Le système carcéral s'adapte difficilement à la première détenue transgenre du Québec

Jamie Boulachanis est officiellement une femme, selon son acte de naissance modifié en octobre 2018. Et depuis son opération de changement de sexe le 4 janvier 2021, elle est traitée comme une femme par le système judiciaire. Jusque-là détenue dans un pénitencier pour hommes, son arrivée à la prison pour femmes de Joliette ne s'est pas faite sans difficulté.

Le 14 janvier en après-midi, Jamie Boulachanis est en colère. Personne ne veut lui remettre ses médicaments alors qu'elle vient de subir une chirurgie importante. Elle souffre et elle doit recommencer à prendre des hormones pour que le changement d'identité sexuelle soit un succès.

Détenue à la prison pour femmes de Joliette depuis trois jours, elle réclame sans succès ses médicaments. À bout d'arguments et de ressources, elle s'agite dans sa cellule et casse les gicleurs. Des agents correctionnels interviennent rapidement, la maîtrisent et l'emmènent à l'Unité d'intervention structurée (UIS), ce qui a remplacé l'isolement cellulaire connu comme "le trou".

Categories

Dossiers: 

Type de document: