Confusion lors des comparutions contre le règlement P6

La cour municipale et l'hôtel de ville de Montréal étaient sous haute surveillance vendredi, lors de la comparution d'une centaine de personnes arrêtées lors de la manifestation contre la brutalité policière du 15 mars dernier.

Les mesures de sécurité ont causé beaucoup de soucis aux personnes accusées, qui avaient difficilement accès à la salle de cour. La juge a dû ordonner la levée de certaines mesures pour leur permettre d'entrer.

«Les policiers empêchaient les gens de rentrer, donc de se représenter en cour. Ça a été fait d'une façon intimidante et cavalière pour les personnes qui sont venues ici», affirme un des manifestants.

Plus de 200 personnes avaient été arrêtées le 15 mars 2013, lors d'une manifestation contre la brutalité policière qui a rapidement été déclarée illégale. La plupart d'entre eux contestent les amendes de 637 $ reçues en vertu du règlement municipal P6, qui interdit le port d'un masque et oblige la divulgation de l'itinéraire d'une manifestation.​

«On conteste les arrestations parce que, dans le fond, la manifestation n'a jamais eu lieu», a affirmé Me Franccesca Cancino, qui représente un groupe de 77 manifestants qui ont été encerclés par les policiers.

«Il y a eu des arrestations au lieu de rassemblement avant même que les gens ne se déplacent», a ajouté l'avocate.

C'est la deuxième fois que les manifestants comparaissent en cour. En mai, la Couronne n'était pas en mesure de fournir l'entièreté de la preuve retenue contre eux. Ils ont pu en prendre connaissance vendredi.

La date du procès sera déterminée le 9 janvier.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: