RÉFORME DES RETRAITES « NOS GENS VOULAIENT INTERVENIR »

Les policiers en service lors des débordements survenus lundi à l’hôtel de ville de Montréal ont demandé à deux reprises la permission d’intervenir, mais ils se sont butés à deux refus « haute direction », affirme le président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francoeur. Joint tard en soirée alors qu’il terminait la rédaction du mémoire qu’il présentera en commission parlementaire, il a blâmé les hautes instances du service de police pour leur « comédie d’erreurs » lors de l’intervention.

« Nos gens sur le terrain voulaient intervenir, mais ils n’ont jamais eu la possibilité de le faire. L’ordre n’est jamais venu. Alors c’est sûr que nos gens sont frustrés », a soutenu Yves Francoeur, dans une entrevue exclusive accordée à La Presse.

En temps normal, lors de manifestations, les policiers de service doivent suivre les directives du Centre de coordination et de transmission de l’information (CCTI). C’est là que les cadres du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) donnent l’ordre d’intervenir ou non, a expliqué M. Francoeur. Selon lui, les policiers auraient demandé la permission de s’interposer à deux reprises, mais le CCTI leur aurait répondu par la négative, prétextant « ne pas avoir reçu la demande de l’hôtel de ville pour agir ». Yves Francoeur ne comprend pas pourquoi les cadres en poste au CCTI n’ont pas autorisé ses policiers à se déployer.

« Lorsque les policiers interviennent en mode contrôle de foule, ils ne peuvent pas et ne doivent pas prendre d’initiatives personnelles », a dit Yves Francoeur, parce que cela pourrait mettre leur sécurité en danger.

De plus, le président de la Fraternité des policiers croit que les débordements étaient « prévisibles ». Il pense que la direction a « très mal planifié » son plan d’intervention, en envoyant seulement 20 policiers sur les lieux.

« On aurait pu facilement mettre 30 ou 40 policiers de plus à l’intérieur pour intervenir. »

— Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers de Montréal

La sécurité à l’intérieur de l’immeuble était assurée par des agents de sécurité engagés par la ville.

Yves Francoeur a soutenu qu’un agent de sécurité à l’intérieur a aussi été incapable d’expliquer à ses policiers où se trouvait le bureau du maire, ce qui témoigne selon lui du manque d’organisation du SPVM.

« JE NE SUIS PAS INQUIET POUR MES POLICIERS »

Devant le flot de critiques à l’endroit des policiers présents, Yves Francoeur a donc tenu à défendre ses membres. « Ils ont bien effectué leur travail, ils ont exécuté les ordres, ils n’ont pas refusé de suivre aucun ordre, de faire aucun mouvement », a-t-il affirmé.

Lors de son point de presse hier, le directeur du SPVM, Marc Parent, a annoncé la tenue d’une enquête pour faire la lumière sur la conduite des policiers de faction lundi soir. Il a promis de punir les policiers ayant fait preuve de « laxisme » ou de « complaisance ».

Yves Francoeur a donné l’ordre aux policiers de service, qui seront convoqués par les enquêteurs de ce dossier, de se munir d’un avocat de la Fraternité pour se défendre. Il dit aussi avoir confiance en ces membres. À son avis, il n’y aura pas de sanctions envers les policiers. « Je ne suis pas inquiet pour mes policiers, mais pas du tout », ajoute-t-il.

Aux communications du SPVM, on attend le résultat de l'enquête avant de commenter, mais on assure déjà que le nombre d'effectifs ne semble pas avoir été un problème.

En coulisse, des policiers bien au fait du dossier ajoutent qu’il semble y avoir eu confusion sur la fréquence radio à utiliser pour les échanges entre agents sur le terrain et coordonnateurs, ce qui a pu rendre la réponse moins efficace.

Par ailleurs, les agents de sécurité de l’hôtel de Ville, qui ont souvent réclamé la présence d’un groupe d’intervention complet du SPVM dans l’hôtel de Ville par le passé lors de manifestations, n’auraient pas fait la même demande cette semaine, ce qui expliquerait que seulement une poignée d'agents étaient à l'intérieur dès le début.

— Avec Vincent Larouche

LA SÉCURITÉ SERA RENFORCÉE DURANT LA COMMISSION PARLEMENTAIRE
L’ouverture de la commission parlementaire sur les régimes de retraite s’effectuera sous haute surveillance policière. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a confirmé hier que la Sûreté du Québec renforcera sa présence sur les lieux. « Des mesures appropriées sont prises », a affirmé le premier ministre. Philippe Couillard a toutefois préféré ne pas s’avancer davantage quant aux détails entourant la sécurité déployée à l’Assemblée nationale. « Vous comprendrez qu’il n’est pas approprié de les détailler, mais on est conscients de l’environnement », a-t-il expliqué en point de presse. Les chefs syndicaux seront aussi tous présents à l’intérieur de l’Assemblée nationale. Ils témoigneront tour à tour au cours des prochains jours. La Coalition pour la libre négociation, qui représente 55 000 syndiqués opposés au projet de loi 3, prévoit aussi manifester son mécontentement devant l'hôtel du Parlement. Deux manifestations auront lieu simultanément à midi à Montréal et à Québec.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: