21e journée internationale contre la brutalité policière / 21th international day against police brutality

*english follow*

POUR EN FINIR AVEC LA RÉPRESSION : MULTIPLIONS LES ACTIONS
21e journée internationale contre la brutalité policière

Depuis plus d’une décennie, le COBP dénonce, à travers la journée internationale contre la brutalité policière, plusieurs thèmes qui touchent les policiers-ères : le nettoyage social, la militarisation, l’impunité, le profilage social/racial/politique, la dérive sécuritaire, etc. Nous constatons de plus en plus que peu importe les aspects du travail policier dénoncés, il n’y a absolument rien qui change; les recommandations de la commission Ménard, suite au printemps 2012, qui dorment dans un tiroir de bureau, l’enquête du coroner suite à la mort d’Alain Magloire qui dort probablement elle aussi dans un tiroir de bureau, les 36 dossiers de plaintes des femmes de Val d’Or contre les flics de la SQ qui ont été rejetées. Bref, plus on avance dans le temps et plus c’est pareil : les flics se donnent la permission de tout faire et s’en sortent impunément.

Le COBP a constaté plusieurs changements durant 2016 et a décidé cette année de sortir de ce noyau de dénonciation et d’aller vers un appel unitaire et constructif pour la manifestation annuelle contre la brutalité policière 2017. Nous avons donc choisi comme thème : Pour en finir avec la répression : multiplions les actions! Plusieurs raisons basées sur des évènements qui sont survenus en 2016 ont motivées le choix du thème: la manifestation du 15 mars 2016 a eu lieu du début à la fin pour une rare fois, et ce, sans voir le bout du nez de la brigade urbaine et de l’anti-émeute, la manif du 1er mai qui a été tolérée plus de deux heures avant que les gens de la manif s’écœurent et attaquent un poste de police, les multiples manifestations durant 2016 qui ont réussi à prendre la rue (souvenons-nous ici que pendant deux ans nous commencions les manifs en souricières), les actions directes qui ont été réalisées contre les pipelines et les oléoducs, l’émeute de Montréal-Nord lors de la journée de commémoration de l’anniversaire de naissance de Fredy Villanueva et le décès de Bony Jean-Pierre durant laquelle un poste de police a été saccagé et une banque allumée en feu, les multiples attaques dans Hochelaga et dans le sud-ouest de Montréal, le sabotage de caméras, les différentes occupations de terrains pour diverses revendications, ou encore les victoires en Cours pour invalider des règlements municipaux. Bref, autant dans les manifestations que dans la vie de tous les jours, autant des actions plus pacifiques que radicales, les gens s'unissent, luttent et commencent tranquillement à s’approprier des alternatives pour agir dans toutes les luttes que la police se réjouit à réprimer : la lutte antipolice, anticapitaliste, antigentrification, contre le milieu carcéral, les pipelines et les oléoducs, la lutte pour sortir les itinérants-es de la rue, la lutte féministe, syndicale, antifasciste, autochtone, queers, trans, etc….. Une bonne riposte doit être imminente et doit se faire non seulement par les manifestations mais également par les actions directes dans la vie quotidienne.

2016 aura été marquée par un "remaniement" de la répression policière. Malgré le pseudo mini relâchement de la répression dans nos manifs impliquant, par exemple, l’arrêt des arrestations de masse, et bien les trappes à tickets sévissent de pire en pire contre, entre autres, les automobilistes, cyclistes, les usagés-ères du métro, les sans-abris. De plus, les journalistes se font épiés-es par le SPVM! Naturellement, les chicanes internes au SPVM sont pires que pire en ce moment. Nous savons très bien que ce ‘’relâchement’’ n’est pas dû au fait qu’on a un nouveau chef de police, mais plus au fait qu’il y a eu de multiples et multiples victoires face à des contestations de tickets et face aux règlements municipaux invalidés dont les flics aimaient tant se servir pour nous réprimer. De plus en plus, les gens font l’effort de contester leurs tickets, quand d’autres développent, à leurs façons, de nouvelles tactiques de dérangement publique.

Nous sommes des jeunes et des moins jeunes écœuré-es de ce système qui se nourrit des prisons et de son bras armé qu’est la police. Nous devons arrêter de parler de rapport de force et le mettre en pratique dès maintenant! Nous devons une fois pour toutes nous regrouper et faire face à cette répression. C’est donc pour toutes ces raisons que le COBP vous invite à la 21e manif annuelle qui aura lieu le 15 mars à 19h à la Place Valois (coin Ontario et Valois)

Le Collectif Opposé à la Brutalité Policière
---------------------------------------------------------------------------------
END THE REPRESSION: MULTIPLY THE ACTION!
21TH INTERNATIONAL DAY AGAINST POLICE BRUTALITY!

For more than a decade, the COBP has denounced, through the International Day against Police Brutality, several issues affecting police officers: social cleansing, militarization, impunity, social / racial / political profiling, Drift, etc. We are seeing more and more that no matter what aspect of police work is denounced, there is absolutely nothing that changes; The recommendations of the Ménard commission following the spring of 2012 sleeps in an office drawer, the coroner's inquest following the death of Alain Magloire, that is probably also sleeping in an office drawer, the 36 women's complaint files from Val d'Or against the cops of the SQ that were rejected. In short, the more we advance in time, the more it is the same: the cops give themselves permission to do everything and get away with impunity.

The COBP observed several changes during 2016 and decided this year to leave this nucleus of denunciation and to move towards a unitary and constructive appeal for the annual demonstration against police brutality 2017. We therefore chose as theme: END THE REPRESSION: MULTIPLY THE ACTION! Several events that occurred in 2016 motivated the choice of the theme: For the first time the demonstration of March 15, 2016 took place without seeing the urban brigade and the anti-riot, the May 1 demonstration was tolerated more than two hours before the people of the demonstration were disgusted and attacked a police station, multiple demonstrations during 2016 that managed to take the street (Remember here that for two years we were starting mousetrap demonstrations), the Montreal North riot on the day of Fredy Villanueva's birtday commemoration, and also the death of Bony Jean-Pierre during which a police station was Ransacked and a bank was on fire, multiple attacks in Hochelaga and southwest Montreal, sabotage of cameras, various occupations of land for various claims, or the victories in progress to invalidate municipal by-laws. In short, as much as in demonstrations as in everyday life, people unite, struggle and quietly begin to find alternatives to act against the police that rejoice to repress: the anti-police struggle , Anti-capitalist, anti-gentrification, against the prison environment, pipelines and pipelines, the struggle to escape the itinerants of the street, the feminist, union, antifascist, aboriginal, queer, trans, etc. A good response is imminent and must be done not only by protests but also by direct actions in everyday life.

2016 was marked by a "reshuffle" of the police repression. Despite the pseudo mini relaxation of the repression in our protests, for example, the end of mass arrests, ticket traps are getting worse and worse, among others are, the motorists, cyclists, subway users and the homeless. In addition, journalists are being watched by the SPVM! Naturally, the arguments inside the SPVM are getting worse by the moment. We know very well that this "relaxation" is not due to the fact that we have a new chief of police but more because there has been multiple victories against tickets and invalid municipal by-laws which the cops love to use to repress us. Increasingly, more people are making the effort to contest their tickets, while others are developing, in their own way, new tactics of public disturbance.

We are young people and old people that are disgusted by this system, which feeds on prisons and its armed arm, the police. We must stop talking about the balance of power and put it into practice now! We must once and for all unite and face this repression. It is for all these reasons that the COBP invites you to the 21th annual event that will take place on March 15th at 7pm at Valois Place (corner of Ontario and Valois).

The Collective Opposed to Police Brutality

warning: Creating default object from empty value in /var/www/drupal-6.28/sites/all/modules/views/includes/handlers.inc on line 652.

Communiqué

Au lendemain de la manifestation à Montréal-Nord visant à dénoncer le meurtre de Jean-Pierre Bony par le SPVM, ce dernier et Anie Samson, responsable de la sécurité publique, ont choisi de prendre la voie de la diffamation.

Sur toutes les tribunes médiatiques, on se questionne sur la provenance des casseurs et des casseuses, on parle de manifestant-e-s ayant infiltré...

En juillet 2013, notre ami avocat Denis Poitras perdait son droit de pratique et a dû se déclarer en faillite. Sa dette envers Revenu Québec s'élevait à 247 000$. Son délit? Avoir défendu gratuitement des centaines et centaines de militants-es qui n'avaient pas les moyens de le payer.

Deux ans et demi plus tard, sa faillite est finalement réglée! Il est rendu à l'étape de sa ré-...

Le meurtre de Jean-Pierre Bony prouve que les armes intermédiaires donnent la possibilité à la police de tirer plus souvent, sans avoir à se justifier, sur les corps qu’elle considère comme « négligeables ».

Le 31 mars, pendant une opération visant le commerce de marijuana, le Groupe tactique d’intervention a tiré à l’aide d’un lanceur de bâtons cinétiques sur Jean-Pierre Bony alors qu’...

Pourquoi porter un masque? Ça nous permet d’agir sans être immédiatement reconnu-es. Ce n’est pas suffisant de couvrir la moitié de notre visage. Même si nous réussissons à nous enfuir de la police, elle pourrait utiliser des photos ou des vidéos de nous plus tard pour nous incriminer. Il vaut mieux couvrir nos cheveux, notre visage, nos bras, nos tattoos et nos mains. Les meilleurs gants sont...

par Robyn Maynard (ecrit le 4 avril, traduit en français de l’originale)

Jean-Pierre Bony, un homme noir de 47 ans, a été atteint par une balle de plastique tirée par le Groupe tactique d’intervention du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) à Montréal-Nord. Il est décédé à l’hôpital le dimanche 3 avril 2. L’incident s’est produit pendant une opération antidrogue mineure et...

Fini les appels au calme (communiqué M-NR)

Montréal-Nord continue de brûler et le feu dure depuis trop longtemps. Il ne s’est trouvé personne pour éteindre l’incendie de pauvreté qui fait rage même si le coroner Perreault a placé celui-ci au cœur de recommandations à l’issue de l’enquête publique sur les causes du décès de Fredy Villanueva. Montréal-Nord demeure l’une des zones les plus...

Dans la nuit du 4 au 5 juillet 2015, Andrew Loku, homme de 45 ans originaire du Soudan du sud et père de 5 enfants, est tué par balle une vingtaine de secondes après l’arrivée des policier-ère-s à son complexe d’habitation. La version des faits d’un-e témoin des évènements diffère sans grande surprise de celles du policier et de la policière impliqué-e-s. Malgré la disparité, le 18 mars...

*publication d'un sympatisant*

Bonjour tout le monde! Je viens, tout récemment de commencer une revue anarchiste dans laquelle je critique le rôle de la police dans la société. J’aborderais certainement d’autres sujets dans les éditions suivantes, mais pour l’instant, je me contente d’élaborer une critique de l’institution policière. Merci de prendre le temps de lire cette première...

Mardi dernier marquait la 20e journée internationale contre la brutalité policière. Pour la première fois depuis 2003, la manifestation s’est terminée sans qu’aucun-e manifestant-e ne soit arrêté-e. Une première en 13 ans! Pour une rare fois, la manifestation a eu un début et une fin, décidée et assumée par le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP) et les manifestant-es présent-es....

C'est la 4e manifestation du Collectif opposée à la brutalité policière (COBP) depuis 1997 n'ayant donné lieu à aucune arrestation. Ce soir, le COBP, en s'alliant à plusieurs groupes militants, a démontré que la solidarité et la mobilisation contre la brutalité policière est capable d'un rapport de force réel face au SPVM. Le collectif tient à remercier d'emblée les centaines de manifestantEs...

Syndiquer le contenu