De l’art-thérapie au MBAM autour de Fredy Villanueva

Il y a un an, l’artiste et entrepreneur social Ricardo Lamour a proposé à la directrice générale du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), Nathalie Bondil, de monter une exposition sous le thème : L’art de la résistance : Fredy Villanueva, 10 ans déjà.

Le chanteur et comédien, qui est membre du comité de soutien à la famille Villanueva, a frappé à plusieurs autres portes d’espaces de diffusion culturelle montréalais. Sans succès. Tenir un événement artistique qui ferait référence à la mort du jeune de 18 ans, tué lors d’une intervention policière en 2008 dans un parc de Montréal-Nord, ne les intéressait pas.

Or, quelques mois et plusieurs échanges de courriels plus tard, Mme Bondil a accepté d’entendre sa proposition. La rencontre a eu lieu en février dernier. « Mme Bondil a beaucoup plus de courage que d’autres, lance M. Lamour, qui est aussi membre du collectif SLĀV Résistance. En fait, est-ce une femme courageuse ou bien une dirigeante qui sait écouter et consulter ? »

En fin de compte, le projet d’exposition n’a pas été retenu. Toutefois, le MBAM a offert à M. Lamour l’un de ses espaces de création, baptisé La Ruche d’art, destiné à l’art-thérapie.

Ainsi, samedi prochain, à quelques jours du 10e anniversaire de la mort de Fredy Villanueva, le public est invité à réaliser des œuvres dans un espace créatif du musée, encadré par un art-thérapeute.

Des proches de la famille Villanueva, dont possiblement la mère de Fredy, Lilian Madrid, seront sur place pour échanger avec le public sur le drame qu’ils ont vécu. Les œuvres seront ensuite déménagées sur les lieux de la tragédie pour la commémoration du 9 août, organisée par le comité de soutien à la famille Villanueva dans le parc Henri-Bourassa.

La direction du MBAM enthousiaste

La direction du MBAM accueille avec enthousiasme la famille Villanueva entre les murs de l’institution. « Ce sera très intéressant que la famille soit là pour partager ce qu’elle a vécu », affirme Thomas Bastien, directeur de l’éducation et du mieux-être au MBAM.

« On offre un espace de médiation, de partage sans jugement ni parti pris. Cela fait partie de la mission du MBAM d’offrir une voix aux sans-voix. »

— Thomas Bastien, du MBAM

Il souligne que le musée collabore avec 450 organismes de milieux scolaires, sociocommunautaires et de santé pour lutter contre différentes injustices comme le racisme et l’exclusion.

La direction du MBAM est consciente que la mort de Fredy Villanueva est un sujet polarisant. Or, « l’art fait du bien », rappelle M. Bastien. « C’est dans des espaces de culture que la polarisation arrive à être réduite, poursuit M. Bastien. Le MBAM, parmi d’autres espaces, permet un véritable dialogue, un échange, un partage. »

L’arrondissement de Montréal-Nord a récemment décidé d’abandonner la création d’une œuvre murale en l’honneur de Fredy Villanueva. Sa mairesse, Christine Black, avait pourtant soutenu l’idée lorsqu’elle était à la tête d’un organisme communautaire, avant d’être portée au pouvoir.

Rappelons qu’à l’automne 2017, à l’occasion de son premier conseil municipal à titre de mairesse de Montréal, Valérie Plante avait aussi indiqué être en faveur d’une œuvre murale pour « un jeune homme qui ne méritait pas de mourir », avant de se raviser quelques mois plus tard.

Montréal-Nord a plutôt opté pour une « capsule temporelle » installée sur la place de l’Espoir, dans le parc où Fredy avait perdu la vie. Les citoyens pourront déposer des messages et des témoignages. La capsule sera ouverte en 2065, lors du 150e anniversaire du quartier.

« Les maires de Montréal-Nord, Marcel Parent d’abord, puis Gilles Deguire et maintenant Christine Black, veulent effacer Fredy », dénonce M. Lamour, dont le nom d’artiste est Emrical. D’où l’importance, selon lui, de créer des œuvres pour garder sa mémoire vivante.

Mais ces œuvres doivent se faire dans le respect de la famille éprouvée, croit le comédien. Il s’est d’ailleurs retiré de la pièce de théâtre documentaire Fredy d’Annabel Soutar, dans laquelle il jouait après sa création en 2016. Il s’oppose au fait que la pièce continue d’être présentée sans l’aval de la mère de Fredy. Cette dernière reproche à Mme Soutar d’utiliser son drame personnel à des fins de divertissement.

« Comment se fait-il qu’il soit plus facile de faire circuler une pièce délégitimée et produite avec nos fonds publics dans nos maisons de la culture et espaces de diffusion que d’avoir une murale et un mémorial permanent à la mémoire de la personne dont s’inspire la pièce délégitimée ? »

— Ricardo Lamour

De son côté, Mme Soutar a toujours soutenu que la pièce était « une plateforme » pour « un dialogue franc et ouvert sur le profilage racial et tout le système de justice ».

Des changements de société

Ricardo Lamour se demande pourquoi Montréal ne reconnaît pas le « génie de ses citoyens qui ont contribué à transformer ses institutions ». Il cite de nombreux changements survenus dans Montréal-Nord et plus largement dans la société québécoise à la suite de la mort de Fredy Villanueva et des mobilisations citoyennes qu’elle a provoquées.

Des investissements sans précédent ont été réalisés dans le quartier, notamment pour construire des logements sociaux et améliorer les installations destinées aux jeunes. Le Service de police de la Ville de Montréal a dû revoir ses pratiques, notamment en formant ses agents sur l’intervention auprès de personnes issues de minorités ethnoculturelles et leur perception de la police. « On n’a jamais autant parlé de profilage racial sur la place publique, au Québec, qu’après ce tragique incident », souligne M. Lamour, qui est diplômé de l’École de service social de l’Université de Montréal.

L’artiste ne laisse pas tomber son projet d’exposition pour autant. Il ne sait toutefois pas encore quelle forme elle prendra. « C’est important pour sa mère, Lilian Madrid, de garder la mémoire de Fredy vivante, dit-il. En fait, c’est important pour Montréal et pour tout le Québec. Son histoire a transformé Montréal et le Québec. »

L’atelier d’art-thérapie se tiendra le 4 août à La Ruche d’art du MBAM sur le thème : Fredy, tu vis dans nos cœurs. Entrée libre par le 2200, rue Crescent. Matériaux d’art fournis. De midi à 17 h.

http://plus.lapresse.ca/screens/8710355c-ef1b-4322-b84e-4e55de130753__7C...

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: