Témoignages d'abus policiers

Vous avez été victime d’un abus policier ?

Dénoncez-le ! Publiez votre témoignage

1459835643

04 Mars 2016

story begins with my son walking home at about 1 am sunday morning march 3rd 2016 cops had stopped him asking him questions at one point my son refused to answer any more of their questions officer replied that is ok you can go on your way he started heading back home with cigarette in hand cops do a u turn now slowly following my son he felt intimated by the cops following him he flicked the lit cigarette end off his cigarette and put the butt in his pocket police once again stopped my son saying he shot his cigarette on the floor ask him for i.d. at that point my son took off.(sounds like entrapment to me)
my son ran home screaming for help the cops knock at my door i answer the door this one officer aggressively steps foot in my home hand on gun im feeling very threatened at this point the first words out of his mouth i want to see i.d i asked the officer to remove his foot from the interior of my home that if wants to come in go get me a search warrant he replied he does not need one asked him several times to remove his leg from the interior of my home always refusing now things are escalating he then starts poking me in my chest i said do not touch me again he must of poked me at least 5 to 6 times or more i did use verbal profanity against this officer because feeling threatened and unsecure in my own home told my wife to call the supervisor at this point their is about 6 cops at my home plus
another 2 on the way supervisor supposedly arrive at my home i am still screaming yelling at all officers at this point then the supposedly supervisor starts yelling removes his antena stick and at this point they all rush in my home tackle me on my stairs start hitting me with their batons im talking 5 police officers wife scared and screaming my 16 year old daughter scared still thank god was filming all this oh yeah did i mention im only in my underwear when they tackled me i asked if i could get dressed no response from none of the officers at the scene we struggled outside i was defending myself scared overwhelmed anxiety set in i accidently hit officer with my elbow on his head they finally got me to the ground put me inside the car did not read me my rights in the car they brought me to the station in only my underwears must of been -10 that early morning asked for a glass of water got a no from the officer they were four officers their don't know were the others went no blanket to keep me warm and only when we got to station not right away also read me my rights i have video on the incident not very clear but listening will get your mind to what is a going on.if you want more and their is more you could contact me at 450 491 0723(st eustache police) or email me at antonio.piunno @sympatico.ca i hope i hear from you very very soon cant sleep sacred to drive car son has not gotten out since this incident happened feels threatened by our police force please begging begging you to get bak to me asap house is in mayhem thank you antonio piunno i also have pics of my inguries also went to hospital

Ville où l'événement s'est produit: 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

1458144225

01 Juin 1993 to 01 Août 1993

Le 16 Mars 2016

Au responsable du C.O.B.P.,

EN BREF
En 1993, je suivait un programme d'étude au CEGEP Ahuntsic, et j'était concierge de l'immeuble ou j'habitais au 4555, boul. Rosemont Montréal.
Durant la période de Juin, Juillet, ou Août, j'étudiais, la porte de mon appartement ouvert,
2 femmes policières se sont amenée, me demandant, que si c'était moi qui s'exhibait dans l'entrée principal, et je leur aient répondu que non. À ce moment là, la tension à monté, ''je pourrait me rappeler de la conversation''. Elles ont dépêchés, d'autres policiers, leurs disant que j'étais le suspect. À leurs arrivés, 2 hommes policiers mon mis en état d'arrestation, dont 1 ma rudoyé, et éraflé le cou, en passant les menottes au poignets au dos, de façon extrêmement serré, or position. Mon poussé à l'auto patrouille, et mise sur la banquette arrière.
À ce moment là, je hurlait et d'autres policiers additionnel riait tous ensemble. Il mon emporté au poste 54 et à l'intérieur un policier avec un fouet à frappé le comptoir disant qu'il était le ''Boss''.
Il mon mit en cellule 1 heure de temps, questionné et insulté sans un bureau par 2 enquêteurs, et reconduit à mon domicile dans un auto patrouille, tout sa sur un période de 5 heures.
Je n'est pas porté plainte, à la déontologie, mais ici à Longueuil il mes arrivés 2 choses, et je n'hésiterais pas à dénoncé les policiers impliqués.

Merci d'avoir lue ce texte.

SVP PARTAGER À TITRE D'EXEMPLE

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

1456268585

Pouvez-vous partager ceci sur vos sites pour qu'on puisse bénéficier d'un plus grand nombre de supporter
SVP MERCI Maniwaki est une petite ville et pas une grosse population c'est difficile de ce faire entendre on n'a pas beaucoup de manifestants les policier font de l'intimidation et la population à peur de ce présenter
MERCI DE PARTAGER

MANIFESTATION CONTRE LA BRUTALITÉ POLICIÈRE

Invités vos ami à la manifestation du
19 mars 2016 à 10h00
Devant le poste de la sûreté du Québec de Maniwaki
Pour la semaine internationale
Conte la brutalité policière
Cette Manifestation à pour but de sensibiliser les gens au multiple cat de brutalité policière et pour rendre justice à Brandon Maurice ado abattu par un policier de la sûreté du Québec de Maniwaki
INVITÉS VOS AMIS A REJOINDRE LE GROUPE
L'ÉVÉNEMENT inscrivez-vous SVP

Manifestation contre la brutalité policière
Organisé par Vanessa Joli

Le plus de monde on est le plus grand impact que l'on auras S.V.P. Venez en grand nombre Ajouter vos amis à l'évenement. La manifestation se déroulera dans le respect des lois et l'assistance policière à distance sera demandé pour protéger les manifestants.

ENSEMBLES ONT PEUT FAIRE LA DIFFÉRENCE
METTONS FIN À LA BRUTALITÉ POLICIÈRE

1455899098

manifestation pour rendre justice à Brandon Maurice ado abattu par un policier de la sûreté du Québec de Maniwaki
Manifestation contre la brutalité policière
Samedi le 19 mars 2016 devant le poste de police de Maniwaki a 10h00
Vous pouvez vous inscrire sur le groupe
Manifestation contre la brutalité policière
Organisé par Vanessa joli

1452196635

Partager svp merci et

Allez voir la page Facebook hommage à Brandon Maurice vous devriez en parler sa nous aiderait sûrement
Sa fais 2 mois passés et on n'a toujours pas de réponses
Un policier abat un ado personne en parle
Moi j abat un policier je serais déjà en prison et le rapport serait déjà sortie merci de nous aider
Page Facebook
Brandon Maurice. Et
Hommages à brandon MauricePartager svp merci
Adolescents abattu à messine dans la haute Gatineau prêt de Maniwaki
Les essais d'étouffer l affaires
Il laisse pas manifesté tout monde se fait arrêter
Pouvez-vous nous aider
Plus de deux mois pas de nouvelle c long
C mon neveu moi c Éric 5148291395 aider nous SVP on c'est pas vr qui allé merci

Ville où l'événement s'est produit: 

Nom du policiers (séparer par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

1451785972

29 Mai 2014 to 29 Juin 2014

Commentaire de porte parole de la QS est FAUX et désinfomations

Nom du policiers (séparer par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Appel à témoignage

18 Décembre 2015

Manifestation de soir, Montréal, 18 décembre 2015

Je reste profondément ébranlée de la tournure qu’a prise la manifestation de soir du 18 décembre dernier. Plusieurs personnes ont partagé témoignages, vidéos, photos.
Nous n’avons pas été victime d’une paranoïa collective.

L’information est confirmée tant par les nombreux témoignages de manifestant-es que par un porte parole du SPVM : il y avait des policiers (en civil) infiltrés dans la manifestation de soir du 18 décembre dernier.

Peut-être que certain-es considèrent leur présence justifiée. Peut-être que certain-es considèrent que c’est un fait bien connu et presque banal. Mais la violence dont ont fait preuve ces policiers n’a toutefois rien de banal à mes yeux.

Je ne raconterai pas les histoires des autres, je ne parlerai pas de tout ce qui s’est produit au cours de cette manif. Je vais me contenter de relater une situation que j’ai vue et vécue.

Mise en contexte :
La manifestation avance sur la rue Panet vers le nord. Alors que nous arrivons à l’intersection de la rue Maisonneuve, il y a un mouvement de foule : un nombre important de policiers nous attend sur la rue Maisonneuve et ils exercent diverses manœuvres pour disperser la foule.

Alors que je tente de retrouver mes ami-es et que j’observe l’arrivée de plusieurs policiers en me tenant sur le trottoir, quelque chose attire mon attention : deux hommes en maintiennent un autre par terre, le brasse et au moins un autre homme se tient à proximité et observe la scène.

Je crois d’abord à une arrestation. Je m’approche un peu et je réalise que les deux hommes sont habillés en civil et portent des foulards qui masquent leur visage. Je m’approche encore pour mieux voir, mais des policiers en vélo arrivent de toutes les directions, me barrent la route. Je réaliserai plus tard en regardant des photos, qu’un périmètre de « sécurité » avait été établi par des policiers de façon à isoler les hommes impliqués dans l’altercation.

En bref, pendant qu’un homme se fait tabasser par terre par deux hommes, plusieurs policiers passent à proximité, aucun n’intervient, si ce n’est que pour empêcher l’accès à la scène et repousser les curieux et les curieuses.

Deux des hommes masqués qui étaient impliqués dans l’altercation passent près de moi. Je les suis du regard. Ils se dirigent vers un immeuble de la rue Maisonneuve, monte les escaliers, fouillent dans un sac. Je les perds de vue un instant en raison des manœuvres de dispersion qui sont exercées.

Quand le calme est relativement revenu, je me dirige vers les escaliers où j’ai vu les deux hommes, je regarde rapidement, je n’y vois rien.

Quelques minutes plus tard, je retrouve un ami. Il est accompagné d’un homme qui vient de se faire battre, menacer de mort avec une arme (un couteau) et voler son sac et son portefeuille. Je comprends tout de suite que c’est l’altercation que j’ai vu plus tôt et je décide de retourner voir dans les escaliers. Je monte et retrouve son sac à dos tout en haut, sur le balcon.

L’homme est sous le choc. Il ne parle pratiquement pas. Il hoche la tête quand nous lui posons des questions, mais il est très difficile d’établir un contact avec lui. Il est assez mince et doit mesurer 5 pieds 5. J’ai tiré des conclusions hâtives sure le moment, qui se sont avérées exactes après vérification : cet homme présente des signes de déficience intellectuelle.

Je ne peux parler pour lui, parler de ce qu’il a ressenti, de ce qu’il a compris. Dans le peu d’informations qu’il nous a communiqué, l’expérience qu’il a vécue est la suivante : il s’est fait attaquer, menacer avec une arme et voler par deux hommes. À ce moment, il n’est pas question de policiers dans sa tête.

Je suis purement et profondément en colère. J’ai très bien vu ses deux assaillants et je m’éloigne un peu afin de voir s’ils ne traînent pas dans les parages.

Un groupe de manifestants se tenaient à l’intersection des rues Panet et Maisonneuve. Ils parlent de gens aux comportements bizarres et pointent en direction de 3 individus qui se tiennent un peu plus loin sur la rue Panet. J’ai tout de suite reconnu l'un des deux hommes qui avaient agressé un manifestant plus tôt, puisqu’il portait un chandail gris, facilement reconnaissable.

Je me dirige vers eux, suivi de quelques autres personnes. J’aborde directement un des trois hommes en lui disant que je les ai vu tabasser un homme et le voler, qu’ils s’en sont pris à un homme qui présente des signes évident de déficience intellectuelle et que je veux savoir qui ils sont et pourquoi ils ont fait une telle chose. D’autres personnes les questionnaient aussi : « vous êtes qui », « vous faites parti de quel groupe », « pourquoi vous êtes là ce soir ». L’un des trois hommes s’éloigne en direction de la rue Sainte-Catherine, il n’en reste que deux. L’un après l’autre, les deux policiers me disent de me rendre dans les escaliers du premier immeuble de la rue Maisonneuve pour retrouver ce que je cherche, en faisant référence au sac à dos qu’ils ont pris à l’homme un peu plus tôt.

Les questions quant à la raison de leur présence continuent. Un des deux répond quelque chose d’un peu confus quant à son opposition à Israël comme raison de sa présence à la manif.

À aucun moment, je n’ai été témoin d’altercation physique, tant d’un côté que de l’autre.

Les deux hommes se séparent, chacun d’eux suivi de quelques personnes qui continuent de les questionner.
À un moment, un manifestant cri « IL A UN GUN !».

Les gens se reculent rapidement, certains semblent figer.

L’un des policiers nous menace de son arme à feu. Ses deux bras son tendus et il fait des mouvements en direction des gens, nous visant tour à tour avec son arme. Il paraît nerveux.

Les deux policiers quittent.

Alors voilà.

Les motifs de leur intervention sur l’homme me sont inconnus. Voulaient-ils le fouiller, lui faire peur?
Une chose est sûre, des hommes masqués, qui ne s’identifient pas comme policiers, qui tabassent un homme, le menacent avec un couteau et partent avec ses effets personnels est une pratique plus que questionnable, injustifiable.

Si vous avez des photos, vidéos des événements mentionnés, merci de les faire parvenir au COBP afin d’aider l’homme qui a été agressé par les deux policiers undercover et les personnes qui ont été menacées avec une arme à porter plainte.

cobp@riseup.net

Crédit photo : Martin Ouellet et Dylan Schaub

Ville où l'événement s'est produit: 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

1449715509

09 Décembre 2015

Bonjour, je me nomme Karl Bergeron j'ai 25 ans et aujourd'hui je me suis fais arrêter pour un excès de vitesse ! Et oui je ne respectais pas la limite permise et j'ai pleinement accepté les conséquences sans même dire un mot ! Suite à cette arrestation Mr Éric Allard Matricule 186 c'est approché de mon véhicule avec un air très arrogant et à la limite de l'agressivité ! Je lui est donc demandé très poliment si il serait pour lui possible de me parler d'une autre manière ! C'est à partir de là que tous a dégénéré !Il a mis son laser à deux pouces de ma face comme on pourrait dire et me parlait sur un ton inacceptable '' Aye tu parle pas à un enfant d'école '' m'a il lancé sur un ton très agité assez que j'en suis presque figé ! Je lui est lancé une seconde fois ''Monsieur vous n'avez pas à me parler comme sa vous faites un abus de pouvoir '' et il m'a répondu ''Je vais te montrer c'est quoi un abus de pouvoir '' il a commencé à faire le tour de mon véhicule et à chercher le moindre petit pépin qui ne faisait pas son affaire ! À titre d'information je faisais l'essaie routier d'un véhicule en prévision de l'acheter donc, le véhicule n'était pas à moi ! Il m'a dit de défaire mes vitres teintées et que mes lumières arrières étaient illégales ! Sans aucun test! Il faisais çà pour me narguer et me montrer comme il m'a si bien dit ''C'est moi qui décide ici pas toi'' ! J'étais avec un ami à se moment là qui est prêt à témoigner de l’événement assez qu'il m'a dit Karl sa sert a rien de parler avec se gars la ! Suite à sa il est rentrer dans son véhicule et a décelé que le véhicule venait d’être remisé le jour même soit aujourd'hui le 9 décembre 2015 ! Il m'a demandé de débarquer de mon véhicule et de venir le voir ! Je lui est expliqué que je faisais un essai routier et que j'avais même la procuration dans mon véhicule pour le prouver et que je pouvais même appeler le propriétaire pour lui confirmer ! Mais au yeux de se policier il étais tellement grave que je lui est demandé de me parler poliment qu'il n'a rien voulu entendre et me répondait '' Bon Bon BOn'' avec les yeux en l'air et cela même si j'étais rendu dans un parking et que je lui est dit que je ne reprendrais plus le véhicule car , je n'étais vraiment pas au courant ! Comment aurais-je pu savoir la saaq étais fermé aujourd'hui à cause d'une grève il n'y avait aucuns outils possible pour moi de pouvoir savoir sa APPART bien sur la parole du propriétaire ! Encore pire il c'est mis a dire qu'il était sur que le véhicule n'étais pas assurer alors que le matin même j'ai appeler mes assurances pour être sur que tout sois en règle si j'avais besoin d’embarquer ma petite fille de 19 mois ! J'ai eu beau lui expliquer mais il jugeait que je n'étais pas une personne assé responsable pour prendre soin de ma propre fille , quand je donnerais ma vie pour elle ''Ma te dire que sa va mal a date ''et ensuite je lui est répondu ''Non monsieur je penses que c'est votre manière de penser qui est mal et il disait ''BON BON BON'' avec son regard en l'air comme si appart lui personne sur cette planète ne pouvais avoir raison Cette partie a été filmé car , il répondais extrêmement mal a mon ami et témoin qui lui proposais très gentiment de laisser le véhicule en place! Désoler mais je commençais à être insulté et vraiment tanné de me faire parler comme sa par lui !

Tous cela pour dire qu'il m'a donné un beau ticket de 480$ qui aurait tellement pu être évité nous étions rendu à destination et il savais très bien que se n'était aucunement de ma faute et que je ne pouvais absolument pas savoir que le véhicule étais remisé ! Je ne parle pas du prix du ticket de vitesse car , il était mérité je n'avais qu' a suivre la limite !

J’espère que vous verrez cette lettre Mr Éric Allard grâce à vous et votre beau ticket a cause de vos trouble d'humeur vous venez non seulement de gâcher ma journée , mais gâcher le noël de ma petite fille car , son papa est retourné à l'école pour leurs offrir une vie meilleure à elle et sa mère ! Se 480$ de ticket deux semaines avant noël aurait servi à lui acheter des beaux cadeaux et lui offrir un beau sapin de noël que finalement elle ne pourra avoir

Comment pouvez vous donner un uniforme de protéger et servir à des hommes arrogants et sans aucun jugement qui ne veulent en faite que démontrer leurs supériorité aux personnes sans défense ! Je trouve cela sidérant ! Il aurais fallu que je me laisse parler comme de la merde (désoler) pour qu'il agisse correctement et juste avec moi !

J'ai des vidéo et un témoin et cela ne restera pas là
en tous cas j’espère

Ps: Près d'une heure après il rodais près de ma position et attendait probablement que je face une niaiserie ! Cela s’appelle du harcèlement !Je lui est fait par de mes intensions de contacter un de ses supérieur et il m'a lancé en riant t'as beau appeler qui tu veut ! Cette homme se crois vraiment au dessus des lois

merci

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Nom du policiers (séparer par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Matricule du policier (séparer les numéros par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Ville où l'événement s'est produit: 

1448480178

14 Janvier 2015 to 25 Novembre 2015

Regarding: SPVM File Numbers 13-150114-020 and 13-150114-021

On Wednesday, January 14th 2015, approximately between 11:15 P.M. and 11:45 P.M., I was involved in an Incident with a grey 4x4 outside the owner’s residence of 139 Des Oblast Street in the sector of Ville LaSalle in Montreal, Quebec.

Approximately between 11:15 P.M. and 11:20 P.M., the night in question, I was taking a drive (in my personal car) along LaSalle Boulevard towards the Mercier Bridge. When I came to a STOP sign, between 75th Avenue and 90th Avenue, to make my stop, is when I noticed, behind me, a grey 4x4 approaching my side of the car towards oncoming traffic thus breaking the solid yellow line between us. Since I was the one making my stop at the stop sign line, the grey 4x4 then fails to make his stop at the stop line, and thus cutting me off. Besides failing to stop at the stop line, he continued to speed off straight in front of me, and at such a rate I was unable to take any note of his license plate information.

I would have to say that the grey 4x4’s speed, at that time, to be just under double the legal speed limit which I believe to have been a 40 kilometre per hour ‘maximum’ zone.

Although I was not able to note the grey 4x4’s license plate information, I was able to maintain a visual, at a safe distance, while the grey 4x4 was on its journey to its final destination, being the residence of the grey 4x4’s owner. I was also able to follow the fresh tire tracks (as a very heavy ice fog was coming off the freezing cold river that night, bringing some light snow flakes with it, just enough to see cars tire markings) as the grey 4x4 made them, and it was the only car in front of me at that time. This incident lasted approximately four to five minutes, from the time the grey 4x4 failed to stop to when the grey 4x4 pulled up on to its personal driveway.

It’s now approximately between the hour of 11:20 P.M. and 11:45 P.M. I am now standing outside, next to my car, on the driver’s side, facing the front of 139 Des Oblast Street, in the middle of the street, and waiting for the owner of the grey 4x4 to exit his vehicle, on his private property. The owner of the grey 4x4 finally exited his vehicle, after a few moments, to which I asked the gentlemen, “Excuse me sir, but you mind explaining to me what you, and why you, did what you did back there?”.

The owner of the grey 4x4 then appeared to become enraged with such anger and hostility over my question, that he then proceeded to charge towards me, off his private property, and onto the public road way. Please do keep in mind that this man had to be two to three time my body size. He then proceeds to get into very close personal space, less than thirty-six inches, and proceeds to aggressively start yelling into my face. The owner of the grey 4x4 then proceeds to take his right index finger and starts to poke and drill me several times and repeatedly into my left shoulder, thus the owner was now illegally assaulting me. At this point I had to ask the owner of the vehicle at least five to six times to back up and back off from me and out of my personal space. I then reached into my upper left breast jacket pocket, to where I normally keep my smart phone, but I noticed it was not there, and remembered it was now in my front left pant pocket. As I proceeded to take out my smart phone, to call 9-1-1, the owner of the grey 4x4 then got on his cellular phone and started reading my license pate information, to whom I assumed was also another 9-1-1 operator. At this point I decided to ignore and have no further discussions with the owner of the grey 4x4 until police could arrive on the scene and defuse the matter, as it was clear to me the owner of the grey 4x4 was no longer in control nor no longer in a rational frame of mind.

I now went about my own business, back into my car, to wait for the police to arrive on the scene. I now realize I my car is still in the middle of the street, I proceeded to park my car off to the right side, in front of the neighbouring drive way. As I was sitting in my vehicle I noticed the owner of the grey 4x4 going back to his vehicle, instead of going into his home to wait for the police. I thought to myself this is a bizarre action to take, giving the current circumstances, and continue to watch the situation closely from my vehicle. After the owner of the grey 4x4 returned to his vehicle, I noticed he was motioning to reverse, with the vehicle’s rear backup lights on. He then hesitates. I now feared that the driver may be fleeing the scene of a possible crime, or possibly drunk, or possibly on drugs, or very possible road rage, and could further injure or kill someone in his current state of mind, behind the wheel of a moving vehicle. In a split second I had to make a rational decision that was in the best interest of public safety given the situation. So I did. I advanced my vehicle one car length, thus blocking the vehicle in, and forcing the driver to wait for the police to arrive, or at least that is what I thought. What happened next was EXTREMELY SHOCKING and DISTURBING to me.

The driver of the grey 4x4, after a 15 second delay then proceeded to ‘floor it’ in reverse. The grey 4x4 hit the passenger side of my large size sedan with so much impact that it forced my vehicle back out into the middle of the street on an angle. While I was in shock, and stunned that ANY human being could willing do such a thing, the grey 4x4 came at me again, but this time more of a head on approach and hits me two more times, in a panic and fear for my life, I scramble to compose myself and put my seat belt on. I managed to turn my vehicle around to try to get out of the situation, as I was doing so, the grey 4x4, again, charges the rear of my vehicle thus hitting me another two times. In such desperation, panic, fear, shock, and dismay I scrambled to call 9-1-1, failing to do so at lest three times due to shock of the situation I was in.

I eventually was able to get a call through to 9-1-1 on my smart phone within minutes of this horrific event. I begged and pleaded with the emergency responder to help me, save me, he’s going to hit me again, please help me, he’s going to kill me, please, please help me (was crying with fear). The owner of the grey 4x4 pursued me at such high speeds, all the way down Des Oblats Street, to LaSalle Boulevard, and all the way down into the City Of Lachine, right until the corner of ‘Chemin du Musée’ and ‘Boulevard Saint Joseph’, in front of the Toyota car dealer, where finally the horrific events came to an end, when police were able to intervene and take over the situation, and arrest the owner or the grey 4x4, or so I thought.

The Owner of the ‘grey 4x4’ was later identified to me as:
Off Duty SPVM Police Officer Mr. Roberto Tomarelli
Badge #1142 - Ville LaSalle SPVM - Police Station 13

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Nom du policiers (séparer par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Matricule du policier (séparer les numéros par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Ville où l'événement s'est produit: 

1440874883

Des accusations qui vont à l'encontre du code de déontologie policière ont encore été déposées contre Pierre-François Blais de la police de Gatineau.

Ce dernier est notamment accusé d'abus de pouvoir, de langage injurieux, de voies de fait, en plus de ne pas s'être comporté de manière à préserver la confiance. De plus, Blais aurait fait fonctionner le chauffage dans la voiture d'auto-patrouille en plein mois d'août pour faire suffoquer une homme en état d'arrestation assis dans la banquette arrière.

Les faits reprochés se sont produits lors de deux interventions distinctes, en août ainsi qu'en novembre 2012, alors qu'il était dans l'exercice de ses fonctions.

Pierre-François Blais, qui comparaîtra devant la commission pour une troisième fois en trois ans, avait été trouvé coupable de language inapproprié dans l'affaire David Leclair, cet homme de 35 ans qu'il avait abattu par balle devant sa résidence du secteur Aylmer en 2008.

À noter que l'agent Blais comparaîtrera devant le Comité de discipline de déontologie dans le cadre d'audiences prévues en avril, mai et en juin 2016. Pierre-François Blais est le fils de l'ancien ministre de la justice du Canada, Pierre Blais.

Matricule du policier (séparer les numéros par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Nom du policiers (séparer par des VIRGULES s'il y en a plusieurs): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Pages