L’homme abattu était en détresse psychologique

L’homme abattu par des policiers mardi soir à Montréal devait être expulsé de son logement samedi prochain, en raison d’un comportement qui dénote des problèmes de santé mentale.

Pierre Coriolan, 58 ans, criait à répétition dans son logement, ouvrait et fermait constamment sa porte dans des allées et venues frénétiques jusque tard dans la nuit, apprend-on dans une récente décision de la Régie du logement du Québec. Les pompiers avaient également dû se rendre sur place à deux reprises en septembre 2016, à cause d’aliments oubliés dans un chaudron.

Un avis d’expulsion avait donc été donné en raison de ces troubles « à la quiétude des lieux ». « Il était très désorganisé dans les derniers mois », affirme Claudine Laurin, directrice générale de la Fédération des OSBL d’habitation de Montréal (FOHM).

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: