15 mars 2021 - 25e journée internationale contre la brutalité policière - ABOLISSONS LA POLICE - ABOLISH THE POLICE - March 15, 2021 - 25th International Day Against Police Brutality

English below

15 mars 2021 - 25e journée internationale contre la brutalité policière

Le 15 mars 2021 se déroulera la 25e Journée Internationale Contre la Brutalité Policière (JICBP), peu importe la situation sanitaire.
Les personnes impliquées dans l’organisation de cette édition de 2021 opteront pour des alternatives adéquates selon l’évolution de la pandémie qui par ailleurs sévissait déjà lors du 15 mars 2020.
Parce qu’il faut souligner à quel point cette année a été brutale ! Dans un contexte difficile où toute la population essaie de faire preuve de solidarité, il y a une valeur constante sur laquelle on peut toujours se fier : la police demeure sans pitié.
Rappelons les dernières 8 minutes et 46 secondes de George Floyd. Rappelons-nous de Sheffield Matthews, assassiné par le SPVM aux petites heures du 29 octobre dernier. Rappelons-nous de Chantel Moore, Rodney Levi, Eishia Hudson au total trente-quatre personnes tué-e-s par la police au Canada pendant les 11 premiers mois de 2020. Près de la moitié des personnes assassinées étaient des autochtones.
~~~
Plusieurs activités entourant la journée internationale contre la brutalité policière auront lieu avant, pendant et probablement après le 15 mars prochain, sous une forme ou une autre. Afin de préparer cette journée, nous vous demandons donc de nous envoyer des textes, des images, des vidéos et des enregistrements audios que nous pourrons partager dans notre journal annuel et sur notre site web.
Et contactez vos ami-e-s et groupes d’affinité et passez le message que le 15 mars aura lieu. Soyez prêt-e-s !
~~~
En cette année 2021, nous appelons à l’abolition pure et simple de la police. Cela fait maintenant un quart de siècle que nous prenons la rue pour forcer la police à se réformer, de montrer des signes d’amélioration, et la situation ne fait qu’empirer, année après année. Les commissions d’enquête se multiplient, les rapports sont de plus en plus accablants, et malgré tout rien de concret ne se passe.
Au final, à quoi sert tout ce système de répression institutionnel et son service de police, ici et ailleurs ? Qui protège-t-il ? Les tribunaux n’ont pas protégé les femmes qui se battaient contre l’agresseur sexuel Gilbert Rozon.
La GRC n’a pas protégé les autochtones de New Edinburgh en Nouvelle-Écosse contre les racistes blancs qui ont mis le feu à leur entrepôt.
La SQ n’a pas sévi contre les policiers qui ont violé les femmes autochtones de Val-d’Or.
Le SPVM a utilisé, et utilise encore, tous les outils à sa disposition pour chasser les sans-abris du campement de la rue Notre-Dame et de plusieurs autres endroits à Montréal.
Et finalement, l’ASFC (Agence des services frontaliers du Canada) déporte présentement sans aucun remords les « anges gardiens » qui maintiennent debout notre système de santé à bout de bras.
Et la situation est la même partout. On peut le voir en France, au Chili, en Ayiti, au Nigéria, aux États-Unis et au Brésil, un mouvement mondial qui gronde et prend de l’ampleur. Un mouvement qui demande la fin de la police telle qu’on la connaît. Un mouvement qui crie, haut et fort.
Parce qu’on a assez de compter les assassinats aux mains de la police, parce que les larmes des familles et ami-e-s sont devenues colère, parce qu’injustice et impunité riment avec système colonial-raciste-sexiste, parce qu’il y a des alternatives : ABOLISSONS LA POLICE.

===============================================================

March 15, 2021 - 25th International Day Against Police Brutality

On March 15, 2021, the 25th International Day Against Police Brutality will take place regardless of the sanitary situation.

Those involved in the organization of this year’s edition will opt for adequate alternatives according to the evolution of the pandemic, which, besides, had already hit by March 15, 2020.

Because it bears emphasizing what a brutal year it has been! Through difficult times, as the entire population strives to show solidarity, there is a constant value on which we can always count: the police remain merciless.

Let us remember the final 8 minutes and 46 seconds of George Floyd’s life. Let us remember Sheffield Matthews, assassinated by the SPVM in the early hours of October 29th. Let us remember Chantel Moore, Rodney Levi, Eishia Hudson -- thirty-four people killed by Canadian police in total over the first 11 months of 2020. Nearly half of those assassinated were Indigenous.
~~~
Many activities surrounding the International Day Against Police Brutality will take place before, during, and after March 15, in one form or another. In preparation, we ask you to submit any text messages, images, and video or audio recordings we may share in our annual journal and on our website.
And contact your friends and affinity groups to pass along the message that March 15th is on. Be ready!
~~~
In 2021, we are calling for police abolition, pure and simple. For a quarter-century now, we have taken to the streets to force the police to reform, to show signs of improvement -- yet year after year, the situation has only worsened. Inquiry commissions are growing in numbers, reports are increasingly damning, and still, nothing meaningful has come of them.
In the end, what is this system of institutional repression and its police force for, here and elsewhere? Who is it protecting? The courts did not protect the women who fought sex offender Gilbert Rozon.
The RCMP did not protect the Indigenous people of New Edinburgh, Nova Scotia, against the racist white people who set their warehouse on fire.
The SQ did not come down on the police officers who raped Indigenous women in Val-d’Or.
The SPVM used, and continues to use, all the tools at its disposal to expel the homeless from their encampment along Notre-Dame Street and many other locations around Montreal.
And finally, as of right now, the Canada Border Services Agency (CBSA) is ruthlessly deporting the “guardian angels” whose thankless work keeps our healthcare system running.
And the situation is the same everywhere. It can be seen in France, in Chile, in Haiti, in Nigeria, in the United States, in Brazil -- a worldwide movement that is rumbling and spreading. A movement that is demanding the end of police as we know it. A movement that is shouting out, loud and clear.
Because we have had enough of counting the number of lives lost at the hands of the police, because the tearful sorrow of families and friends has turned to anger, because “injustice” and “impunity” rhyme with “colonial-racist-sexist system”, because there are alternatives: ABOLISH THE POLICE.

Catégories

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: