1426884323

11 Février 2015

j'ai beaucoup été, et je suis encore victime d'abus de la police.
Je n'avais pas pour habitude de décrire les événements, mais en février 2015 j'ai commencé à le faire, par exutoire mais aussi pour avoir une version détaillé devant le JUGE DE MARDE qui protège la police. Chaque fois que je vais devant un de ces cons, j'ai la confirmation qu'un juge n'est pas la pour la justice mais pour protéger le pouvoir en place, le plus fort, le plus riche. je me suis donc demandé la pertinence de mettre mon témoignage sur internet, mais quand j'ai vu que le dernier événement publié sur le site remontait a juillet 2014, j'ai compris que si je ne le rendais pas public, les gens croiraient que les abus sont des exceptions, hors, à chaque semaine, je me fais coller, à chaque mois la force est utilisé à mon égard. l'abus d'autorité concerne pas que la police, tout ceux qui la détienne, il faut l'exposer pour ceux qui n'en ont pas conscience. encore hier, c'est arrivé. mais je le rendrai public cet évènement plus tard, quand j'aurai une confirmation que je ne passe pas en cours

FUCK LA POLICE

je suis tranquillement sur le chemin du retour vers chez moi, j'ai rencontré un homme sur le boulevard st-joseph, on marche ensemble.
2 policiers passent dans leur voiture continuent leur chemin puis reviennent vers moi, par la rue de la couronne
ils me demandent se que je fais avec une brouette
je réponds sans trop vouloir que je rentre chez moi, que je transporte des effets personnels
non satisfait de ma réponse, ils me demandent de m'identifier, se que je refuse de faire en leur signalant que rien ne m'y oblige.
je leur demande également pourquoi je m'identifierais
ils me répondent qu'ils ne comprennent pas se que je fais avec une brouette et qu'elle pourrait contenir du matériel volé.
ils veulent savoir qui je suis pour s'assurer que je suis correcte et vérifier ma brouette
je refuse à nouveau de m'identifier en leur indiquant qu'ils ne savent pas se que contiennent les poches, les sac à dos, les sacoches des gens dans leur rue et qu'ils ne les connaissent pas plus que moi. qu'ils n'ont pas à insinuer que je suis un voleur
ils sortent de l'auto, mettent leur gants et demande à nouveau de m'identifier.
je refuse à nouveau

l'homme qui était avec moi fumait une cigarette, jette sa cigarette parterre lorsqu'il la finie
les 2 policiers indiquent à l'homme qu'il s'agit d'une infraction et qu'ils vont lui donner un ticket. ils demandent les pièces d'identité du monsieur.
avant de rentrer dans leur auto pour vérifier les papiers de mon compagnon, ils laissent sous entendre que si je m'identifie ils ne donneront pas de ticket, mais disent très clairement que je ne suis pas obligé de m'identifier (avec l'attitude qu'ils avaient avant que l'homme jette son mégot on aurait pas cru que je n'étais pas obligé de m'identifier. il reconfirmera dans l'auto que je n'étais pas obligé)
je finis donc par cèder et donne mes papiers

tous le long qu'ils vérifient nos papier ils ne sont pas très gentils
ils demandent de nous éloigner de leur véhicule, de ne pas avoir les mains dans les poches, ni dans les manches...tsé quand il fait -20 cette demande est excessive
nous coopérons tout de même.

une fois terminer ils me donnent nos 2 cartes d'identité. pièces confidentiels, ils me remettent la pièce de l'homme qui était avec moi, plutôt que de lui remettre en main propre
je lui remets sa carte

avant qu'ils ne démarre, l'homme qui était avec moi, tend sa main au policier dans son auto du côté passagé en lui disant une poigné de main pour vous souhaiter une bonne soirée
le policier dit je ne te serre pas la main et referme sa vitre
alors l'homme dépose délicatement sa main sur la vitre comme dans un geste de tendreté. comme une caresse
le policier baisse sa vitre et dit enlève ta main de ma vitre
se que l'homme fait
je dis donc au policier, on est sale hen!
puis ils démarrent et s'en vont
je fais donc du jogging sur le trotoire à côté de leur auto en criant on est sale on est sale on est sale on est sale on est sale on est sale
ils s'immobilisent et me disent qu'ils me donneront un ticket
avant même que les policiers rajoutent un mot, je sors mon permis et leur donne à nouveau en leur disant, allez y donnez moi un ticket
encore une fois, nous demande d'enlever les mains de nos poches et de nos manches
puis le conducteur de l'auto de police demande de nous éloigné de 2 mètres. je m'approche donc de leur auto, à la hauteur de leur roue et je fais 2 grands pas en direction opposé, vers le trotoire, en disant 1 mètre, 2 mètres
je voulais donc respecter leur consigne
là, ils se fâchent sorte de leur auto, puis tentent de m'arrêté. je croise les bras
ils me plaquent contre le mur, tentent de me décroiser les bras. toujours incapable, un des policiers dit, on va le mettre parterre
me font une jambette
couché dans la slush, ils finissent par me décroiser les bras puis me menotter
ils me relèvent me plaque contre le coffre de l'auto et me donne un coup de poing derrière la tête
me fouille les poches puis m'embarque dans l'auto de police
dans l'auto de police moi et le conducteur avons essayé de discuter du rôle de la police, des raisons de mes nombreuses arrestations
mais on ne pouvait pas aller bien loin, on se faisait souvent interompre par l'autre policier parce qu'ils avaient affaire ensemble
il a entre autre dit que je n'avais pas la bonne attitude, mais il a refusé de me décrire ma mauvaise attitude
il disait qu'on avait le droit d'être réfractaire à la police, il voulait me donner un exemple de gens réfractaire toléré.
il m'a donné l'exemple des manifestations où les gens font des sit-in. Il dit que s'ils ne se font pas arrêté, qu'ils ne sont pas victime de violence policière et qu'il ne se font pas donner plein de ticket, c'est que contrairement à moi, il ne montre pas de signe d'hostilité du style "baisser le menton" "refuser de répondre, être évasif".
ça ne m'indiquait pas la route à suivre, je ne peux pas faire de sit-in si la police me colle
je lui fais remarquer, que je viens d'être menotté, violenté, et qu'on m'a donné un ticket pour avoir crier dans la rue « on est sale ». alors que les manifestants aussi crie dans la rue
puis ont me relâche

1 ticket : avoir causé du tumulte
1 ticket : entrave au travail de la police
Martin Langlais matricule 3118 équipe 1232
Bryan Simms-Jacques, matricule 3229 équipe 1232
11 février 2015 à 0h48

plus tard, seul, sur le chemin ste-foy, 2 policiers me voient avec la brouette, s'immobilisent plus loin, reviennent sur leur pas
ils me demandent se que je fais avec ma brouette. essayant d'appliquer se que j'avais discuter avec le policier, je répond avec beaucoup plus de gaité
énumère tous se que la brouette contient
leur indique la provenance, les raisons pour laquelle je les transportent

ça ne leur suffit pas me donne de m'identifier je refuse
et je leur dis même que j'ai été arrêté au courant de la soirée pour la même raison, et que ces policiers m'avaient confirmer que je n'étais pas obligé de m'identifier
je leur montre les tickets de loin, mais refuse de leur donner en main propre, car ils pourraient m'identifier à l'aide des tickets
ils sortent de leur auto, mettent leur gant, s'approche de la brouette et me disent que eux ne travaillent pas comme les 2 autres policiers, que je suis obligé de m'identifier. et commencent à fouiller ma brouette. je leur indique qu'ils n'ont pas d'affaire à fouiller mes effets personnels à moins que je sois en état d'arrestation. je reprend mes effets personnels de leur mains. me met entre eux et la brouette. ils me poussent, mais je résiste, je me repositionne entre eux et la brouette
ils tentent alors de m'arrêté. je croise les bras. incapable de me les décroiser ils me plaquent au sol. finissent rapidement par me les décroiser et me menotter
je n'arrête pas de leur signifier qu'ils n'ont aucune raison de m'identifier outre leur méconnaissance de la situation et leur "peur" qui s'y rattache
une fois à l'intérieur de l'auto, je leur dit arrêté pour avoir marché avec une brouette, les brouettes sont illégales
ils me disent que le problème n'est pas la brouette, mais que le problème c'est qu'ils ne savent pas se qu'elle contient. ils rajoutent si tu t'étais identifié ça aurait pris 5 minutes et t'aurait pas eu de ticket
je leur indique que j'ai accepté de répondre à toute leur question et que je leur ai même donné des détails qu'ils ne demandaient pas. que mon identité ne confirme pas se que la brouette contient et que si je m'étais identifier ils n'auraient pas su se que la brouette contenait
je leur rajoute, si le problème n'est pas la brouette mais le fait qu'il y ait des objets dedans je leur indique, à quoi bon avoir une brouette si on ne transporte rien

superviseur dans le véhicule 3213 présent ainsi qu'une autre auto patrouille non identifié

1 ticket à 2h18
entrave au travail de la police
Patrick Fauteux-Fagiolo Matricule 3094 équipe 3242
Éric Rhéaume Matricule 2924 équipe 3242

----------------------------------------------------------------------------------------------

message à la police : je sais que vous me lisez. j'assume tout se que je dis.
juste pour vous :
obia le chef : https://www.youtube.com/watch?v=GS_dKd56Hl8

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Nom du policiers (séparer par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Matricule du policier (séparer les numéros par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Ville où l'événement s'est produit: