GRÈVE ÉTUDIANTE 2012 : 3469 ARRESTATIONS [du 16 février au 3 septembre 2012] BILAN DÉFINITIF

Voici le bilan définitif de la vague d’arrestations qui a ciblé la grève étudiante et le mouvement de lutte populaire du 16 février au 3 septembre 2012, soit jusqu’à la veille des élections provinciales.
 Il s’agit de la plus importante vague d’arrestations de l’histoire du Québec contemporain.


Le mouvement étudiant avait déjà été la cible de plus de 1 000 arrestations en 20 ans, de 1990 à 2010 [voir : http://www.cobp.resist.ca/mouvement-tudiant-et-r-pression-polici-re-au-q.... En 8 mois seulement en 2012, ce nombre a été dépassé, et trois fois plutôt qu’une.


Le total de ce bilan est de 3469 arrestations.


Ce bilan a été constitué à partir de l’analyse des médias privés (principalement «Le Journal de Montréal», «Le Journal de Québec», «La Presse») et publics (Radio-Canada), ainsi que grâce à des informations transmises par le mouvement étudiant, par des camarades, des manifestantes et manifestants, des avocats, et des vidéos diffusées sur le Web. Ce dernier bilan, complété en février 2013, intègre aussi des informations des messages du fil Twitter du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Il s’agit probablement d’un bilan qui reste partiel, tant il est difficile d’avoir des informations toujours précises au sujet des arrestations : les chiffres transmis par les médias sont parfois contradictoires en raison de déclarations de la police relayées à différentes heures de la journée, ou encore parce que les policiers ne distinguent pas toujours entre les interpellations et les arrestations avec détention, ou ne comptabilisent pas toujours les arrestations de personnes mineures.


Il ne faut pas oublier que ces arrestations s’effectuent souvent de manière brutale et violente : coups et prises de corps, insultes, détention longue et pénible. Cela dit, les cas répertoriés ci-dessous n’incluent que les situations où la police a procédé à des arrestations. De très nombreuses interpellations se sont soldées par la remise d’une contravention, sans qu’il y ait d’arrestation. Ces cas ne sont pas répertoriés dans ce bilan.

Il ne faut pas non plus oublier les très nombreuses blessures graves : deux yeux perdus, des fractures du crane, des dents fracassées, des bras et des jambes cassées. Pour Montréal seulement, le service Urgence-santé indiquait, au début du mois de mai 2012, que des ambulances avaient transporté à l’hôpital une trentaine de manifestantes et manifestants, sans compter les interventions sur place, dans la rue, lors des manifestations. C’est sans compter les dizaines d’interventions des militantes et militants qui ont offert les premiers soins à leurs camarades, ni celles et ceux qui ont été directement à l’hôpital, sans aide aucune.

Bilan des arrestations

  • 16 février : 37 arrestations lors de l’occupation au cégep du Vieux Montréal; 4 arrestations lors du blocage de la Tour de la bourse à Montréal.
  • 7 mars 2012 : 5 arrestations lors d’une occupation et d’une manifestation devant le bureau de Lotto Québec et les bureaux de la CRÉPUQ, sur la rue Sherbrooke, à Montréal. Un manifestant est gravement blessé à un œil. 2 arrestations lors de la vigile de soir à Montréal.
  • 12 mars : 3 arrestations lors d’un blocage à l’Université Laval.
  • Nuit du 12-13 mars : 5 arrestations devant la Maison de la grève, un espace autonome sur la rue Maisonneuve à Montréal.
  • 15 mars 2012 : 226 arrestations lors de la manifestation contre la brutalité policière, à laquelle participaient un très grand nombre d’étudiantes et d’étudiants (thème de la mobilisation : dénonciation du «profilage politique»).
  • 20 mars 1012 : 80 arrestations après un blocage du Pont Champlain, sur la rive-sud de Montréal.
  • 21 mars : 1 arrestation lors d’un piquetage à l’Université Laval.
  • 26 mars 2012 : 1 arrestation lors d’une manifestation à l’Université de Montréal; 2 arrestations lors de l’occupation des bureaux de la Fédération des cégeps.
  • 27 mars 2012 : 1 arrestation devant le siège social de la SAQ, à Montréal; 60 arrestations lors du blocage de la route 410, à Sherbrooke; 1 arrestation à Québec.
  • 28 mars : 14 arrestations lors du blocage de la résidence du premier ministre Jean Charest, à Québec.
  • 29 mars 2012 : 3 manifestantes arrêtées lors de la Grande mascarade, à Montréal; 15 arrestations à l’UQAC (Chicoutimi), puis 2 autres lors de l’occupation du poste de police.
  • 4 avril : 76 arrestations suite à une action de perturbation du conseil des actionnaires de la Banque nationale, à l’hôtel Reine Élizabeth, à Montréal.
  • 5 avril : 1 arrestation à Chicoutimi pendant une manifestation étudiante.
  • 11 avril : 1 arrestation durant le blocage du siège social de la Banque nationale à Montréal; 3 arrestations pendant la «Manifestation illimitée» à Montréal; 1 arrestation pendant la marche nocturne à Montréal.
  • 12 avril : 1 arrestation par la Sureté du Québec, suite à des menaces à l’endroit de la ministre de l’éducation et d’une autre ministre du gouvernement du Québec.
  • 13 avril : 7 arrestations lors d’une occupation du bureau de circonscription de la ministre de l’éducation. Un journaliste et un photographe du journal La Presse ont également été arrêtés, puis relâchés sans accusation. 18 arrestations lors de la dispersion après une manifestation devant le bureau du Premier ministre Jean Charest, à Sherbrooke.
  • 14 avril : Au moins 1 arrestation en matinée, dans le cadre de l’enquête après le saccage du bureau de la ministre de l’éducation (identification des accusés par leurs empreintes digitales) et de locaux à l’Université de Montréal (pour protester contre l’injonction); 1 arrestation dans le cadre de la grande manifestation du «printemps érable» (environ 25 000 personnes) à Montréal, sous prétexte de port d’arme illégale (un arc et des flèches).
  • 17 avril : 2 arrestations (un étudiant et un professeur) à l’Université du Québec en Outaouais, dans le cadre de l’injonction obtenue par des étudiants pour imposer la reprise des cours; 1 arrestation à Sherbrooke lors de l’occupation de la Chambre de commerce; 2 arrestations à l’UQAM.
  • 18 avril : 19 arrestations devant le bureau du ministère de l’éducation, à Sherbrooke; 2 arrestations (un étudiant et un professeur) à l’Université du Québec en Outaouais en plus de 161 arrestations par encerclement, dans une manifestation près de l’UQO.
  • 19 avril : 2 arrestations à Montréal lors d’une manifestation de perturbation; 49 arrestations au cégep Limoilou (après l’interdiction d’un cours donné en plein air par une professeur de philosophie); 151 arrestations lors d’une manifestation à Gatineau.
  • 20 avril : 20 arrestations suite à l’émeute contre le Salon Plan Nord, au Palais des congrès à Montréal.
  • 21 avril : 1 arrestation devant le Palais des congrès, lors d’un rassemblement contre le Salon Plan Nord à Montréal, et par la suite 89 arrestations lors d’un encerclement.
  • 22 avril : 2 arrestations suite à des jets de peinture sur la façade de siège social de SNC-Lavalin, à Montréal.
  • 24 avril : 3 arrestations pendant une manifestation nocturne à Montréal.
  • 25 avril : 85 arrestations après l’«Ostie de grosse manif» organisée par l’AFESPED, après l’expulsion de la CLASSE de la table de négociation.
  • 26 avril : 4 arrestations lors d’une manifestation à Montréal.
  • 27 avril : 80 arrestations par encerclement 10 minutes après le départ d’une manifestation féministe à Québec, alors que la police avait ordonné de ne pas avancer sur un grand boulevard, et 1 autre arrestation pour «entrave» aux policiers; 35 arrestations lors de la manifestation «C’est pas une offre, c’est une insulte», à Montréal.
  • 28 avril : 35 arrestations en fin de manifestation en soirée à Montréal.
  • 29 avril : 1 arrestation lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 30 avril : 1 arrestation de «Maxi Cube», réalisateur d’une vidéo humoristique où le personnage déclare vouloir tuer le premier ministre et sa famille; 2 arrestations lors de la manifestation post-blocage au cégep de Sherbrooke, par des policiers dans une camionnette anonyme; 1 arrestation lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 1er mai : 2 arrestations à Alma ; 109 arrestations lors de la Manifestation anticapitaliste de la CLAC a laquelle participaient plusieurs étudiantes et étudiants (et les «Profs contre la hausse»).
  • 4 mai : 109 arrestations à Victoriaville (Congrès général du PLQ) et plusieurs blessés graves, dont un étudiant qui a perdu un œil;
  • 5 mai : 5 arrestations à Victoriaville; 3 arrestations lors de la manifestation nocturne à Montréal, contre l’offre gouvernementale.
  • 11 mai : 4 personnes suspectées d’avoir fait usage de bombes fumigènes dans le métro de Montréal se rendent à la police.
  • 14 mai : 2 arrestations lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 15 mai : 1 arrestation suite à une enquête après la manifestation à Victoriaville (4 mai).
  • 19 mai : 21 arrestations après la dispersion d’une manifestation de blocage du Pont Jacques-Cartier, à Montréal; 2 arrestations au Square Victoria, lors d’une manifestation à Montréal; au moins 5 arrestations lors de l’intervention de la SQ au cégep Lionel-Groulx, à Ste-Thérèse; 1 personne accusée d’agression contre un policier lors de la manifestation à Victoriaville se rend volontaire à la police.
  • 16 mai : 122 arrestations lors de la manifestation contre la Loi spéciale, à Montréal.
  • 18 mai : 4 arrestations (dont une pour se promener nu sur la voie publique) lors d’une manifestation contre le vote de la Loi spéciale, à Montréal; 14 arrestations à Sherbrooke, lors d’une manifestation en soirée.
  • 19 mai : 69 arrestations lors de la 26ième manifestation nocturne à Montréal.
  • 20 mai : 308 arrestations à la manifestation nocturne à Montréal; 37 arrestations à Québec, lors de la manifestation nocturne.
  • 21 mai : 1 arrestation d’une personne accusée suite à l’émeute contre le Plan nord (20 avril); 3 arrestations lors d'une manifestation féministe étudiante qui s'est terminée à la vigile pro-vie à Montréal (coin St-Joseph/St-Laurent. Dans le parc devant la clinique du dr. Morgenthaler) ; 2 femmes arrêtées lors de la manifestation nocturne à Montréal ; 36 arrestations à Sherbrooke, en vertu de l’art. 500.1 du Code de la sécurité routière (contraventions de 494$).
  • 22 mai : 113 arrestations lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 23 mai : 518 arrestations lors de la manifestation nocturne à Montréal (la majorité a reçu des contraventions de 634 $); 176 arrestations lors de la manifestation nocturne à Québec.
  • 24 mai : 4 arrestations lors de la manifestation nocturne à Montréal ; 3 arrestations à Québec lors de la manifestation nocturne.
  • 25 mai : 1 arrestation lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 26 mai : 4 arrestations à Gatineau.
  • 27 mai : 2 arrestations lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 28 mai : 84 arrestations à Québec, lors de la manifestation nocturne.
  • 31 mai : 3 arrestations à Montréal lors de la manifestation nocturne; 1 arrestation lors de la manifestation nocturne à Québec (un journaliste du Journal de Québec matraqué).
  • 1er juin : 1 arrestation à domicile après enquête, au sujet de la manifestation à l’Université de Montréal, le 12 avril; 3 arrestations à Montréal, lors de la manifestation nocturne.
  • 6 juin : 65 arrestations à Québec, lors de la manifestation nocturne.
  • 7 juin : 5 arrestations avec mandat d’arrêt, lors de perquisition à Montréal et à Longueuil, en lien avec des enquêtes suite à des actions de sabotage dans le métro de Montréal, et le saccage de bureaux de députés; 3 arrestations à Gatineau pour des graffiti (d’Anonymus); 37 arrestations lors de manifestations contre la cérémonie d’ouverture du Grand prix F1 de Montréal, dont la manifestation de la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC).
  • 8 juin (vendredi) : 39 arrestations à Montréal.
  • 9 juin : 12 arrestations lors de manifestations contre le Grand prix F1 à Montréal.
  • 10 juin : 34 arrestations «préventives» sans accusation, lors du Grand prix F1 à Montréal, sur l’île Jean-Drapeau; 2 arrestations dans des stations de métro; 1 arrestations pour fausse alerte à la bombe; 2 arrestations lors d’une manifestation sur la rue Cressent, à Montréal; 28 arrestations lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 11 juin : 1 arrestation sur l’autoroute d’un étudiant de Montréal sous enquête, alors qu’il se rendait aux funérailles de sa sœur à Chicoutimi.
  • 12 juin : 1 arrestation lors d’une manifestation à Montréal.
  • 13 juin : 2 arrestations lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 14 juin : 2 arrestations lors d’une manifestation à Montréal.
  • 16 juin : au moins 1 arrestation lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 17 juin : 8 arrestations lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 18 juin : 1 arrestation lors de la manifestation nocturne.
  • 19 juin : 6 arrestations suite à une enquête sur des attaques informatiques de sites publics et parapublics.
  • 20 juin : 2 arrestations lors de la 58e manifestation nocturne à Montréal.
  • 21 juin : 1 arrestation à l’Hôtel de Ville de Québec, après une bousculade suite à l’adoption d’un nouveau règlement encadrant les manifestations, et 21 arrestations lors de la manifestation qui a suivi.
  • 22 juin : 1 arrestation à la fin de la manifestation nationale à Montréal; 4 arrestations à Québec suite une enquête au sujet d’une bousculade à l’hôtel de Ville, le 21 juin, à l’occasion de l’adoption d’un nouveau règlement encadrant les manifestations.
  • 10 juillet : 2 arrestations lors de la 78e manifestation nocturne à Montréal.
  • 15 juillet : 1 arrestation lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 22 juillet : 1 arrestation avant le départ de la manifestation nationale à Montréal.
  • 23 juillet : 1 arrestation lors de la 91e manifestation nocturne.
  • 1 aout : 17 arrestations lors de la 100e manifestation nocturne à Montréal (soirée du déclanchement des élections provinciales).
  • 2 août : une quinzaine d’arrestations lors d’une manifestation à Montréal.
  • 13 août : au moins 2 arrestations en marge de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 14 aout : 1 arrestation lors de la 113ième manifestation nocturne à Montréal.
  • 15 aout : 1 arrestation lors de la 114ième manifestation nocturne à Montréal.
  • 17 août : nombre indéterminé d’interpellations (au moins 1 arrestations), lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 18 août : au moins 6 arrestations lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 22 août : 1 arrestation lors de la manifestation à Montréal.
  • 23 août : 1 arrestation avant le départ de la manifestation nocturne à Montréal, sous prétexte de méfaits commis dans la manifestation de la veille.
  • 27 août : 20 arrestations à l’Université de Montréal, lors de la reprise des cours.
  • 28 août : 16 arrestations à l’Université de Montréal.
  • 29 août : 4 arrestations à Montréal lors d’une manifestation de perturbation; 1 arrestation lors de la manifestation nocturne à Montréal.
  • 31 aout : au moins 1 arrestation lors de la 130ième manifestation nocturne à Montréal.
  • 3 septembre : 2 arrestation lors de la manifestation nocturne, à Montréal.

TOTAL : 3469

Catégories