La Coalition Justice pour Adil Charkaoui dénonce une nouvelle atteinte à la réputation de M. Charkaoui

Communiqué de presse
 
La Coalition Justice pour Adil Charkaoui dénonce une nouvelle atteinte à la réputation de M. Charkaoui
 
Montréal, 8 mai 2013 – La Coalition Justice pour Adil Charkaoui rejette les fausses allégations dénuées de fondement qui ont été relayées par Radio Canada et La Presse le 7 mai 2013 contre M. Charkaoui. La Coalition, qui a travaillé aux côtés de M. Charkaoui durant presque 10 ans, dénonce les tactiques dégoûtantes de diffamation ainsi que le rôle joué par certains médias mal informés et sans sens critique.
 
"C'est ce genre d'allégations sans fondements et non prouvées que le SCRS continue à répandre contre moi dans les médias qui me donne l'énergie de me battre encore devant les tribunaux et sur toutes les tribunes." a déclaré Mr. Charkaoui
 
"Je ne suis pas surpris de cette nouvelle campagne de «salissage», le gouvernment canadien nous y a habitué durant presque 6 ans de procès secret, mais aujourd'hui, devant la Cour Supérieure du Québec toute allégation non fondée est une preuve supplémentaire des abus et tôt ou tard ils devront payer!" a ajouté M. Charkaoui.     
 
"Ceci a tout à voir avec le fait que Adil recherche l'imputabilité par une poursuite civile et n'a rien à voir du tout avec la sécurité publique. C'est complètement contraire à nos intérêts comme communauté de créer ce genre de peur, de répandre des mensonges, d’attiser l'hystérie Islamophobe et d'empêcher un mécanisme sain de reddition de comptes - en fait, une poursuite au civil était le seul recours disponible pour Adil après que le gouvernement ait refusé de s'excuser ou d'offrir des réparations pour l'avoir fait emprisonner injustement, gardé en détention à domicile durant 6 ans et avoir attaqué sa réputation à maintes reprises", a dit Mary Foster, de la Coalition Justice pour Adil Charkaoui.
 
"N'oubliez pas qu'en 2009, la Cour Fédérale a révoqué le certificat de sécurité contre M. Charkaoui pour manque de preuves alors que le fardeau de preuve utilisé contre lui était celui des motifs raisonnables de croire, un fardeau extrêmement bas qui fait partie de la Loi sur l'Immigration, ce qui veut dire que le manque de preuves dans son cas signifie qu'il est blanc comme neige. M. Charkaoui n'a jamais été accusé au criminel pour ces choses. Nous savons que les standards de preuves dans les cas criminels, et en particulier dans les cas de terrorisme, sont extrêmement bas. Donc comment est-ce que quiconque (même l'Islamophobe le plus déterminé) peut prendre ces allégations vieilles de 11 ans au sérieux? Il est énormément préoccupant que Radio Canada et La Presse aient été prêts à diffuser cette histoire", ajoute Foster.
 
Ce n’est pas la première fois que les médias canadiens se soient lancés tête baissée dans la publication de d'allégations non fondées contre M. Charkaoui. Ce n'est plus une question de liberté d'expression, c'est une question de journalisme intelligent et responsable: les médias ne devraient pas se laisser manipuler par les autorités.
 
-30-
 
Contact: 514 222 0205

Source:
Coalition Justice pour Adil Charkaoui
www.adilinfo.org
justiceforadil@riseup.net

Catégories