Une majorité d'élus de Minneapolis s'engage à démanteler le service de police

Une majorité de conseillers de la ville de Minneapolis, grande ville américaine où est survenu le drame qui a coûté la vie à George Floyd, s'est engagée dimanche à retirer le financement et à démanteler le service de police de la ville.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Des irréductibles tiennent les policiers en haleine après une manifestation pacifique contre le racisme et la brutalité policière

• À lire aussi: Près de 3000 personnes manifestent à Sherbrooke

• À lire aussi: La statue d'un négrier déboulonnée par des manifestants à Bristol

L'information, d'abord rapportée par le média local The Appeal, a été confirmée par de nombreux médias américains, y compris le New York Times et le réseau CNN.

Affirmant que le corps policier, qui a fait l'objet de nombreuses accusations de racisme par le passé, ne peut pas être réformé, neuf des 13 membres du conseil ont pris l'engagement de le démanteler.

Le conseil de la ville entend remplacer à long terme le service de police par un système de sécurité publique dirigé par la communauté.

«L'idée de n'avoir aucun service de police n'est certainement pas envisagée à court terme», a déclaré la présidente du conseil, Lisa Bender, au réseau CNN.

Cet engagement survient 13 jours après la mort de George Floyd, cet Américain noir décédé après une intervention policière au cours de laquelle l'agent Derek Chauvin a appuyé son genou sur le cou de sa victime durant de longues minutes.

Sa mort a déclenché une vague de colère et de manifestations à Minneapolis, puis dans le reste des États-Unis, avant de s'étendre au monde entier. Pour un deuxième week-end consécutif, des manifestants sont descendus dans les rues de nombreuses grandes villes du monde entier, dont au Canada, pour manifester contre le racisme et la brutalité policière.

Plus de détails à venir.

Catégories

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: