Témoignage et Manifeste d'un condamné politique

Le 15 mars 2012 à Montréal, lors de la manifestation contre la violence des chiens de garde de l'État face à la dissidence politique et la marginalité, je me suis d'abord fait attacher les mains de force puis enfermer à l'intérieur d'une cage d'acier pour une durée de cinq heures ''préventivement'' par les miliciens du Capital, concernant le simple fait d'avoir en ma possession quelques canettes de peinture sous pression, alors que je n'avais été aucunement pris en flagrant délit ''criminel''. Les forces répressives de l'État fasciste québécois se sont d'abord fait un plaisir de me cibler autour du point de rassemblement de la manifestation avent même que celle-ci se soit mise en marche, probablement parce-que je portais alors un grand foulard au cou (le règlement P-6 n'avais pas encore été adopté, à ce moment là). Ils m'ont ensuite apostrophés tel une souris dans une trappe, m'entourant d'au moins une dizaine de leurs pions aliénés en pleine rue pour me soumettre à une fouille ''obligatoire'' (une fouille, qu'elle soit sommaire ou complète, est illégale sur un individu qui n'a pas été vu de façon flagrante perpétrer quelconque infraction au code ''criminel'' ou ''civil'' et cet individu n'a pas à s'y soumettre de quelque façon que ce soit). (NOTE DU COBP: Les policiers ont le droit légalement de fouiller une personne si ils ont des « doutes raisonnables de croire » que la personne a de la drogue ou des armes sur elle. Pour plus d'infos, voir: http://cobp.resist.ca/documentation/pamphlet-surprise-des-droits-version...) Ils ne se sont aucunement présentés et m'ont seulement fait savoir que j’étaie placé sous ''enquête'' et que j’étaie donc en détention ''préventive'' durant les ''procédures''. J'ai enfin été transporté à bord d'un fourgon cellulaire avec d'autres révoltés vers un des nombreux temples de la répression à Montréal où j'ai encore été la cible d'une fouille illégitime et finalement d'un emprisonnement arbitraire de cinq heures, après quoi j'ai été ''libéré'' sans accusations criminelles ni contraventions.

Organisons la résistance active contre la milice du Capital et de l'État!

Cessons d'être soumis.es face à l'arsenal répressif de l'État!

Résistons aux contrôles, aux fouilles et aux arrestations!

Seule la solidarité, la complicité et la lutte paient!

Signé, un anarchiste parmi tant d'autres.

___________

Déclaration d'un condamné politique

En cet instant et de par cette instance, vous ne condamnez pas uniquement un individu, un acte ou même un sentiment authentique de révolte envers ce système, mais bien un mouvement en entier recherchant la libération totale pour tous et toutes, peut importe l'identité sociale, politique ou économique.

Parce-que vos accusations, tout comme vos conditions et vos lois, qu'elles soient spéciales ou non, sont et seront toujours injustes et illégitimes;

Parce-qu'elles sont basés sur une définition de la Justice qui est totalement archaïque et seront toujours antidémocratiques et liberticides;

Nous continueront à les briser!

Nous n'oublierons et ne pardonnerons jamais les gestes ou même les intentions de nature oppressifs et/ou répressifs ayant été portés de façon vicieuse et souvent haineuse envers une volonté partagé de changer l'état des choses qui est totalement légitime et sensé. Par-contre, nous nous souviendrons toujours de ces braves personnes qui ont, rage au cœur et courage à la main, osés remettre en question le règne de l'Autorité et son régime fasciste en entier. Et comme à l'habitude, tout les acteurs ayant pris part à la mise en œuvre de l'arsenal répressif et autoritaire du Pouvoir contre ce soulèvement, que ce soit par l'utilisation de la police politique, via les tribunaux bourgeois, par les prisons ou par la dénonciation d'actes de révolte, seront les grand.es oublié.es de l'Histoire.

Nous continueront à les mépriser!

En réponse à toutes ces accusations politiques, qu'elles soient de nature ''criminelles'' ou non, lancés de façon à dominer plus efficacement tout les marginaux en lutte contre ce système qui ne nous représente en aucun point, nous allons, en tant que personnes libres de vos dogmes de pensés et de vos croyances illusoires dignes du temps de l'inquisition, monter d'un cran la lutte contre le terrorisme d'État, que ce soit par l'utilisation de la politique de rue ou par tout autre moyen jugé nécessaire.

Nous continueront à lutter!

Nous ne demandons pas. Nous luttons en faveur de:

L'anéantissement complet de l'Autorité, de l'État et du Capital.

La justice pour tous et toutes les opprimé.es à-travers le monde.

La libération complète pour tout.es les prisonnier.es politiques.

Signé, un.e anarchiste parmi.e tant-d'autres.

Dossiers: 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: