Manif contre les flics dans le village / DEMO AGAINST POLICE IN THE VILLAGE

Date de l'événement: 

14 Février 2014

MANIF CONTRE LES FLICS DANS LE VILLAGE
vendredi le 14 février -- 17h30
coin des rues Beaudry et Ste-Catherine

Le 14 décembre, deux hommes gais ont été victimes d'une attaque à
l'extérieur du bar Sky. On a beaucoup parlé de cet incident depuis. Les
victimes ont pris la parole pour dire que l'attaque était homophobe.
Cependant, d'autre gens, comme Louis-Alain Robitaille, un courtier
immobilier actif dans le Village, ont aussi pris la parole. Avec d'autres
gens d'affaires du Village, Robitaille profite de la conjoncture créée par
ces attaques pour revendiquer plus de police, et ce dans le quartier qui a
déjà la plus forte présence policière de tous les quartiers de Montréal.

Ces gens ont fondé un groupe qui s'appelle le Collectif carré rose. À
l'opposé du mouvement qui s'était rassemblé autour du symbole du carré
rouge en 2012, et duquel le "collectif" de Robitaille a adopté certains
aspects visuels, le CCR veut plus d'exclusion. Ce groupe a comme but le
nettoyage social du Village. Ils revendiquent plus de police, plus de
"collaboration citoyenne" avec la police, et une application plus stricte
des lois contre les personnes itinérantes. Ils rêvent de voir se fermer
les soupes populaires, les centres d'accueil, et les autres services dans
le quartier.

Les objectifs réels du CCR sont bien évidents: d'abord, de diriger plus de
ressources de l'État vers le Village pour aider à ce que les bars, les
cafés, les logements du quartier soient plus profitables, et deuxièmement,
de mettre en œuvre la vision assimilationniste et déformée de la
"communauté LGBT". Ces deux objectifs entrent en contradiction avec les
intérêts des gens qui sont moins capables de se défendre (usagers et
usagères de drogues, personnes itinérantes, adolescent-e-s racisé-e-s,
travailleurs et travailleuses du sexe). Les locataires vont payer plus
cher leurs logements, les gens qui vont s'amuser ou qui veulent baiser
vont devoir payer plus cher leur cover, et les gens qui ont des emplois
précaires ne verront aucune amélioration tangible de leurs conditions de
travail.

Assez parlé de ces "intérêts" abstraits: qu'est-ce qu'on veut vraiment? On
sait qu'on veut pas de flics, qu'on ne veut pas les voir à chaque coin de
rue quand on sort prendre un verre avec des ami-e-s, et on sait qu'on veut
pas qu'ils fassent chier les gens dans nos milieux de vie, dans nos
milieux de travail, et là où on se promène. On veut un coin de la ville où
le fait de s'amuser n'est pas une vulgaire marchandise, un Village où on
peut s'occuper les un-e-s des autres, un endroit, bref, où on a la
responsabilité collective de se défendre contre les homophobes, contre les
flics, et contre des tannants pro-capitalistes sur Facebook. On veut
quelque chose qui s'oppose radicalement à l'ordre social que le SPVM est
chargé de défendre, et auquel les Villageois-es les plus aisé-e-s tiennent
mordicus.

Le Collectif carré rose planifie une "manifestation ludique" le jour de la
St-Valentin, et on a l'intention de faire les trouble-fête. On vous invite
à vous joindre à nous au coin des rues Beaudry et Sainte-Catherine à 17h30
le vendredi 14 février. Ne laissons pas les tenant-e-s du nettoyage social
défiler tranquillement dans les rues du Village! Venez en grand nombre,
amenez vos ami-e-s, et battons ensemble le pavé!

**** **** **** ****

DEMO AGAINST POLICE IN THE VILLAGE
Friday, February 14 -- 17h30
corner of rues Beaudry and Ste-Catherine

On December 14, two gay men were attacked outside Sky. The incident has
been discussed a great deal in the weeks since. We have heard the voices
of the victims, who have called the attack homophobic, but we have heard
much more from the likes of Louis-Alain Robitaille, a prominent real
estate broker in the Gay Village's. Alongside other Village
businesspeople, Robitaille has seized upon the opportunity of this attack
and issued a call for more police in what is already the most heavily
policed neighbourhood in Montréal.

The political vehicle for this effort is the Collectif Carré Rose. Unlike
the movement that rallied around the symbol of the red square in 2012,
from whom Robitaille's "collective" has appropriated its name, the CCR
lobbies for exclusion rather fighting against it. Its goal is the social
cleansing of the Village. More police, more calls to the police by
residents, and stricter enforcement of anti-vagrant laws are all means to
this end, but the ultimate goal is the closure of the soup kitchens,
drop-ins, shelters, and other service points in the area.

The CCR's real objectives are transparent: first, to direct more state
resources to the Village in an effort to make the area more profitable for
those who own its bars, cafés, and housing units, and second, to help
achieve its members' fucked-up and assimilationist ideals of what "LGBT
community" looks like. Both objectives are not only directly opposed to
the interests of those people, both queer and otherwise, who have the
least social power with which to defend themselves (drug users, homeless
people, racialized teenagers, sex workers). Tenants will pay higher rent,
people looking for good clean fun or sleazy hook-ups or whatever will have
to pay higher cover, and nothing material will improve for workers in
precarious jobs.

But enough talk of abstract "interests". What do we actually want? Well,
we don't like cops, we don't want to see them on every corner when we go
for drinks with our friends, and we'd like to prevent them from fucking
with people in the spaces where we live, work, and circulate. We want an
urban space where fun is no longer commodified, a Village committed to the
radical act of caring for people in need, a territory where self-defense
against homophobes, cops, and capitalist dweebs on Facebook is a
collective responsibility. In other words, we want something that is
radically opposed to the social order that the SPVM is tasked to defend,
and to which privileged queers are ultimately loyal.

The CCR has planned an "entertaining demonstration" on Valentine's Day,
and we intend to crash the party. We invite you to join us at the corner
of rues Beaudry and Sainte-Catherine at 17h30 on Friday, February 14, and
from there, to make sure that the advocates of social cleansing don't get
to march in the streets of the Village unopposed. Show up, bring your
friends, and together let's take the streets!