Méthodes du SPVM : Consultation publique réclamée

Inquiètes du nombre de morts lors d’interventions policières à Montréal, 25 organisations réclament une consultation publique sur les méthodes employées par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

La Ligue des droits et libertés a récemment écrit aux élus responsables de la sécurité publique de l’administration Plante au nom d’une coalition d’organismes. La Commission de la sécurité publique a beau avoir ouvert ses portes aux citoyens depuis l’élection de Projet Montréal, le groupe estime que la métropole doit aller plus loin en entreprenant une révision en profondeur entre autres de « l’utilisation des armes et l’usage de la force ».

Alors que 10 morts sont survenues depuis 5 ans lors d’interventions policières, le groupe estime que la confiance des Montréalais s’est effritée en raison de « pratiques policières inacceptables qui ne sont à peu près jamais remises en question ».

Les organisations estiment que les rencontres mensuelles de la Commission de la sécurité publique ne représentent pas de véritables consultations publiques. Les séances débutent généralement par une présentation du SPVM, suivie d’une période de questions des citoyens puis des élus. « Ce n’est pas vraiment un exercice de consultation, mais de présentation », résume Eve-Marie Lacasse, coordonnatrice de la Ligue des droits et libertés.

L’idée d’une vaste consultation publique sur les méthodes d’intervention est née justement dans la foulée de l’étude de la Commission sur le « continuum de l’emploi de la force ». « Ça a laissé les gens sur leur faim. Une seule séance, ce n’est pas assez. Ce n’est pas vrai qu’on a eu le temps de faire un portrait global. Et beaucoup de groupes n’étaient pas là », dit Mme Lacasse.

— Pierre-André Normandin, La Presse

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Type de document: