Le COBP dénonce la campagne de peur orchestrée par le SPVM avant la manifestation familiale du 11 octobre 2008 à Montréal-Nord

Dans son édition du 9 octobre 2008, le Journal de Montréal véhicule des mensonges au sujet du Collectif Opposé à la Brutalité Policière (COBP) et de Montréal-Nord Républik, deux des groupes qui organisent une manifestation familiale à Montréal-Nord ce samedi suite à la mort de Fredy Villanueva sous les balles du policier Jean-Loup Lapointe. La première page et un article signé Joanie Godin visent visiblement à discréditer les organisateurs de la marche et à faire peur à la population. Le COBP tient à rétablir les faits face aux mensonges publiés qui ont été repris dans beaucoup de médias.

Premièrement, Godin écrit dans son article que le COBP serait "un groupe d'agitateurs reconnu pour faire du grabuge". Ce qu'elle ne dit pas, c'est que le COBP est en fait un collectif dont le but est la défense des droits de la personne et que notre travail quotidien consiste en : informer sur nos droits et les recours face aux abus policiers, soutenir les personnes victimes d'abus policiers quand elles portent plainte et se défendent en cour, et dénoncer les abus policiers et leur impunité par des communiqués, publications et manifestations. Nous faisons aussi du Copwatch, ou de la surveillance de la police.

Bien-sûr, les médias de masse ne s'intéressent pas à ce qu'on fait réellement, puisque leur travail n'est pas d'informer vraiment la population, sinon que de vendre leur salade. C'est pourquoi les seules fois où ils parlent du COBP, c'est pour tenter de nous discréditer en montrant des images spectaculaires de vitres cassées, mais sans jamais expliquer notre point de vue ni les causes de la colère des gens: soit les abus policiers et leur impunité.

Le Journal de Montréal a décidé d'imprimer une photo où on voit des personnes qui participent à la manifestation du 15 mars 2008 pour la 12ième Journée Internationale Contre la Brutalité Policière (JICBP), dont plusieurs sont masquées. La légende qui accompagne cette photo dit "Des membres du Collectif opposé à la brutalité policière lors d'une manifestation en mars dernier". Est-il vraiment nécessaire de dire que les personnes qu'on peut voir sur la photo ne sont aucunement des "membres" du COBP, sinon que des gens qui ont participé (comme près de 1000 autres personnes) à notre manifestation?

Un autre mensonge publié dans le Journal de Montréal est l'affirmation selon laquelle la manifestation prévue ce samedi est organisée uniquement par Montréal-Nord Républik et le COBP. En réalité, cette marche familiale est organisée par un nouveau groupe appelé la Coalition contre la Répression et les Abus Policiers (ou CRAP, également un jeu de dés...). La manifestation est appuyée non seulement par Montréal-Nord Républik et le COBP, mais aussi par la Maison des Jeunes de Côte-des-Neiges, le Millions More Movement (MMM), CUMAJ, L'institut Barrow de leadership Communautaire, Antifa-Montréal, l'Association Étudiante du CÉGEP du Vieux-Montréal (AGECVM), le Syndicat Étudiant du CÉGEP Marie-Victorin (SECMV), Libertad, Mères et Grands-Mères pour la vie et la justice (Saint-Michel), le Comité de Mobilisatoin du SECMV, le PCR, la NEFAC, Head and Hands et le Centre de formation Jean-Paul Lemay. Ce qui démontre que le porte-parole de la police de Montréal, Ian Lafrénière, ment quand il dit que les organisateurs de la manif "ne sont pas des gens de la communauté".

Enfin, il est totalement mensonger de dire que "le groupe n'écarte pas la possibilité d'avoir recours à la violence dans un communiqué publié sur son site Internet". La citation en question dit bien que "tant qu'on ne fournira pas à toute la population des conditions de vie dignes des possibilités humaines, des révoltes légitimes éclateront", ce qui ne veut pas dire que nous pensons "avoir recours à la violence", sinon que les émeutes, comme le dit le texte, sont "inévitable(s) lorsqu'une classe sociale sans avenir se retrouve confrontée à la mort de proches" et que ces explosions de colère peuvent être "légitimes".(http://www.montrealnordrepublik.blogspot.com/)

Les policiers auraient fait le tour des commerçants du quartier pour leur dire qu'il y avait des risques qu'il y ait du "grabuge" lors de la manifestation. Pourtant, Godin écrit que "les policiers ne croient cependant pas que le collectif pourra rassembler assez de gens pour qu'il y ait danger." Alors pourquoi crier au loup sur tous les toits? Ce qui semble effrayer les policiers, ce n'est pas la perspective du "grabuge" qui ne ferait que les aider à discréditer les gens qui dénoncent leurs abus et leur impunité. Comme il est écrit dans l'article de Godin, la police craint que le COBP "organise une manifestation 'familiale' samedi avec des résidents de Montréal-Nord. Le problème pour eux, c'est que les organisations qui font partie de la Coalition n'ont pas peur de dénoncer les injustices du système, contrairement à beaucoup de groupes communautaires qui dépendent du gouvernement pour leurs subventions et donc sont muselées.

Cet article n'est qu'une étape de plus dans la campagne de peur menée par le SPVM ces derniers jours pour tenter d'éviter que les groupes communautaires du quartier ne s'associent aux organisateurs de la manifestation. En effet, des policiers ont appelé plusieurs groupes communautaires du quartier pour leur mettre de la pression et les dissuader de participer à la marche. Suite à un de ces appels, la Direction du CÉGEP Marie-Victorin a fait annuler une réunion qui devait se tenir au CÉGEP entre Montréal-Nord Républik et des groupes communautaires du quartier et a interdit la distribution du tract appelant à venir à la manifestation de samedi. Un agent de sécurité a même arraché des tracts des mains d'une militante. Pourquoi tant d'efforts sont déployés si, comme le prétend Lafrénière "pour l'instant, les gens du secteur n'ont pas l'intention de se joindre à eux"?

Le COBP profite de cette mauvaise publicité pour inviter une fois de plus toute la population de Montréal-Nord et d'ailleurs à participer à cette manifestation familiale dont les revendications sont: une enquête publique et indépendante sur la mort de Fredy Villanueva, la fin du profilage racial, des abus et de l'impunité policière, et la reconnaissance du principe selon lequel tant qu'il y aura des inégalités économiques, il y aura de l'insécurité sociale. Toute la famille est invitée à y prendre part, pour montrer aux autorités que tout le monde est concerné par la brutalité policière et l'impunité.

Comme on a vu au lendemain de la mort de Fredy, les gens n'ont pas besoin de soi-disant "agitateurs" pour se révolter face aux injustices. D'ailleurs, les propos incendiaires du président de la Fraternité des policiers sur la police paramilitaire n'aident en rien à apaiser les tension. Et on sait que les policiers ont eux-mêmes des "agitateurs professionnels" payés par l'État, comme les agents provocateurs de la SQ qu'on a démasqués à Montebello.

Nous ne sommes pas responsables de la colère des gens, ce sont plutôt les abus du système qui en sont la cause. C'est justement pour mettre un terme à ces injustices que nous luttons et que nous invitons tout le monde concerné à se joindre à nous. Pour que plus jamais unE des nôtres ne soit victime d'une bavure policière et que celles-ci ne restent pas impunies comme presque toutes les autres.

Pour plus d'informations: " De Griffin à Villanueva: Mise à jour sur les bavures policières et leur impunité", communiqué du COBP, 7 octobre 2008: http://www.cmaq.net/node/3112.

Le Collectif Opposé à la Brutalité Policière (COBP)

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: