L'ex-flic complotiste à l'origine d'une poursuite

L'ex-policier complotiste de Laval continue de mettre dans l'embarras son ancien service, qui est poursuivi pour 275 000 $ en lien avec une intervention sur fond de violence et de profilage racial.

« Le demandeur allègue avoir été humilié, traumatisé, sous le choc, triste, et a eu honte. Il a eu une dread [tresse] arrachée et a eu mal au bras pendant une semaine après l'incident », peut-on lire dans la poursuite civile intentée par Samuel Bunche.

M. Bunche, un intervenant noir, affirme avoir été injustement ciblé en mai dernier par Maxime Ouimet, qui était alors policier à Laval. Ce dernier, qui a plus tard soutenu en ligne qu'il « n'y a pas de pandémie » et que les masques ne sont portés qu'en public par les policiers, a depuis quitté ses fonctions.

Or, si Ouimet jurait sur les réseaux sociaux que « JAMAIS » il ne « détruir [ait] » la vie des gens en leur décernant des constats salés de 1546 $, c'est pourtant ce qu'il aurait menacé de faire à M. Bunche, lorsqu'il l'a intercepté le 25 mai dernier.

Dans le document de cour, M. Bunche affirme que, ce soir-là, il est allé chez son frère, où se trouvait aussi son ami.

À un moment, le groupe a décidé d'aller acheter des bouteilles d'eau quand il aurait été intercepté par Ouimet.

Et les choses ont bien mal commencé quand le policier aurait lancé un « vous sortez d'où ? » et que M. Bunche aurait répondu « ce n'est pas de tes affaires ».

« C'est par la suite que [...] Ouimet l'informe qu'il pourrait lui donner une contravention dû [sic] au nombre de personnes qui sont dans le véhicule en temps de COVID », selon le document de cour.

Le citoyen dit ensuite avoir donné ses papiers d'identité à Ouimet, qui aurait répondu : « C'est toi ça ? » Et juste après, Ouimet aurait utilisé la force pour arrêter M. Bunche, sans raison apparente.

Categories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: