Rally and March Against Migrant Prison Architects

Date de l'événement: 

17 Février 2019

Marche et rassemblement contre les architectes de prisons
Stoppons la construction de la nouvelle prison pour migrant-e-s à Laval!

Dimanche 17 février à 14h
Point de rencontre au métro Place-Saint-Henri

Une nouvelle prison pour migrant-e-s est en construction à Laval, juste à côté de l'actuelle prison. L'État a réagi aux mobilisations populaires contre l'emprisonnement de migrant-e-s et de réfugié-e-s (y compris des grèves de la faim inspirantes chez des détenu-e-s migrant-e-s en Ontario) en investissant des millions dans la création d'un nouvel endroit plus "joli" pour les incarcérer. Cette expansion inclut de nouveaux moyens de contrôle des migrant-e-s en dehors de la prison, en utilisant la biométrie et les systèmes de reconnaissance vocale / de téléphonie cellulaire GPS, déjà à l'essai à Montréal.

Les documents détaillant cette nouvelle prison précisent que « les clôtures soient recouvertes de façon esthétique avec du feuillage ou d’autres matériaux pour limiter son allure sévère et diminuer la possibilité d’identification claire de la clôture» Les barres de fer sur les fenêtres doivent «passer le plus inaperçues possible pour le public extérieur», tout en maintenant néanmoins leur fonction d'enfermer les gens. La cour de récréation des enfants sera «similaire à l’environnement d’une garderie », bien qu’une «barrière visuelle» haute de six métres garantisse que personne ne peut voir les enfants emprisonné-e-s et que les enfants ne peuvent pas voir dehors.

Le cabinet d’architectes LeMay, dont le siège est situé dans le quartier de Saint-Henri, détient deux contrats de plusieurs millions de dollars pour la conception de cette prison. LeMay peut se vanter de ses bâtiments «écologiquement durables» et de ses projets créant «de la valeur tangible et mesurable pour nos clients, utilisateurs et communautés». Mais sous ses airs de bien-faisance, Lemay aide en fait à ne construire rien d'autre qu'une prison : une cage pour les êtres humains, dans ce cas-ci pour faciliter l'expulsion des réfugié-e-s et des migrant-e-s que le Canada veut jeter. En fin de compte, la fonction de ce type de prison est de contrôler le mouvement des pauvres du monde, de les forcer à rester dans des situations où leur travail peut être extrait à moindre coût et de les empêcher de réclamer une part quelconque des ressources mondiales, maintenant ainsi le flux de richesse du Sud vers le Nord.

Joignez-vous à la première action publique dans la lutte pour arrêter la construction de la nouvelle prison pour migrant-e-s!

Ni Frontières, Ni Prisons!

----------------------

March and Rally against Prison Architects
Stop the Construction of the New Prison for Migrants in Laval!

Sunday, 17 February at 2pm
Gather at Place-Saint-Henri metro

A new migrant prison is being built in Laval, right beside the current one. The state has responded to popular mobilizations against the imprisonment of migrants and refugees (including inspiring hunger-strikes by migrant detainees in Ontario) by pouring millions into creating a new, “prettier” place to imprison them. This expansion includes new ways of controlling migrants and refugees outside prison, using biometrics and voice recognition/gps cell phone systems, already being piloted in Montreal.

Documents detailing the new migrant prison specify that “fencing should be aesthetically covered by foliage or other materials to limit harshness of look and detract from overt identification of fence.” Iron bars over windows must “be as inconspicuous as possible to the outside public” - while nevertheless maintaining their function of locking people up. The children’s play-yard will resemble “a daycare setting,” though a six-foot high “visual barrier” will ensure that no one can see the imprisoned kids and the kids cannot see out.

The hip LeMay Architect firm, headquartered in the neighbourhood of Saint Henri, holds two multi-million dollar contracts to design this prison. LeMay boasts of its “environmentally sustainable” buildings and its projects creating “tangible and measurable value for our clients, users and communities” but, under the sugar-coating, LeMay is helping to construct nothing other than a prison: a cage for humans, in this case to facilitate the deportation of refugees and migrants Canada wants to discard. Ultimately, the function of this particular kind of prison, echoing the debtors' prisons and poor houses of the past, is to control the movement of the global poor - fix them in situations where their labour can be extracted most cheaply and prevent them from claiming any share of global resources - maintaining the flow of wealth from south to north.

Join the first public action in the struggle to stop the construction of this new migrant prison!

No Borders, No Prisons!

Dossiers: 

Ville où l'événement s'est produit: