Grabuge: des agents provocateurs impliqués?

Des agents provocateurs pourraient s'être infiltrés durant la manifestation du 18 août dernier, qui a conduit au grabuge de l'hôtel de ville de Montréal. C'est en tout cas ce qu'a évoqué le président de l'Association des pompiers de Montréal, Ronald Martin, vendredi matin, sur les ondes de LCN.

«Nous recevons des informations à tous les jours, sous le sceau de la confidentialité, notamment qu'il y avait des agents provocateurs pendant les événements. Ce n'était pas normal», a dit M. Martin à l'émission «Le Québec matin». «Je ne peux pas parler là-dessus, je ne trahirai pas mes sources. Mais je peux vous dire que ce n'était pas le but de la manifestation.»

Les pompiers de Montréal ne décolèrent pas : ils vont contester les congédiements et les suspensions annoncés jeudi contre 63 employés. Ils sont furieux en particulier contre le congédiement de six d'entre eux.

«Nous avons mandaté nos procureurs et il y aura dépôt d'un grief en bonne et due forme selon la convention collective et le Code du travail, a confirmé Ronald Martin. On ne lésinera pas sur les moyens pour défendre nos membres. Pour le moment, il faut arrêter d'en parler et laisser les tribunaux faire leur travail.»

Quant à savoir s'il faisait partie des six pompiers congédiés, il a tenu à clarifier la situation: «je n'ai pas reçu de lettre hier [jeudi] ni de téléphone officiel de l'employeur. L'affirmation faite hier [jeudi] sur vos ondes concernant mon congédiement a créé une onde de choc auprès de mes proches. Mais rien n'est confirmé, il faudra voir la suite des choses».

M. Martin était à Québec jeudi pour les négociations sur le projet de loi 3 concernant les régimes de retraite des employés municipaux. Il a alors indiqué qu'il y avait probablement une lettre de sanction qui l'attendait à son retour, mais qu'il en ignorait son contenu.

Interrogé sur le fameux droit de gérance de l'employeur, M. Martin a répondu que «des règles de droit existent et que la présomption d'innocence» doit s'appliquer.

«Le congédiement, c'est la peine capitale en relations de travail. Il y a une marge entre une suspension et un congédiement. En plus, on n'a reçu aucune information sur la preuve vidéo qu'ils détiennent», a-t-il ajouté.

De son côté, le maire de Montréal, Denis Coderre, qui était à l'extérieur du pays depuis quelques jours, devrait réagir vendredi dans ce dossier.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: