Contrôles d’identité  : il faut tester le récépissé

Vingt fois plus. C’est la probabilité qu’ont les jeunes hommes entre 18 et 25 ans, considérés comme «noirs» ou «arabes», de subir un contrôle d’identité par rapport au reste de la population française. Le Défenseur des droits a récemment tiré la sonnette d’alarme, ­appuyé par des recherches et des enquêtes, toujours plus nombreuses et précises, sur la réalité des contrôles au faciès en France. Mais combien de bouteilles à la mer auront lancé les associations, les collectifs et les citoyen·ne·s qui vivent quotidien­nement cette inégalité de traitement  ?

­Allons-nous tolérer plus longtemps qu’un·e habitant·e puisse être contrôlé·e au seul motif de sa couleur de peau  ? C’est l’aveu même du président de la Répu­blique, qui déclarait pendant la campagne présidentielle  : «Nous avons beaucoup trop de contrôles d’identité, avec de la vraie discrimination.»

Catégories

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: