De nombreuses « amendes COVID » distribuées à des jeunes défavorisés de Montréal-Nord

« La distanciation, c'est un prétexte de plus pour les policiers de nous approcher et de nous demander ce qu'on fait. » C'est ainsi qu'André, un jeune homme de 28 ans de Montréal-Nord, voit la campagne menée par les policiers pour faire respecter les consignes d'éloignement physique. Dans l'un des secteurs les plus défavorisés de l'arrondissement, pas moins de 70 contraventions de 1500 $ ont été distribuées, bien souvent à des jeunes.

"Encore une fois, ce sont les populations les plus discriminées qui doivent passer à la caisse", déplore le coordonnateur du Café-Jeunesse multiculturel, Slim Hammami. "Au lieu de faire de la sensibilisation auprès des jeunes, on a préféré distribuer des contraventions."

Certains jeunes de Montréal-Nord ont reçu plusieurs contraventions de 1500 $, parfois dans la même journée. Marc St-Félix, un intervenant du Café-Jeunesse multiculturel, a même reçu une amende alors qu’il demandait à des jeunes de respecter la distance de deux mètres entre eux. "Les gens se rassemblent, ce sont des amis d’enfance, ils habitent les uns à côté des autres", explique-t-il.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: