Les policiers de Montréal ne pourront plus appeler directement les agents frontaliers

La police de Montréal est incapable d’expliquer pourquoi ses agents contactent l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) des milliers de fois par année. Pour régler ce problème et éviter de possibles dérapages, les policiers sur le terrain ne pourront plus appeler directement l’agence fédérale, a appris Enquête.

"10 000 fois par année, à travers le pays, des policiers de différents corps de police vont téléphoner à leurs collègues [de l’Agence des services frontaliers du Canada]", affirme David Moffette, professeur au Département de criminologie de l’Université d’Ottawa, en se basant sur des informations obtenues grâce à la Loi sur l’accès à l’information.

Le sociologue y voit un risque pour les migrants en situation d'irrégularité, puisque cette agence fédérale est responsable d’expulser ceux qui vivent illégalement au Canada.

Categories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: