Le chien se mord la queue

Les policiers manifestent sans avoir remis leur itinéraire.
Ils bloquent la rue, font un boucan d’enfer et mettent le feu à quelques poubelles.
Nul ne sera surpris d’apprendre qu’ils n’ont pas « été obligés d’intervenir » et qu’ils n’ont procédé à aucune « interpellation », même si des « gestes illégaux » ont été commis et qu’il aurait fallu « intervenir pour protéger les commerçants ».
« Alllooo ?!?!? » comme dirait l’autre tarte : ils n’étaient quand même pas pour se matraquer eux-mêmes!
Au lendemain de ces événements, l’heure n’était pas à la condamnation de la violence et de l’intimidation de la part du SPVM, qui est pourtant généralement d’une sensibilité à faire pleurer la petite fille aux allumettes. « Il y a eu des débordements, car les gens sont exaspérés », soutient Yves Francoeur [La Presse, 18 juin, 2014]. Autrement dit, le président de la Fraternité des policiers ne condamne pas ces gestes justifiant normalement des arrestations par centaines? Pas du tout, car l’« incendie », soyez en assurés mesdames et messieurs, n’était « ni prévu ni voulu ».
Fiou… C’est fou ce qu’on peut être ignorants, nous, les civils. Mais les policiers ont quand même défié le règlement P-6, non? Ne-non, rétorque le choix du chef : « Il faut faire attention. Plus de la moitié des manifestations à Montréal se déroulent sans permis ». Ah bon, on imagine alors que les milliers d’arrêtés se trouvaient tout simplement dans la « mauvaise » moitié alors que les policiers se trouvent dans la « bonne » moitié. Devant la bouche ouverte d’un journaliste prenant minutieusement des notes, Francoeur ajoute, avec toute la verve qui est la sienne : « Même dans le conflit étudiant, à plusieurs reprises, le service de police a donné l’avis aux manifestants comme quoi la manifestation était illégale et ils ne sont pas intervenus ». Les commandements arbitraires sont pourtant si simples à comprendre… Même si Francoeur contredit ici son patron, Ian Lafrenière, qui affirmait dernièrement que seuls quelques groupes radicaux refusent de donner leur itinéraire [Radio X, 14 mars].
Francoeur, comme si ce n’était pas assez, ajoute qu’aucun dommage aux biens publics n’a été commis pendant le rassemblement. C’était, disons, un faux feu avec de fausses flammes qui produisaient une fausse chaleur (par ailleurs inoffensive). Pas un feu d’anarchiste ou de carré rouge : un feu de police. À peine assez puissant pour faire griller une guimauve. Comme le dit, le ministre Robert Poëti, lui qui aimait pourtant tellement griller des étudiants pendant la grève : « Il faut regarder l’ensemble de l’œuvre, les pompiers étaient là pour contrôler la situation. Ils l’ont fait sur le trottoir en avant. Est-ce que c’est bien ? Non. Est-ce que c’était encadré, la réponse c’est oui ». Pour lui, mettre le feu est un geste « symbolique » [JdeM, 18 juin 2014]. On ose à peine imaginer les grognements qu’une telle réponse aurait provoqués s’ils étaient sortis de la bouche d’un porte-parole étudiant pendant la grève de 2012. En parlant des manifestations contre la brutalité policière, le même Poëti affirmait d’ailleurs être « renversé » qu’un « regroupement de personnes s’indigne et se plaigne de violence, utilise cette violence-là comme réplique, et non seulement envers les citoyens, mais vers les honnêtes citoyens, vers les commerçants qui n’ont rien à faire là-dedans » [Canal V, 29 mars 2012]. Il y a manifestement des symboles plus faciles à comprendre que d’autres…
« Mais malheureusement, quand il y arrive des manifestations comme ça, ce n’est pas toujours possible de prévoir ce qu’il va se passer », soutient Gabriel Nadeau-Dubois Yves Francoeur. On comprend, il ne saurait en être autrement : les choses déboulent par fois si rapidement… Ce dernier affirmait d’ailleurs dernièrement savoir quels sont les « groupes subversifs, anarchistes qui tentaient de partir le grabuge dans toutes les manifestations » [98,5 FM, 15 mai 2014]. S’il sait réellement qui sont ces groupes « financés » pour faire du « grabuge », il serait peut-être temps de les « interpeller » avant que quelqu’un ne se blesse, non? Les casseurs professionnels et subventionnés sont si nombreux qu’on en trouve même dans leur rangs. Qu’attend le SPVM avant d’agir?
Ça devient inquiétant, cette histoire…
L’absence d’action pourrait devenir dangereuse pour les policiers. Histoire de faire descendre la pression, certains pourraient se mettre à s’(auto)traiter « d’ostie de bœufs sales, de crisses de porcs, de mangeux de beignes, de chiens, d’imbéciles, de câlice de tatas, de caves et de grosses brutes épaisses » (ou quelque chose du genre). Ils pourraient aussi se mettre à écouter du Dead Kennedys, à faire des graffitis de leur chef avec une balle dans la tête ou ‒ imaginons le pire ‒ à poser des affiches de Mises en Demeure dans leur cuisine.
Certains pourraient s’(auto)poursuivre en s’(auto)plaignant en déontologie de leur (auto)comportement avant d’être (auto)défendue par la fraternité affirmant que des mesures d’(auto)disciplines seront mises en place.
Vous imaginez un peu le bordel?
Preuve, s’il en fallait, que le double discours mensonger et pathétique des forces de l’ordre peut causer de grave dommage au cerveau, des policiers, au moment même où leurs collègues mettaient le feu dans la rue, se sont sentis « intimidés » par une militante qui, semble-t-il, parlait trop fort [JdeM, 18 juin 2004].
La pente est glissante. Les policiers les plus zélés pourraient développer des comportements masochistes. Avec leurs matraques et leurs ceintures, ils pourraient se mettre à faire toute sorte d’affaires qui font pleurer le p’tit Jésus. Sans oublier que les plus intègres et courageux pourraient se casser des membres, se crever des yeux et se faire éclater des « flash bomb » en pleine face pour que justice soit rendue.
L’heure est grave, mesdames et messieurs, il faut agir avant que le chien ne se morde la queue…

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: