Revue de presse sur la vigile pour les 5 ans de la mort de Fredy Villanueva

Publié le 10 août 2013 à 00h00 | Mis à jour le 10 août 2013 à 10h50

Mort de Fredy Villanueva: cinq ans plus tard, la famille demande justice

Caroline d'Astous
La Presse

La douleur est encore vive à Montréal-Nord, cinq ans après la mort de Fredy Villanueva, abattu par le policier Jean-Loup Lapointe. Un deuil difficile à faire compte tenu des circonstances de la mort et de la lenteur de l'appareil de la justice, dénoncent la famille et ses alliés.

Ils étaient un peu plus d'une centaine de personnes réunies dans le stationnement arrière de l'aréna de Montréal-Nord, vendredi, bougies en mains. Un lieu symbolique, car c'est à cet endroit que Fredy Villanueva, 18 ans, a perdu la vie sous les balles du policier, le 9 août 2008.

Pour la famille, «même si le temps passe vite, la douleur ne passe pas», a confessé sa mère, Lilian Antunes Villanueva. «C'est très dur pour moi. Je pense toujours à mon fils étendu... sur le sol. Aujourd'hui, ça fait du bien pour moi que des personnes me donnent un appui», a-t-elle soufflé, la voix étranglée par l'émotion.

Ne pouvant retenir ses larmes, Mme Villanueva n'a pas caché sa colère envers le policier qui a abattu son fils. «Peut-être, un jour, si justice est rendue, je vais aller mieux, a-t-elle dit. Mais le policier Lapointe m'a enlevé mon fils: il m'a aussi enlevé une partie de ma vie.»

«Tous les jours, je parle à mon fils. Parfois, je lui demande de venir me voir... mais il ne me répond pas, soupire-t-elle. Les gens qui sont ici savent que Fredy est mort pour rien. Moi, ce que je vis, c'est une douleur très forte» a-t-elle raconté, précisant que les fleurs et bougies jaunes sont un clin d'oeil à la couleur préférée de son fils.

Dénoncer l'injustice

Membre du Collectif Montréal-Nord Républik, Gabriella Garbeau a dénoncé le manque de justice dans l'affaire Villanueva. «Il n'y a toujours pas eu de justice, et on a toujours la même colère, dénonce-t-elle. Il y a la même insécurité dans le quartier. On nous dit que tout va bien à Montréal-Nord: on nous disait la même chose quand Fredy a perdu la vie.»

Une opinion partagée par Will Prosper, un ancien policier et maintenant représentant du Collectif. «Il y a des changements, mais ils sont seulement cosmétiques, déplore-t-il. Tant et aussi longtemps qu'il va y avoir de l'insécurité économique dans le quartier, il va y avoir de l'insécurité sociale.»

«Le deuil est difficile à faire, car il n'y a pas encore eu de justice», déplore à son tour Georges Laraque, ancien joueur du Canadien et candidat dans la circonscription fédérale de Bourassa pour le Parti vert.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: