19e Journée Internationale Contre la Brutalité Policière! Rassemblement 15 mars 2015!

15 mars 2015 : Répression politique, il est temps qu'on réplique!

C'est sous le thème de la répression politique que prendra forme la semaine contre la brutalité policière du 15 au 22 mars 2015 et la manifestation annuelle du 15 mars, journée internationale contre la brutalité policière. Nous aurions pu choisir n'importe quel autre thème pour l'édition 2015, parce que nous sommes pathétiquement rendus-e-s dans un état policier. Que ce soit le profilage racial, social ou politique, la militarisation, le nouveau canon à son du SPVM, la dérive sécuritaire, le nettoyage social, les pics anti-itinérants et les bancs faits pour empêcher les gens de se coucher, la police qui enquête sur la police, les bavures policières, l'impunité policière, la répression politique, la complicité des médias qui se taisent face à la répression qui se déroule sous leurs yeux, l'abus de pouvoir... bref, en 2014 on y a goutté à la pelletée, ici et ailleurs dans le monde.

Les deux dernières manifestations contre la brutalité policière ont été un véritable massacre et une démonstration flagrante de répression politique. Le SPVM s'acharne sur les militants-es, connu-e-s ou non, pour les faire taire et les empêcher de descendre gueuler dans la rue pour exprimer leur indignation face à ce sale système bourré de corruption et qui n’a aucun scrupule à recourir à tout les moyens et abus de pouvoir pour anéantir toute dissidence politique. Arrestations ciblées, contraventions excessives, conditions démesurées, c'est aberrant et surtout révoltant. Le système judiciaire s'acharne autant que les flics sur nos gueules, mais sont complètement désorganisés quand vient le temps de juger des centaines et des centaines d'arrêté-e-s pour une seule souricière. Ils peuvent bien se torcher le cul avec leurs tickets de 638$, leurs promesses à comparaitre et leurs travaux compensatoires, ça va en prendre bien plus pour nous faire taire.

Quand il s'agit du saccage de l'Hôtel de ville de Montréal par la Fraternité des policiers et policières de Montréal et par des employés municipaux, le SPVM décide de ne pas intervenir. Par contre, dès que les militant-e-s osent mettre un pied dans la rue pour dénoncer la brutalité policière, ça ne passe pas ; on les encercle et on leur colle des contraventions!

En ces temps d'austérité, on a tenté de démontrer notre solidarité dans les manifestations syndicales contre le projet de loi 3 mais, quelle surprise, on se fait profiler et persécuter politiquement dans ces dites manifestations.

La répression politique laisse de graves séquelles, autant physiques que psychologique,s et à court, moyen et long terme. Cela peut affecter la vie complète d'une personne, autant au niveau professionnel, social qu'au niveau émotionnel et cela le SPVM le sait très bien. Ils scrapent des vies et ne se gênent pas pou le faire. Parce qu'on pense différemment, on se fait harceler, traquer, intimider, etc...

Quand c'est rendu qu'il y a une commission populaire pour étudier la répression politique à Montréal, quand c'est rendu qu'il y a des visites guidées des lieux de répression politique, quand c'est rendu que les salles d'audiences de la Cour Municipale sont trop petites pour contenir les centaines et centaines d'arrêtés-e-s politique, quand c'est rendu qu'un panda veux abolir P6 en Cour Supérieur, ça veut juste dire que nous pouvons compter uniquement sur nous-mêmes pour avoir une sorte de vrai justice... mais encore là, le gouvernement va tout faire pour mettre des bâtons dans les roues à ceux-celles que osent défier, de quelques manières que ce soit, l'autorité établie.

Donc, c'est en ce sens que nous vous invitons à notre rassemblement pour la 19e Journée Internationale Contre la Brutalité Policière qui aura lieu le dimanche 15 mars 2015 à 15h au coin des rues Berri et Ontario, lieu où Alain Magloire a été tué par des agents du SPVM alors qu'il était en crise. Comme on organise cette année un simple rassemblement, nous n'avons pas d'itinéraire à fournir à la police, donc ils ne devraient pas nous arrêter pour cette raison cette fois! Alors que la Corée du Nord fait censurer un film à Hollywood et que des intégristes mitraillent des journalistes en France et ailleurs, ici au Québec c'est le gouvernement et sa police qui assassinent la liberté d'expression en empêchant les manifestations contre la brutalité policière ou le capitalisme. On ne peut sans doute pas compter sur l'appui de tous ces gens qui prétendent défendre la liberté d'expression à tout prix, mais une fois de plus, notre nombre et notre solidarité sont nos principales armes dans ce combat contre la répression!

Rassemblement pour la 19e Journée Internationale Contre la Brutalité Policière :
dimanche 15 mars 2015 à 15h au coin des rues Berri et Ontario

Le Collectif Opposé à la Brutalité Policière
----------------------------------------------------------------------------------

March 15th 2015 : Political Repression; it’s time for a reaction!

It is under the theme of political repression that the March 15th to March 22nd week against police brutality and the annual March 15th protest, the international day against police brutality will take place. We couldn’t have select any other theme for the 2015 edition because we have pathetically come to be under a police state. Be it racial, social or political profiling, militarisation, the new SPVM sound cannon, the security drift, social cleaning, the anti-homeless spikes and benches that don’t allow people to sleep on them, police that investigate police, police blunders, police impunity, political repression, the complicity of the medias who remain silent on repression happening before our eyes, the abuse of power… in short, in 2014 we got a truck load dumped on us, here and elsewhere in the world.

The last two protests against police brutality were a complete massacre and an undeniable demonstration of political repression. The SPVM is merciless with activists, known or not. To shut them up and prevent them from going out in the street to scream and express their outrage against this dirty system full of corruption and that has no scruples in using all means and power abuses to annihilate any political dissidence. Targeted arrest, abusive citations, out of proportion release conditions, it is absurd but mostly revolting. The judicial system is as merciless as the cops on our asses, but is completely disorganized when it comes to trying hundreds and hundreds of arrestees for a single kettle. They can wipe their asses with their $638 tickets, their promises to appear and their compensatory work, it will take much more than that to shut us up.

When it comes to trashing the municipal hall by the Montreal Policemen and Policewomen fraternity and by the municipal employees, the SPVM decides not to intervene but as soon as activists dare to step foot on the street to condemn police brutality, it’s a no go; they are surrounded and given tickets! But to trash a building owned by the city is fine, they are allowed!
During this time of austerity, we have tried to demonstrate our solidarity during union demonstrations against bill 3, but what a surprise, we were profiled and politically persecuted during said protests.

Political repression leaves grave marks, both physical and psychological, and for the short, mid and long term. It can affect the entire life of a person be it at the professional, social or emotional level and the SPVM knows this full well and also knows how to ruin lives and will not shy away from doing it. Because we think differently, we get harassed, tracked, intimidated, etc…

When it’s gotten to the point of a popular commission to study political repression in Montreal, when it’s gotten to the point of guided tours of political repression locales in Montreal, when it’s gotten to municipal courtrooms being too small to contain hundreds and hundreds of political arrestees, when it’s gotten to the point of a Panda wanting to abolish P6 in superior court, it just means that we can only rely on ourselves to get real justice… but even then the government will do everything to hinder those that dare to defy, one way or another, the established authority.
It is in this context that we invite you to our gathering for the 19th International day Against Police Brutality that will take place Sunday, March 15th at 3:00 P.M. on the corner of Berri and Ontario where Alain Magloire was killed by SPVM agents while he was in crisis. Since we are organising a simple gathering, we have no itinerary to submit to police, so they should not arrest us for that reason this time! While North Korea censors an Hollywood movie and while fundamentalists gun down journalists in France and elsewhere, here in Quebec it is the government and his police that assassinate freedom of expression by preventing protests against police brutality and capitalism. We can certainly not count on the support of all the people who pretend to defend freedom of expression at all cost, but once again, our numbers and our solidarity are our main weapons in this struggle against repression.

Gathering for the 19th International Day Against Police Brutality:
Sunday, March 15th 2015 at 3:00 P.M. on the corner of Berri and Ontario.

The Collective Opposed to Police Brutality

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: