Couvre-feu à Ferguson : sept personnes arrêtées, un homme grièvement blessé

Policiers et manifestants se sont à nouveau affrontés aux premières heures du matin, dimanche à Ferguson, une semaine après la mort d'un adolescent noir tué par un policier, et quelques heures à peine après l'entrée en vigueur d'un couvre-feu.

Entre 150 et 200 personnes refusaient de se plier au couvre-feu décrété la veille par le gouverneur du Missouri, alors que bon nombre des manifestants étaient rentrés chez eux peu avant minuit.

Après avoir averti les manifestants qu'elle procéderait à des arrestations s'ils continuaient à enfreindre le couvre-feu en vigueur jusque 5 h du matin, la police a arrêté sept personnes.

Un homme a été blessé par balle et se trouve dans un état critique, a déclaré le capitaine Ron Johnson lors d'un point de presse dans la nuit de samedi à dimanche. L'auteur des coups de feu et la victime faisaient partie des manifestants, selon la police, qui recherche toujours le tireur.

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène et ont lancé des bombes fumigènes pour disperser la foule. Le capitaine Ron Johnson a dit regretter que la police ait été obligée de procéder ainsi, mais il assure que c'était la réponse appropriée pour être capable d'aller secourir la victime.

La police indique aussi avoir dû répondre fermement en raison du comportement de manifestants qui sont entrés par effraction dans un restaurant et ont pris position sur le toit à l'approche des policiers.

Quelqu'un a également ouvert le feu sur une voiture de police, selon le caporal Johnson, mais personne n'a été blessé.

Le gouverneur du Missouri, Jay Nixon, a instauré un couvre-feu de minuit à 5 h du matin, heure locale, afin de ramener l'ordre et le calme dans la communauté secouée depuis une semaine par des manifestations dont certaines ont tourné à l'émeute. Ce couvre-feu sera maintenu jusqu'à nouvel ordre.
L'avocat de la famille de Michael Brown - le jeune homme qui été tué par balle par un policier samedi dernier - a par ailleurs annoncé samedi qu'une seconde autopsie sera effectuée sur le corps de la victime par Michael Baden, un pathologiste bien connu ayant notamment témoigné lors des procès d'O.J. Simpson, de Phil Spector et de Drew Peterson.

La nuit précédente, la manifestation qui avait débuté dans le calme a dégénéré lorsque des manifestants ont lancé des bouteilles en direction de policiers en tenue antiémeutes, qui ordonnaient à la foule de se disperser. Les policiers antiémeutes avaient alors fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Des pilleurs ont aussi saccagé un magasin d'alcool.

Michael Brown était soupçonné d'avoir volé des cigarettes dans une station d'essence, selon le chef de la police de Ferguson, Tom Jackson. Toutefois, le policier qui a abattu Michael Brown n'était pas au courant de ce braquage.

La famille du jeune homme a accusé la police de manquer de transparence et déploré que les allégations de vol n'avaient que pour objectif de ternir l'image de la victime et de détourner l'attention de la tragédie.

La tension dans la petite ville de Ferguson avait pourtant baissé après que la police d'État, avec à sa tête un Noir, fut appelée à remplacer, jeudi dernier, la police locale, pour encadrer les manifestants, qui dénoncent le comportement des policiers et la mort du jeune qui n'était pas armé.

Catégories