Reconnaissance faciale : la GRC a violé la loi, dit le commissaire à la vie privée

Dans un rapport d’enquête déposé jeudi au Parlement, le commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Daniel Therrien, affirme que l'utilisation par la GRC du logiciel controversé de reconnaissance faciale Clearview AI constitue une « violation grave » des droits des Canadiens.

Selon le commissaire Therrien, "l'utilisation de la technologie de reconnaissance faciale par la GRC"

" pour effectuer des recherches dans d’énormes dépôts de données de Canadiens qui sont innocents de tout soupçon de crime présente une grave violation de la vie privée".

L’an dernier, le quotidien américain The New York Times a révélé que la firme américaine Clearview AI, qui offre des services de reconnaissance faciale notamment aux corps policiers, avait extrait plus de trois milliards de photos de sites Internet publics comme Facebook et Instagram. Les photos de nombreux enfants ont également été collectées par ce même procédé.

La firme a ensuite constitué une gigantesque base de données photographique qu’elle met à la disposition de ses clients (corps policiers, agences gouvernementales, institutions bancaires, etc.) pour identifier des personnes à partir de leurs données biométriques.

Or, la constitution d’une telle banque de photos sans le consentement explicite des personnes qui y figurent est contraire aux lois canadiennes, ont statué les autorités de protection de la vie privée d'au moins trois provinces, dont le Québec, l’Alberta et la Colombie-Britannique. Daniel Therrien partage également cette analyse.

Categories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Dossiers: 

Type de document: