’a pris en chasse. Trayvon lui a résisté. Ils se sont battus. Zimmerman l’a tué.

Qui a crié ? Qui était le plus fort ? Qui a appelé ? Qui, quand et pourquoi ? Toutes ces questions ne sont que des détails destinés à alimenter les chaînes d’information continue. Ecartez-les et il ne reste que la vérité, à savoir que Trayvon Martin serait encore vivant si George Zimmerman ne l’avait pas pourchassé et abattu.

Un ordre social violent

Il n’y a aucun doute sur l’identité de l’agresseur. Il apparaît que la seule raison pour laquelle les deux hommes sont entrés en contact est que George Zimmerman estimait qu’il était de son devoir de citoyen d’appréhender un adolescent innocent, suspect par sa seule existence.

Quand, à la suite de l’acquittement de Zimmerman, certaines voix se sont élevées pour appeler au calme, force est de se demander quel calme pourrait bien subsister dans un pays où un tel verdict est possible. Il est peu probable que les parents d’adolescents noirs, les épouses d’hommes noirs ou les enfants de pères noirs gardent leur calme. Les gens qui redoutent aujourd’hui une explosion de violence doivent se demander à qui profite l’existence d’un ordre social violent où il est autorisé d’assassiner de jeunes Noirs de la sorte.

La décision d’acquitter Zimmerman est une honte, mais ce n’est pas une surprise. George Zimmerman n’a été arrêté qu’au bout d’un peu plus de six semaines, et seulement sous le poids des pressions nationales et locales. Ceux qui jugeaient ce procès politique devraient se rappeler que c’est pour des raisons politiques que cette affaire est devenue une controverse.

Aurait-il pu survivre ?

Le chef d’accusation n’aurait pas dû poser le moindre problème. Pourtant, Zimmerman n’a pas tout de suite été poursuivi, car la loi dite “Stand your ground” [protégez votre territoire], en vigueur dans l’Etat de Floride, autorise l’emploi d’une force létale lorsque le sujet a des “raisons valables de le croire” nécessaire afin de protéger sa vie ou celle d’autrui, ou d’empêcher un acte violent.

Sachant que c’est George Zimmerman qui a pris en chasse Trayvon Martin, les questions demeurent : que reste-t-il à un jeune Noir et comment peut-il se défendre ? Existe-t-il un scénario possible des événements dans lequel Trayvon Martin aurait survécu à sa rencontre avec George Zimmerman ? La chasse de nuit aux jeunes Noirs est-elle ouverte ?

L’acquittement de George Zimmerman sera contesté pendant de nombreuses années. Cette nuit-là, il avait statué sur le sort de Trayvon Martin de la manière la plus expéditive qui soit. “Putain de crevure, avait-il lancé au téléphone à la police. Ces connards, ils s’en sortent toujours.” C’est tellement, douloureusement, vrai. Et prévisible à en pleurer.

Publié le 14 juillet

Note : Installé aux Etats-Unis depuis plusieurs années, le journaliste et éditorialiste Gary Younge suit l’actualité américaine, en particulier les questions sociales et raciales, pour le quotidien britannique The Guardian. Il signe également une chronique régulière dans l’hebdomadaire américain de gauche The Nation. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’Amérique, dont No Place Like Home, une enquête sur l’histoire culturelle des Noirs du sud des Etats-Unis, et un livre, à paraître en août prochain, consacré au célèbre discours de Martin Luther King I Have a Dream.

Catégories

Dossiers: 

Type de document: