Arrestation musclée à Laval : plaqué au sol pour une vidéo

Des témoins d'une arrestation musclée dénoncent les méthodes utilisées par les agents pour maîtriser un jeune homme qui filmait une intervention de la police de Laval le mois dernier.

Une vidéo de la scène obtenue par notre Bureau d'enquête montre qu'un agent tente de maîtriser une personne qui filme l'intervention policière en cours en la coinçant derrière une autopatrouille.

L'angle de vue prouve aussi que ce jeune homme est plaqué d'abord contre la voiture et tombe violemment au sol par la suite.

Plusieurs vidéos du genre font surface au Québec depuis la mort de l'Afro-Américain George Floyd au cours d'une intervention policière brutale, à Minneapolis, le 25 mai dernier.

« C'était totalement injustifié comme intervention, relate un témoin qui a requis l'anonymat. Sa tête a violemment donné contre le sol et il est resté inconscient pendant une bonne minute. »

« Il y a la question de la violence, mais il y a aussi celle du profilage », ajoute celui qui affirme avoir vu l'intervention policière du début à la fin.

Écoutez la chronique judiciaire du journaliste Félix Séguin à QUB Radio:

Dans la vidéo tournée le soir du 15 juillet dernier, un groupe de jeunes hommes qui se trouvait au Centropolis, dans le quartier Saint-Martin, a été interpellé par les agents de l'escouade Équinoxe, spécialisée dans la surveillance des bars, pour le Service de Police de Laval (SPL).

Quatre patrouilleurs engagent la discussion avec les jeunes d'origine arabe, selon un témoin et les vidéos consultées par notre Bureau d'enquête.

Arrestation filmée

Les images prises près du restaurant Presse-Café montrent un duo de policiers menotter calmement un jeune homme derrière une autopatrouille. Il est arrêté pour non-respect de conditions, dont celle de respecter un couvre-feu.

Cependant, après vérification, la police de Laval a conclu que le prévenu n'enfreignait aucune loi, car les conditions qu'il devait respecter étaient levées depuis la fin du mois de juin.

Un ami du suspect commence néanmoins à filmer la scène de l'arrestation avec son cellulaire en se déplaçant vers celle-ci. C'est alors qu'il se fait arrêter à son tour. Quelques secondes après lui avoir mis une main dans le dos, un agent le plaque sur la voiture et il tombe au sol.

La police de Laval affirme que les agents ont agi ainsi car ils craignaient pour leur sécurité.

« Les policiers faisaient leur travail quand le groupe de jeunes a commencé à se montrer menaçant », affirme l'agente Julie Marois, porte-parole du SPL.

Résistance

Elle soutient que le jeune homme s'est approché trop près de policiers qui procédaient à l'arrestation de son ami et que les agents lui ont ordonné de se tenir à l'écart. Selon elle, c'est en raison de la résistance du suspect à son arrestation que le policier qui l'effectuait l'a projeté au sol.

Le SPL affirme aussi que le jeune homme a enfreint le règlement municipal concernant la paix, le bon gouvernement, la salubrité, le bien-être général et l'amélioration de la municipalité.

Les patrouilleurs d'Équinoxe auraient trouvé sur lui une arme blanche, qui lui a valu une amende de 1000 $ et une arrestation pour entrave au travail des policiers.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales n'a pas encore confirmé si des accusations allaient être portées contre lui.

Les enquêteurs ont saisi les vidéos de surveillance du Centropolis après cette intervention faite « dans les règles de l'art », selon leur porte-parole.
Une vidéo qui fait réagir

La vidéo de cette arrestation a fait bondir l'une des organisatrices de la manifestation contre la violence policière qui a eu lieu en mai dernier, à Montréal.

« Juste le fait qu'on tabasse quelqu'un, peu importe la couleur de la personne, je crois qu'il doit se passer quelque chose avec ces policiers », déplore Anastasia Marcelin.

« Je vais vous le dire sincèrement, je suis fatiguée. Je suis vraiment tannée [de voir ce type d'images]. Ça m'épuise », ajoute celle qui est aussi directrice de la Ligue des Noirs nouvelle génération.

George Floyd

Depuis la mort de Georges Floyd, plusieurs corps de police en Amérique ont revu leurs politiques d'interpellation.

Au lendemain de l'incident filmé, le directeur de la police de Laval a annoncé une consultation déjà prévue portant sur le profilage racial et social sur l'île Jésus.

« Il manque un peu de données pour analyser la scène », affirme l'ex-capitaine de la Sûreté du Québec Mario Berniqué, bien au fait du modèle national d'emploi de la force enseigné aux recrues policières du Québec.

« Si le premier suspect était arrêté pour bris de conditions, les policiers devaient savoir que le groupe qui se trouvait devant eux pouvait présenter un risque. Pour ce qui est du jeune qui filmait, si les policiers lui ont demandé de se tasser de là et qu'il a continué à filmer, ils pouvaient l'arrêter pour entrave. »

Categories

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: