Plus de 120 intellectuels réclament la tête de Marc Parent

Plus de 120 professeurs issus principalement de l’UQAM et de l’Université de Montréal réclament la tête du directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Marc Parent, et de son porte-parole, Ian Lafrenière.

Dans une lettre publiée en exclusivité dans notre site Internet, ces professeurs critiquent sévèrement la répression de la manifestation annuelle contre la brutalité policière. En l’espace de quelques minutes, les policiers ont arrêté 288 personnes avant même le départ de la 18e édition de la marche, samedi.

« La police ne tolère tout simplement pas qu’on manifeste pour dénoncer sa brutalité », déplorent les auteurs Marcos Ancelovici et Francis Dupuis-Déri, respectivement professeurs de sociologie et de science politique à l’UQAM.

Cent vingt homologues appuient leurs propos, dont Christian Nadeau et Georges Leroux (philosophie), Céline Bellot (service social), Lucie Lemonde (sciences juridiques) et « l’Anarchopanda », Julien Villeneuve.

Les signataires se demandent ouvertement « s’il est possible de dénoncer la brutalité policière sans en être soi-même la cible ».

Un pas de trop

Samedi, le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP), organisateur de la marche, a refusé de fournir son itinéraire à la police comme le stipule le controversé règlement P-6.

Les manifestants n’ont pas eu le temps de mettre le pied sur le bitume, à l’angle de la rue Jean-Talon et de l’avenue De Chateaubriand, que le SPVM déclarait la manifestation illégale.

« Il n’y a pas eu de manifestation, il n’y a pas eu de violence, sinon celle des policiers qui sont intervenus brutalement, dès la tentative de commencer à marcher », déplore Francis Dupuis-Déri.

« Les gens qui étaient présents trouvent la situation révoltante. Ils ne sont pas contents du tout », enchaîne-t-il.

La grogne est si forte qu’il a mis à peine 12 heures pour récolter plus de 120 signatures.

Le collectif de professeurs dénonce la politique du « deux poids, deux mesures » dans l’application du règlement P-6.

Récemment, le SPVM a toléré la manifestation contre la culture du viol, la manifestation des casseroles contre l’austérité et la manifestation du Comité du 8 mars des femmes de diverses origines, bien que les organisateurs n’aient pas fourni d’itinéraire. « Nous nous demandons pourquoi le SPVM fait preuve d’un tel arbitraire à l’égard de la manifestation du 15 mars contre la brutalité policière », s’interrogent-ils.

Les intellectuels tiennent le directeur du SPVM, Marc Parent, comme l’ultime responsable des arrestations de masse. Ils réclament aussi la démission du commandant aux communications, Ian Lafrenière, puisqu’il est la courroie de transmission du message officiel de la police, visant à miner la légitimité de la marche du 15 mars pour cause de violence appréhendée. « Les arrestations de masse, c’est un geste collectif et prémédité qui se décide en haut lieu », estime M. Dupuis-Déri.

Depuis quelques années, les groupes de défense des droits et libertés ont interpellé les élus et la direction du SPVM sur les arrestations de masse, sans guère obtenir de résultats. « Le 15 mars, c’est une vieille question, et elle ne se règle pas. Les interventions de la société civile ne donnent rien. Au contraire, la brutalité policière s’est radicalisée, dans la mesure où l’on ne peut même plus faire cette manifestation », déplore Francis Dupuis-Déri. Le SPVM a déployé plusieurs stratégies au cours des 18 dernières années pour encadrer la manifestation contre la brutalité policière.

La marche a régulièrement fait l’objet de confrontations et de grabuge.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: