Profilage racial: une résolution pour obtenir les données du SPVM

MONTRÉAL – Appuyé par deux organismes de la communauté noire et par le Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR), le conseiller municipal Marvin Rotrand demande au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) de fournir des données basées sur la race relativement à ses interventions.

M. Rotrand présentera une résolution à cet effet à la réunion du conseil municipal de Montréal de lundi prochain.

L'obtention des données sur la race de toutes interactions du SPVM avec des citoyens, notamment celles liées à la distanciation sociale, permettrait de mieux mesurer le profilage racial à Montréal, selon M. Rotrand, le CRARR, l'Association de la communauté noire de Côte-des-Neiges (ACNCDN) et l'Association jamaïcaine de Montréal (JAM).

La résolution demandera également la création d'un comité consultatif, formé d'experts et de représentants de la police et des communautés, qui sera chargé d'élaborer une politique sur la collecte et le traitement des données afin de mesurer la corrélation entre la race, la fréquence et la nature des interventions policières.

«Bien que nous comprenions que la COVID-19 ait changé les priorités du SPVM, elle ne réduit cependant pas l'engagement de celui-ci à adopter une politique pour mettre fin aux interpellations discriminatoires des piétons et des conducteurs en raison de leur race», a déclaré M. Rotrand par voie de communiqué.

«Cette résolution non partisane est un rappel que le profilage racial par les policiers du SPVM demeure une des grandes préoccupations du conseil municipal et que nous devons agir maintenant plus que jamais.»

Un outil indispensable

Le conseil municipal de Montréal avait adopté une résolution demandant au SPVM de mettre fin aux interpellations discriminatoires l'automne dernier. Le SPVM avait alors promis de présenter une politique au mois de mars 2020. En décembre dernier, M. Rotrand et d'autres conseillers indépendants avaient également demandé au SPVM de recueillir des données sur la race des personnes interpellées.

«Les données fondées sur la race constituent un outil indispensable pour mesurer l'amplitude du problème et mettre en œuvre des solutions, a indiqué Alain Babineau, conseiller du CRARR. Nous avons besoin de ces données pour documenter quantitativement le profilage racial, sa nature, sa portée et sa distribution géographique. Nous devons savoir qui est interpellé, pénalisé, arrêté, accusé et acquitté ou trouvé coupable, afin de pouvoir agir.»

Categories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: