Des contraventions salées à une quinzaine (23 en réalité) de cyclistes

Une quinzaine (trentaine en réalité merci pour la désinformation radio-cadenas) de cyclistes montréalais participant au mouvement Masse critique ont reçu vendredi des amendes, dont certaines atteignent 500 $, après avoir été interpellés par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour entrave à la circulation.

L'intervention du SPVM est survenue au coin de la rue Belmont et de la côte du Beaver Hall, au centre-ville, peu de temps après que les cyclistes aient quitté le square Phillips, où ils s'étaient d'abord rassemblés.

Les cyclistes ont été mis à l'amende en vertu de l'article 500.1 du Code de la sécurité routière, qui stipule que « nul ne peut, au cours d'une action concertée [...] occuper la chaussée, l'accotement, une autre partie de l'emprise ou les abords ou y placer un véhicule ou un obstacle, de manière à entraver la circulation des véhicules routiers sur ce chemin ou l'accès à un tel chemin ».

Il est plutôt rare que les participants au mouvement Masse critique soient mis à l'amende de cette manière.

Qu'est-ce que Masse critique?

Né à San Francisco en 1992, le mouvement social Masse critique rassemble aujourd'hui des disciples dans le monde entier. Il revendique à la base plus d'espace pour les vélos dans les rues des grandes villes. À Montréal, ses adeptes roulent en groupe tous les derniers vendredis du mois.
Le SPVM mène une offensive contre les cyclistes délinquants cet été. L'opération déplaît toutefois aux adeptes du vélo, qui disent se faire arrêter « pour des broutilles ».

Plutôt ce mois-ci, un cycliste montréalais a reçu une amende de 651 $ pour avoir prévenu d'autres cyclistes sur la voie publique que des policiers veillaient au respect des feux de circulation à une intersection.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: